sidamis


 
AccueilFAQS'enregistrerGaleriePortailRechercherMembresGroupesConnexionCalendrier

Partagez | 
 

 sida news du CRIPS

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
maya

avatar

Féminin
Nombre de messages : 1268
Age : 54
Localisation : paris
sexualité : vivante
célib. ou en couple ? : ...
Date d'inscription : 30/09/2005

MessageSujet: sida news du CRIPS   Sam 23 Déc - 15:40

15/12/2006 DEUX ÉTUDES CONFIRMENT QUE LA CIRCONCISION APPORTE UNE PROTECTION PARTIELLE CONTRE LE VIH
http://www.lemonde.fr
L'Institut national de l'allergie et des maladies infectieuses (Niaid) des Etats-Unis a annoncé, mercredi 13 décembre, qu'il arrêtait prématurément deux essais cliniques menés en Afrique au vu de résultats intermédiaires montrant que la circoncision apportait une protection partielle, d'environ 50 %, contre le virus du sida.Ces résultats confirment les données d'un essai franco-sud-africain, conduit en 2005 par l'équipe du docteur Bertran Auvert, qui montrait une diminution de 66 % du taux d'infection par le VIH des jeunes adultes circoncis. L'Onusida et l'Organisation mondiale de la santé (OMS) vont examiner les données de ces deux essais afin de formuler des recommandations "pour développer et promouvoir la circoncision". Celle-ci ne peut être qu'une stratégie additionnelle et non suffisante de prévention, précisent-ils.En Ouganda, l'essai du Niaid chez 4 996 hommes hétérosexuels séronégatifs, âgés de 15 à 49 ans, a montré une réduction de 48 % des infections par le VIH. Celui conduit au Kenya auprès de 2 784 hommes hétérosexuels séronégatifs, âgés de 18 à 24 ans, a permis de constater une réduction de 53 % des contaminations par le virus du sida. Comme dans l'essai franco-sud-africain financé par l'Agence nationale de recherche sur le sida (ANRS), les participants choisissaient d'être ou non circoncis par un médecin et recevaient une information sur la prévention du sida avec recommandation d'utiliser des préservatifs.Le directeur du Niaid, Anthony Fauci, s'est dit satisfait d'avoir "trouvé une stratégie qui pourrait réduire significativement les nouvelles infections par le VIH en Afrique subsaharienne". C'est en effet aux régions de forte prévalence de l'infection par le VIH que s'adresserait une recommandation en faveur de la circoncision, avec des limites qu'ont soulignées les agences des Nations unies.La protection observée est importante mais partielle. La nouvelle pourrait donner un faux sentiment de sécurité aux hommes circoncis, qui risqueraient de se contaminer et de transmettre le virus. "Il n'est pas exclu que la réduction de 48 % à 53 % de la transmission du VIH soit annulée par une légère diminution de l'utilisation des préservatifs ou l'augmentation du nombre de partenaires sexuels", a mis en garde le docteur Fauci.A l'heure actuelle, on ne dispose d'aucune donnée sur un éventuel bénéfice de la circoncision pour les partenaires féminines des hommes circoncis et pour les hommes ayant des rapports homosexuels. L'université Johns Hopkins mène actuellement un essai en Ouganda afin d'évaluer les effets de la circoncision sur le risque de transmission du VIH à la partenaire féminine. Ses résultats seront connus en 2008.
http://www.lemonde.fr/web/article/0,1-0@2-3244,36-846099@51-834175,0..html

18/12/2006 SIDA : ONE VISION 2007, REGARDS ALTERNATIFS
http://www.sidanet.asso.fr/
La quatrième édition du concours One Vision, organisée par le Laboratoire Bristol-Myers Squibb, vient d'être lancée. Autour du thème « Regards alternatifs », les photographes de toute l'Europe sont invités à explorer la façon dont les personnes séropositives et séronégatives se perçoivent mutuellement. En raison du succès des années précédentes, le concours est ouvert à tous les pays européens et non plus aux seuls pays membres de l'Union européenne. L'association Aides, qui soutient depuis le début l'événement, est rejointe cette année par le centre régional pour l'information et la prévention du sida (Crips). «Encore aujourd'hui, le sida est marqué par des représentations figées que ce type de concours permet de combattre», explique Antonio Ugidos, son directeur. Les formulaires d'inscription sont disponibles sur le site : www.onevision2007.org. La date limite est fixée au 15 mars 2007.
http://www.sidanet.asso.fr/webapps/komplete/index.php?KTURL=mod_quotimed.html&page=70

18/12/2006 LES EFFETS DÉLÉTÈRES DE LA CO-INFECTION : LE VIH NUIT AU CONTRÔLE DU VHC
http://www.sidanet.asso.fr/
UNE ÉQUIPE de chercheurs de l’Harvard Medical School (Boston) s’est intéressée aux réponses immunitaires mises en jeu chez les patients co-infectés par les VIH et VHC. Leur étude confirme l’hypothèse selon laquelle l’infection par le VIH aurait un effet délétère sur les réponses anti-VHC. Elle indique, en outre, que chez les rares patients qui semblent contrôler la réplication du VHC, le risque de rechute est extrêmement important.Une minorité des personnes infectées par le VHC ne déclarent jamais de maladie hépatique. Elles parviennent spontanément à éliminer le virus de leur organisme grâce à une puissante réponse immunitaire spécifique impliquant les lymphocytes T CD4 . Ces cellules immunitaires étant précisément celles infectées et détruites par le VIH, ce phénomène pourrait expliquer pourquoi l’hépatite C progresse généralement très rapidement chez les patients co-infectés par le VIH et le VHC.Pour étudier cette question, Kim et coll. ont recruté 94 patients séropositifs pour le VHC, dont 47 chez lesquels le virus de l’hépatite était devenu indétectable et 60 qui étaient également porteurs du VIH.Un niveau relativement élevé de lymphocytes T CD4 . Les chercheurs ont focalisé leur attention sur les trente patients co-infectés par VIH et le VHC qui avaient réussi à contrôler leur charge en virus de l’hépatite. Ils ont découvert que, malgré leur infection par le VIH, ces sujets montraient un niveau relativement élevé de lymphocytes T CD4 capables de reconnaître spécifiquement le VHC. Parmi ces trente patients, six ont cependant rechuté au cours de l’étude. Leur charge en VHC a soudainement réaugmenté à un moment où leur compte de lymphocytes T CD4 était, quant à lui, en baisse. Ces rechutes sont dues à une résurgence du virus à l’origine de la première infection et non pas à une réinfection.
http://www.sidanet.asso.fr/webapps/komplete/index.php?KTURL=mod_quotimed.html&page=70

19/12/2006 LE DIRECTEUR GÉNÉRAL DE SIDA INFO SERVICE LIMOGÉ
http://www.lefigaro.fr
Le conseil d'administration de Sida info service, réuni jeudi dernier à Paris, a décidé de limoger Yves Ferrarini, le directeur général de l'association. Son départ négocié fait suite aux révélations du Figaro (voir nos éditions du 1er décembre) sur de lourdes erreurs de gestion de cette structure chargée d'exploiter le numéro de téléphone vert d'information sur le VIH en France. Selon un rapport demandé par Xavier Bertrand, le ministre de la Santé, la gestion de l'association fait apparaître un trou de plus de 500.000 euros sur deux exercices consécutifs. Depuis la publication de notre enquête, le ministre a demandé à l'Inpes (l'Institut national de prévention et d'éducation pour la santé) qui dépend de son ministère et finance l'association à plus de 80 %, de restructurer le numéro vert. Des fermetures de bureaux en province et des suppressions de postes d'écoutants sont prévisibles. Hier, une intersyndicale CGT, Sud et CFDT a lancé une motion de défiance envers le bureau de Sida info service. Les 140 salariés de l'association sont invités à voter cette motion d'ici à Noël.
http://www.lefigaro.fr/france/20061219.FIG000000006_le_directeur_general_de_sida_info_service_limoge.html

19/12/2006 «PERSONNE N'A VOULU INFECTER VOLONTAIREMENT LES ENFANTS LIBYENS»
http://www.liberation.fr
Le professeur Luc Montagnier, à l’origine de l’identification du virus du sida en mai 1983, avait été sollicité en 2003 par les autorités libyennes sur le dossier des infirmières bulgares. Il avait rendu un rapport les dédouanant complètement.- Pour vous, dans le dossier il n’y a aucun doute: elles sont innocentes?Il n’y a aucun doute sur le fait que personne n’a voulu infecter volontairement ces enfants. Qu’est-ce qui s’est produit? Comment cela s’est-il produit? Nous n’avons pas toutes les informations. Lorsque nous avons été conduits à faire cette expertise – à la demande des autorités libyennes –, il nous est apparu très clairement qu’il y avait des manques graves d’hygiènes dans les hôpitaux concernés, et surtout qu’il y avait une méconnaissance du virus et de l’épidémie. Beaucoup ne savaient pas que ce virus était très contagieux chez les enfants, comme on le voit par exemple dans l’allaitement maternel où il suffit de peu de virus pour que le nourrisson soit infecté.- Comment avez-vous travaillé?Nous avons fait plusieurs missions. Nous avons fait des analyses virologiques et interrogé le personnel. Nous avons observé que s’il y a des médecins bien formés, des ignorances demeuraient. Ainsi des enfants contaminés étaient hospitalisés à côté d’autres qui ne l’étaient pas. Des tubes de sang traînaient un peu partout. Et puis, ce n’était pas la première fois que l’on assistait à des épidémies nosocomiales, liées à des hôpitaux et à des mauvaises pratiques. On l’avait vu en Russie. Et pour nous, c’était l’hypothèse la plus probable. En septembre 2003, lorsque j’ai témoigné, cela a duré trois heures. On sentait que l’on parlait dans le vide. Ce qui était terriblement émouvant, c’était de voir ces femmes enfermées dans une cage.- Et il y a aussi l’étude, publiée en début de ce mois, dans la grande revue scientifique Nature...Tout à fait. L’analyse des génomes du virus du sida et du virus de l’hépatite C en cause dans ces contaminations a démontré la présence de ces souches virales et leur transmission hospitalière dans cet établissement, avant l’arrivée de l’équipe bulgare. Pour cela, ils ont utilisé les séquences génétiques de virus d’enfants et ils ont reconstruit l’histoire exacte et la généalogie de ces virus. Nous-mêmes y avons travaillé. Il ressort clairement de cette analyse, que le virus du sida en cause circulait dans l’hôpital Al-Fateh avant l’arrivée du staff bulgare en mars 1998. La probabilité que cette épidémie ait une origine postérieure à leur arrivée est «pratiquement de zéro», ont pu en déduire les auteurs.- Votre sentiment, alors?C’est un déni de la science, et cela même alors que d’ordinaire, la science sert à la manifestation de la vérité. On est face à un refus d’évidence scientifique et à une recherche de boucs émissaires.
http://www.liberation.fr/actualite/monde/224283.FR.php

19/12/2006 VIVES RÉACTIONS EN FRANCE APRÈS LA CONDAMNATION À MORT DES INFIRMIÈRES BULGARES ET DU MÉDECIN PALESTINIEN EN LIBYE
http://fr.news.yahoo.com
Le président de la République française Jacques Chirac s'est dit "choqué" mardi après la condamnation à mort infligée par un tribunal de Tripoli à cinq infirmières bulgares et un médecin palestinien, reconnus coupable d'avoir délibérément inoculé le virus du sida à 400 enfants libyens.Dans un entretien téléphonique avec son homologue bulgare Gueorgui Parvanov, M. Chirac a affirmé que la France avait "déploré la sentence" et "appelé à la clémence les autorités de Libye". "La France poursuivra ses efforts actifs et déterminés pour convaincre les autorités libyennes de trouver une solution conforme à la justice et aux attentes de la communauté internationale", a précisé l'Elysée.Le chef de la diplomatie française Philippe Douste-Blazy s'est également dit "choqué" et a appelé les instances libyennes à la clémence en appel.Le barreau de Paris a appelé à la mobilisation par la voix de son bâtonnier Yves Repiquet qui demande aux "représentants politiques ainsi que la communauté internationale des avocats" de "se mobiliser". Dans un communiqué, il s'est engagé à entreprendre immédiatement "toutes les démarches utiles pour renforcer cette mobilisation" et a demandé "à être reçu au plus vite par les autorités françaises"."Profondément choqué", le barreau de Paris rappelle que "les accusés n'ont cessé de clamer leur innocence et ont toujours déclaré que les des aveux leur avaient été extorqués sous la torture. C'est sur le fondement de ces seuls aveux qu'ils risquent aujourd'hui d'être exécutés"."La France déplore ce verdict mais appelle à la clémence les instances libyennes qui seront saisies conformément aux possibilités légales dont disposent les accusés", a déclaré pour sa part le ministre français des Affaires étrangères. "Je ne baisserai jamais les bras", a promis le chef de la diplomatie française. "Tant que l'appel ne sera pas donné, il y aura toujours un espoir".Le ministre a rappelé par ailleurs que "par principe, la France, tout comme d'ailleurs le reste de l'Union européenne, est fondamentalement opposée à la peine de mort"."Je voudrais également dire que je n'oublie pas la douleur éprouvée aussi bien par les enfants contaminés que par les détenus accusés d'avoir provoqué l'épidémie", a ajouté le chef de la diplomatie française. "C'est ce sentiment de compassion et vis-à-vis des enfants et vis-à-vis des infirmières et de ce médecin palestinien qui a guidé l'action de la France". M. Douste-Blazy a précisé que des enfants contaminés avaient été accueillis dans des hôpitaux français.L'ancien ministre Jack Lang, conseiller spécial de la candidate socialiste à la présidentielle Ségolène Royal, s'est dit "consterné" d'apprendre le verdict, soulignant que "l'ensemble du dossier montre que ces personnes sont innocentes". "Je conjure les autorités libyennes de prendre immédiatement une mesure de grâce et d'élargissement des six condamnés, en attendant leur réhabilitation", a-t-il ajouté dans un communiqué.La chanteuse Sylvie Vartan, d'origine bulgare, s'était mobilisée en faveur des infirmières et du médecin emprisonnés depuis près de sept ans en Libye. Sur RTL, elle a fait part de son "sentiment d'indignation, de dégoût". "Je trouve que c'est tragique, extrêmement frustrant que tout cela se termine comme ça pour l'instant".
http://fr.news.yahoo.com/19122006/5/vives-reactions-en-france-apres-la-condamnation-mort-des-infirmieres.html

_________________
Quelqu’un qui ne laisse pas la réalité déranger ses rêves est un sage. C.Singer
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
sida news du CRIPS
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Des propos qui choquent: sida ... justice immanente?!
» SIDA : un nouvel espoir, un vrai !
» Sida en Afrique
» Les Suisses remettent le couvert (SIDA)
» la grande supercherie du SIDA

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
sidamis :: Sida-infos :: revues de presse-
Sauter vers: