sidamis


 
AccueilFAQS'enregistrerGaleriePortailRechercherMembresGroupesConnexionCalendrier

Partagez | 
 

 sidanews semaine du 30/03/07

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
maya

avatar

Féminin
Nombre de messages : 1268
Age : 54
Localisation : paris
sexualité : vivante
célib. ou en couple ? : ...
Date d'inscription : 30/09/2005

MessageSujet: sidanews semaine du 30/03/07   Ven 30 Mar - 20:23

30/03/2007 TRANSMISSION DU VIH : L'ALLAITEMENT COMPLET MOINS RISQUÉ QUE L'ALLAITEMENT MIXTE
http://fr.news.yahoo.com
Les mères séropositives risquent moins de transmettre le virus du sida (VIH) à leur bébé lorsqu'elles l'allaitent complètement qu'en associant allaitement et lait artificiel ou autres aliments, selon une étude publiée vendredi par la revue médicale britannique The Lancet. L'allaitement est généralement conseillé, à plus forte raison dans les pays où la mauvaise qualité de l'eau des biberons entraine un risque accru de mortalité à cause de diarrhées. Mais lorsque la mère est séropositive, elle risque de transmettre le VIH au bébé via le lait maternel. Selon l'Onusida, plus de 300.000 enfants sont infectés chaque année par le VIH via l'allaitement. Le risque de transmission postnanale du VIH était jusque là estimé à 10% à 20%, sans faire la distinction entre allaitement exclusif et allaitement mixte, soulignent des experts dans The Lancet. Or, le risque s'avère nettement plus faible lors de l'allaitement exclusif, selon l'étude réalisée en Afrique du sud dans le KwaZulu-Natal par l'équipe de Hoosen Coovadia et Nigel Rollins sur 1.372 bébés nés de mère séropositive. L'explication serait que l'intégrité de la muqueuse intestinale du bébé serait mieux préservée et jouerait mieux son rôle de barrière face au VIH lorsqu'il ne consomme que du lait maternel. Par ailleurs, lorsque la mère assure un allaitement complet, elle risquerait moins que dans le cas d'un allaitement mixte de souffrir d'abcès et d'autres problèmes mammaires favorisant la transmission accrue du VIH dans le lait. Parmi les 1.132 enfants (83% du total) nourris exclusivement au sein, 175 (19,5%) ont été infectés par le virus du sida avant l'âge de six mois. Si l'on tient compte des infections survenues dès la grossesse ou lors de l'accouchement, le risque de contamination via l'allaitement est estimé à environ 4% (de 2,3% à 5,8%). Le risque d'infection par le VIH était près du double en cas d'allaitement mixte et jusqu'à onze fois plus élevé en cas d'association entre lait maternel et aliments solides (bouillies avec des farines infantiles). Environ 6% des enfants nourris exclusivement au sein sont morts (toutes causes confondues) avant l'âge de 3 mois, contre 15% des bébés alimentés autrement. Ces travaux et deux autres études conduites en Côte d'Ivoire et au Zimbabwe ont conduit des experts de l'Organisation mondiale de la santé à préconiser en octobre une révision des recommandations : l'allaitement exclusif est recommandé durant les six premiers mois du bébé aux mères séropositives, sauf si une alimentation de remplacement de bonne qualité sanitaire est accessible.
http://fr.news.yahoo.com/30032007/202/transmission-du-vih-l-allaitement-complet-moins-risque-que-l.html


29/03/2007 4E CONFÉRENCE FRANCOPHONE DU VIH/SIDA
http://www.humanite.presse.fr
« Rien n’est réglé, ni au Nord, ni au Sud. » Le message de la 4e Conférence francophone du VIH/sida se veut clair : 40 millions de personnes sont séropositives à travers le monde. L’exception sida est une réalité, il n’est donc pas possible de baisser la garde comme certains experts le souhaiteraient. Si les traitements au Nord, toujours plus adaptés, permettent une augmentation importante de l’espérance de vie des malades, la discrimination professionnelle et quotidienne subie par ces mêmes malades n’a jamais été aussi prégnante. Et cette discrimination a des conséquences sur la poursuite de la transmission du sida. Car plus les individus sont fragilisés, plus il leur est difficile de suivre leur traitement et d’adopter des conduites préventives dans leurs relations intimes et sexuelles. Quant au Sud, un bond en avant a eu lieu en termes d’accès aux traitements et à la prévention, mais on est loin du compte. Et les obstacles vécus au Nord sont encore plus importants, notamment en termes de discrimination et de stigmatisation des malades mais aussi d’accès aux traitements de seconde ligne.
http://www.humanite.presse.fr/journal/2007-03-29/2007-03-29-848615


29/03/2007
PRÉVENTION : PRÉSERVATIFS REMBOURSÉS
http://www.sidanet.asso.fr/
A partir du 2 avril, Maaf Assurances intègre le remboursement des préservatifs dans son forfait « Prévention santé », à hauteur de 30 euros par an, soit, selon les calculs de la mutuelle, « 136,3 moments de bonheur » (sur la base d'un prix moyen du préservatif à 0,22 euros).
http://www.sidanet.asso.fr/webapps/komplete/index.php?KTURL=mod_quotimed.html&page=70


29/03/2007 VIRUS DU SIDA : VERS L'ÉRADICATION ?
http://www.liberation.fr
Christine Katlama, professeure de maladies infectieuses à l'hôpital la Pitié-Salpêtrière, à Paris, a été le témoin depuis vingt ans de toutes les étapes des traitements contre le sida. Du désarroi des débuts, quand il n'y avait rien, à la bonne surprise des trithérapies, en 1996. Aujourd'hui, elle évoque un moment décisif avec l'arrivée de nouvelles molécules. Coprésidente de la conférence francophone sur le sida qui se tient à partir d'aujourd'hui jusqu'au 31 mars à Paris (1), elle note le paradoxe de la situation mondiale. D'un côté, des progrès thérapeutiques permettent d'évoquer l'hypothèse d'une éradication du virus. De l'autre, la question centrale des médicaments dans les pays en voie de développement et l'accès, non seulement aux trithérapies de base, mais désormais aux traitements dits de seconde ligne, l'«énorme défi actuel».
http://www.liberation.fr/vous/sante/244168.FR.php

28/03/2007 LA CIRCONCISION, UN "PLUS" CONTRE LE SIDA, MAIS PAS L'ARME ABSOLUE
http://fr.news.yahoo.com
L'Organisation mondiale de la santé (OMS) et l'Onusida présentent mercredi des recommandations sur les conditions dans lesquelles la circoncision pourrait servir à réduire les risques de transmission du sida, ce qu'ont montré des études en Afrique. La circoncision constituerait en effet un moyen supplémentaire de prévention de la transmission de l'infection chez l'homme hétérosexuel, surtout dans les zones où le virus du sida (VIH) est fortement implanté comme par exemple en Afrique du Sud. Mais, ont averti les experts, "ce n'est pas l'arme absolue". La circoncision n'est pas une protection à 100% et ne doit donc pas faire négliger le recours aux préservatifs et la réduction du nombre de partenaires. Selon deux études menées au Kenya et en Ouganda, dont les résultats ont été publiés fin février dans la revue médicale britannique The Lancet, la circoncision divise au moins par deux les risques d'infection par le virus du sida (VIH). Ces études confirment les conclusions présentées en 2005 d'une étude conduite par l'Agence nationale de recherche sur le sida (ANRS, France) en Afrique du Sud (Orange Farm), montrant une diminution de 60% du risque d'infection masculine. Les experts soulignent toutefois la nécessité de pratiquer cette intervention dans de bonnes conditions d'hygiène, sous peine de voir les hommes se tourner vers des personnes non qualifiées "avec des risques de complications pouvant aller jusqu'à la mort ou des dommages permanents aux organes génitaux", selon le Pr Bertran Auvert, responsable de l'étude Orange Farm.La circoncision est par ailleurs plus ou moins bien acceptée selon les cultures. En Afrique sub-saharienne, qui concentre la grande majorité des personnes touchées par le VIH-sida dans le monde (24,7 millions sur un total de 39,5 millions), la circoncision permettrait d'éviter, sur vingt ans, près de six millions de nouvelles infections et trois millions de morts, selon les projections d'une étude coordonnée par l'OMS. L'effet protecteur résulterait d'une réduction considérable, grâce à la circoncision, de la surface de peau comportant de nombreuses cellules immunitaires (cellules dentritiques) très sensibles au VIH, ainsi que d'une transformation de la muqueuse. Après l'opération, une couche de cellules semblables à celles recouvrant la peau se forme sur la muqueuse, limitant l'entrée du VIH. Toutefois, une nouvelle étude conduite en Ouganda, rendue publique début mars à l'occasion d'une réunion d'experts de l'OMS et d'Onusida, suggère que le taux de transmission du virus à la femme partenaire est plus élevé avec les hommes séropositifs qui n'ont pas attendu d'être complètement cicatrisés après la circoncision pour reprendre les rapports sexuels. Quoique portant sur un très faible échantillon, ces résultats rendent indispensables une information des femmes sur les risques et les bénéfices de la circoncision masculine, estime un des auteurs, le Dr Maria Wawer (Johns Hopkins University, Baltimore, Etats-Unis).
http://fr.news.yahoo.com/28032007/202/la-circoncision-un-plus-contre-le-sida-mais-pas-l.html

27/03/2007 AIDES CONTRE SARKOZY
http://www.tetu.com
Aides a décidé de frapper un grand coup contre le candidat de l'UMP. Pour protester contre le fait que Nicolas Sarkozy est le seul des candidats sollicités qui n'a pas accepté de la rencontrer ni répondu à ses revendications, l'association a lancé une nouvelle campagne d'affichage, avec une photo de Nicolas Sarkozy et ce slogan: «Voterez-vous pour moi même si j'en ai rien à cirer du sida?», à la place du slogan habituel «Voteriez-vous pour moi si j'étais séropositif?». Dominique Voynet avait été la première à rencontrer Aides le 26 février dernier, suivie deux jours plus tard par Olivier Besancenot. Arlette Laguiller, Marie-George Buffet Corinne Lepage et Jean-Marie Cavada (pour François Bayrou) avaient répondu aux questions de Aides. Quant à Ségolène Royal, elle a rencontré les associations de lutte contre le sida le 14 mars. Tous avaient eu droit à leur affiche. De son côté, hier soir, lundi 26 mars, Act Up-Paris avait décidé de «fêter» le départ de Nicolas Sarkozy du ministère de l'Intérieur en organisant un rassemblement porte Saint-Denis, à Paris. Aux cris de «Sarkozy s'en va, le printemps renaît» ou «Des fleurs, des paillettes, Sarkozy à la retraite», les militants ont distribué des tulipes aux passants.
http://www.tetu.com/rubrique/infos/infos_detail.php?id_news=11257

26/03/2007 SIDACTION 2007 : 5,5 MILLIONS D'EUROS DE PROMESSES DE DONS
http://www.e-llico.com
'édition 2007 du Sidaction a permis de récolter 5,5 millions d'euros de promesses de dons, soit un chiffre presque équivalent au record de 2006 (5,6 millions), ont annoncé dimanche soir les organisateurs dans un communiqué."Sidaction se réjouit de cette collecte qui va lui permettre de maintenir ses soutiens, pour moitié à la recherche et pour moitié à la prévention et à l'aide aux malades en France et dans 28 pays en développement", selon le communiqué.L'association Sidaction, présidée par Pierre Bergé et co-présidée par Line Renaud, adresse "mille mercis aux 160.000 donateurs", aux "4.500 bénévoles maillon indispensable de cette chaîne de solidarité", ainsi qu'aux organisateurs des 150 animations qui ont eu lieu dans plus de 110 villes partout en France".L'édition 2006 avait été la meilleure de la décennie avec 5,6 millions d'euros collectés. Le Sidaction avait permis de recueillir 4,2 millions d'euros en 2005 et 4,7 millions en 2004.Mais la collecte 2007 n'est pas finie et se prolonge jusqu'au 19 avril (numéro d'appel gratuit: 110, internet: www.sidaction.org). Le résultat définitif de la collecte ne sera donc connu qu'à cette date.Un nombre record de onze chaînes de télévision et cinq radios se sont mobilisées pour cette opération annuelle de collecte de fonds lancée en 1994 et reposant massivement sur des émissions spéciales. Radios et télévisions ont multiplié les programmes pour sensibiliser leurs auditeurs et les inciter à se montrer généreux.Le point fort de l'opération vendredi était assuré par la chaîne Pink TV qui a consacré à partir de 19H30 une émission spéciale de 80 minutes présentée par Claire Chazal et Frédéric Mitterrand à la lutte contre la maladie, avec les représentants de nombreuses associations d'aide aux malades.
http://www.e-llico.com/

_________________
Quelqu’un qui ne laisse pas la réalité déranger ses rêves est un sage. C.Singer
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
maya

avatar

Féminin
Nombre de messages : 1268
Age : 54
Localisation : paris
sexualité : vivante
célib. ou en couple ? : ...
Date d'inscription : 30/09/2005

MessageSujet: sidanews semaine pascale 07/04/07   Sam 7 Avr - 13:09

01/04/2007 MALADES DU SIDA SOUS TRITHÉRAPIE : DÉFIS POUR L'AVENIR
http://fr.news.yahoo.com
Le nombre de malades du sida sous trithérapie a été multiplié par quatre entre 2003 et juin 2006 dans les pays en développement, passant de 400.000 à 1,6 million, mais les carences restent énormes et le coût des futurs traitements risque d'être prohibitif. Moins du quart des 6,6 millions de porteurs du VIH/sida ayant un besoin urgent de trithérapie en bénéficiaient en juin dernier, selon l'Organisation mondiale de la santé (OMS) et l'Onusida. En Afrique subsaharienne où vivent les deux tiers des quelque 40 millions de séropositifs ou malades du sida, l'accès aux trithérapies a été multiplié par dix entre 2003 et 2006, mais 70% des besoins ne sont pas satisfaits, selon le bilan fait l'été dernier par l'OMS. Les besoins sont particulièrement criants pour les enfants des pays pauvres ou en développement: sur 800.000 personnes de moins de 15 ans nécessitant d'urgence un traitement antirétroviral, seuls 60.000 à 100.000 en bénéficiaient l'an dernier. Les médicaments génériques à bas prix ont facilité l'accès aux antirétroviraux (ARV) dans les pays en développement, mais les premiers malades traités commencent à avoir besoin de traitements de deuxième ligne, très chers. Traiter un seul patient avec des antirétroviraux de deuxième ligne coûte autant que traiter 30 patients en première ligne, explique Jean-François Delfraissy, directeur de l'Agence nationale de recherche sur le sida (ANRS). D'après une étude portant sur 57.000 patients suivis par Médecins sans frontières (MSF), 352 étaient sous antirétroviraux de deuxième ligne fin 2006, après avoir développé des résistances aux premiers traitements. Une analyse sur un échantillon réduit a montré que 20% des malades doivent recevoir des ARV de deuxième ligne au bout de cinq ans de traitements, selon des résultats présentés lors de la 4e conférence francophone VIH/sida fin mars à Paris. Dès 2008, 20% des quelque 400.000 premiers malades des pays en développement sous trithérapie en 2003 pourraient avoir besoin de traitement de deuxième ligne, ce qui risque de faire exploser les coûts, a mis en garde Fernando Pascual (MSF), redoutant un "retour en arrière", faute de progrès dans l'accès aux médicaments de deuxième ligne, en l'absence de génériques bon marché. Un problème auquel donateurs et organisations internationales doivent s'attaquer pour que l'objectif d'Accès universel d'ici à 2010 ne soit pas compromis, dit-il.
http://fr.news.yahoo.com/01042007/202/malades-du-sida-sous-tritherapie-defis-pour-l-avenir.html

30/03/2007 ACT UP-PARIS RENCONTRE BAYROU : DES ENGAGEMENTS SUR LE FINANCEMENT
http://www.e-llico.com
A près avoir tapé du poing sur la table, Act Up-Paris a enfin décroché le rendez-vous qu'elle exigeait avec François Bayrou. Après avoir essuyé un premier refus, Act Up-Paris a rencontré François Bayrou ce jeudi 29 mars. Selon l'association, la rencontre a porté principalement sur l’engagement de la France dans la lutte contre le sida au niveau international. François Bayrou a assuré ses interlocuteurs que s’il était élu, il tiendrait les engagements financiers pris par la France dans le cadre du G8 pour un accès universel aux traitements, soit une contribution française d’un milliard d’euros dès 2008 (0,05 % du PIB des pays. Il s’est également engagé à "tout mettre en oeuvre" pour que les pays pauvres puissent enfin se procurer des versions génériques des médicaments vitaux. Selon Act Up, le candidat de l’UDF a par ailleurs "entendu" ses revendications en matière de droits sociaux et d’accès aux soins des malades étrangers. "Mais, pour être crédible, il lui faudra s’engager publiquement, en particulier sur la revalorisation de l’AAH au niveau du SMIC et sur l’adaptation des conditions de reconnaissance du handicap pour les malades atteints de pathologies graves ou évolutives. Et il devra se démarquer clairement des politiques de remise en cause de la protection juridique des malades étrangerEs, menées par la majorité à laquelle il a jusqu’à présent participé", relativise l'association. À ce jour, Nicolas Sarkozy est le seul candidat d’un parti de gouvernement à ne pas avoir répondu aux sollicitations des associations de lutte contre le sida, souligne Act Up.
http://www.e-llico.com
04/04/2007 SÉGOLÈNE, TA SOLIDARITÉ NE SUFFIT PAS, PAR MARJOLAINE DEGREMONT
http://www.lemonde.fr
Aujourd'hui, en France, environ sept femmes sont contaminées chaque jour par le virus du sida.
lire l'article :
http://www.lemonde.fr/web/article/0,1-0@2-3232,36-891733,0.html

06/04/2007 VIH/SIDA : SARKOZY DÉÇOIT LES ASSOCIATIONS
http://www.e-llico.com
Interpellé par Aides et Act Up sur le VIH/sida et invité à exposer ses propositions en matière de santé publique , Nicolas Sarkozy a beaucoup déçu les associations de lutte contre le sida. Qui le font savoir.
lire la suite :
http://www.e-llico.com/

http://www.lemonde.fr/web/article/0,1-0@2-3232,36-891733,0.html
04/04/2007 4E CONFÉRENCE FRANCOPHONE VIH/SIDA : PARI RÉUSSI, AVEC PLUS DE 1 500 PARTICIPANTS
http://www.sidanet.asso.fr/
La 4e Conférence francophone, qui s'est achevée dimanche à Paris, a été, de l'avis de ses organisateurs, un succès. Pendant deux jours, les 1 653 participants de 57 pays, dont certains non francophones, ont pu partager leurs expériences tant sur la prise en charge médicale et la prévention que sur l'organisation des soins ou la formation.
lire la suite :
http://www.sidanet.asso.fr/webapps/komplete/index.php?KTURL=mod_quotimed.html&page=70

05/04/2007 "NICOLAS SARKOZY 2007-2012 : NOUS N'Y SURVIVRONS PAS", SELON ACT-UP
http://www.lemonde.fr
Act Up-Paris a lancé, jeudi 5 avril, une nouvelle campagne d'affichage, intitulée "Nicolas Sarkozy 2007-2012 : nous n'y survivrons pas", pour dénoncer "les dangers que le candidat de l'UMP fait peser sur la lutte contre le sida et sur le système de santé en général". L'association pointe plus particulièrement "l'instauration d'une franchise illimitée sur les soins ; le déremboursement de médicaments ; la remise en cause de la prise en charge à 100 % des séropositifs ; la dérégulation du système hospitalier public ; l'expulsion de malades étrangers dans des pays où ils/elles mourront faute de traitements ; l'absence d'engagement pour le financement par la France de la lutte contre le sida dans le monde".
http://www.lemonde.fr/web/article/0,1-0@2-823448,36-892129,0.html

05/04/2007 SIDA : NOUVELLE ÉTUDE CONFIRMANT LE CARACTÈRE PROMETTEUR D'UN ANTIVIRAL
http://fr.news.yahoo.com
Un nouveau médicament antisida, le darunavir, associé à un autre antiviral, pourrait permettre d'élargir les solutions thérapeutiques pour les patients sur lesquels les autres traitements n'apparaissent plus efficaces, selon une étude confirmant son caractère prometteur. L'étude parait dans la revue médicale britannique The Lancet, datée de samedi. Pour les patients en échec thérapeutique, après de multiples combinaisons de traitements, la mise à disposition de nouveaux médicaments antirétroviraux (anti-sida) relève d'un besoin urgent, rappelle la revue. Le darunavir (auparavant appelé TMC114, nom commercial : Prezista) est une antiprotéase (anti-virus du sida ou VIH) destinée aux patients dont les traitements sont devenus inopérants.
lire la suite :
http://fr.news.yahoo.com/05042007/202/sida-nouvelle-etude-confirmant-le-caractere-prometteur-d-un-antiviral.html

05/04/2007 UN MAL QUI RÉPAND LA RUMEUR
http://www.sidanet.asso.fr/
Comme la peste autrefois, l'épidémie de sida traîne dans son sillage rumeurs et interprétations, qui rendent compte des peurs et des croyances d'aujourd'hui, et s'inscrivent dans notre histoire moderne.«Depuis la peste bubonique du XVIesiècle, aucun agent pathogène n'a eu d'effets aussi dévastateurs», déclarait l'Organisation mondiale de la santé (OMS) dans un rapport de 2003. Peste des temps modernes, l'infection par le VIH traîne dans son sillage les rumeurs et les interprétations les plus folles, qui témoignent de nos peurs et de nos croyances d'aujourd'hui. Lors de la 4e Conférence francophone VIH/sida qui s'est tenue la semaine dernière à Paris, Didier Fassin, médecin, sociologue et anthropologue, a rapporté son expérience de sept années de recherche en anthropologie politique et morale du sida en Afrique du Sud. Le pays est de ce point de vue emblématique, du fait de la gravité de l'épidémie - les taux de séroprévalence y dépassent les 25 % chez les femmes enceintes -, mais aussi en raison de l'intensité des controverses autour des causes et des traitements du sida. «En Afrique du Sud, comme sur le reste du continent, le sida a d'abord été vécu comme un problème de comportement déviant à la fois sur le plan moral et sur le plan sanitaire. On a parlé, comme il y a un siècle avec la syphilis, de promiscuité sexuelle, dont on a fait un trait singulier, redoublant ainsi la stigmatisation des populations noires», explique-t-il. Leur sexualité ne serait pas ludique, mais brutale. Une journaliste n'a pas hésité à parler d'une «nation de violeurs», rappelle le sociologue. Un jugement que vient appuyer la légende, largement répandue, du viol purificatoire, selon laquelle les hommes infectés violeraient des jeunes filles vierges dans l'espoir d'y trouver la guérison. Une telle «croyance, dont il est difficile de trouver la moindre preuve empirique dès lors que l'on enquête sérieusement, souligne Didier Fassin, n'en est pas moins devenue une croyance cette fois des milieux de la santé publique et, très rapidement, l'un des lieux communs les plus internationalement disséminés»
http://www.sidanet.asso.fr/webapps/komplete/index.php?KTURL=mod_quotimed.html&page=70

_________________
Quelqu’un qui ne laisse pas la réalité déranger ses rêves est un sage. C.Singer
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
maya

avatar

Féminin
Nombre de messages : 1268
Age : 54
Localisation : paris
sexualité : vivante
célib. ou en couple ? : ...
Date d'inscription : 30/09/2005

MessageSujet: semaine du 14 avril   Sam 14 Avr - 11:04

11/04/2007 VACCIN ANTI-VIH : S'INSPIRER DES SÉROPOSITIFS «CONTRÔLEURS DU VIH»
http://www.tetu.com
S'inspirer de la réaction immunitaire contre le virus du sida des rares individus séropositifs qui semblent lui résister durablement sans traitement, pourrait contribuer à la mise au point d'un vaccin, font valoir les auteurs de travaux rendus publics hier. «Il y a une minorité de patients -moins de 1%- qui a trouvé dans son système immunitaire la capacité à avoir une bonne réponse antivirale, somme toute c'est ce qu'on attend d'un vaccin préventif», a expliqué à l'AFP le Pr Jean-François Delfraissy, directeur de l'Agence nationale de recherche sur le sida (ANRS). Des chercheurs de l'Institut Pasteur sous la direction de Françoise Barré-Sinoussi et de l'Inserm (Alain Venet), en collaboration avec une équipe de l'hôpital Bicêtre dirigée par le Pr Delfraissy, ont cherché à expliquer comment ces personnes réussissent à contrôler le VIH. Les résultats, publiés dans les Comptes rendus de l'Académie des sciences américaine (Proceedings of the National Academy of Sciences), montrent comment certaines cellules immunitaires, des lymphocytes CD8, sont «spontanément capables de contrôler l'infection par le VIH-1» chez ce type de patients. Les lymphocytes CD8 «détruisent immédiatement les cellules CD4 dès qu'elles sont infectées, le virus n'a pas le temps de se multiplier» dans ces cellules qu'il parasite pour s'y reproduire, souligne le Pr Delfraissy. Les patients restent séropositifs mais leur charge virale (quantité de virus) est indétectable, ajoute-t-il. Ils vont bien, sans avoir besoin de traitement. Véritables cellules tueuses, les lymphocytes T CD8 se caractérisent par la rapidité et la puissance de leur réaction chez ces patients très particuliers appelés «contrôleurs du VIH». Sans stimulation préalable, ces lymphocytes sont capables d'inhiber totalement, in vitro, l'infection des cellules CD4, selon les équipes de chercheurs. L'étude, qui a porté sur 11 patients «contrôleurs du VIH» dont certains avaient été diagnostiqués séropositifs dès 1983, a aussi permis de découvrir deux marqueurs permettant de repérer les CD8 spécifiques anti-VIH. «Cela peut être une piste pour mieux définir des marqueurs de ce que serait une bonne réponse vaccinale», précise le Pr Delfraissy, soulignant que l'objectif des vaccins est bien de fabriquer des CD8 spécifiques. Ce qui se passe chez ces patients est donc, selon lui, «un très bon exemple de ce qu'on devrait essayer de construire avec les vaccins». Une équipe américaine s'était aussi inspirée de l'exemple des patients «contrôleurs du VIH» pour trouver un talon d'Achille du virus, possible cible d'un vaccin anti-sida, selon des travaux publiés en février dans la revue scientifique britannique Nature. «Une fois de plus, les Américains ont eu les mêmes idées au même moment», commente le Pr Delfraissy, reconnaissant que les équipes françaises autour de l'ANRS et celles rassemblées par les Instituts nationaux de santé américain (NIH et NIAID) sont «en concurrence». «C'est, poursuit-il, un sujet extrêmement chaud en ce moment de la recherche sur le VIH». Après avoir été «obnubilées par les traitements, pendant des années», les équipes se penchent sur les séropositifs qui vont bien, pour comprendre pourquoi.
http://www.tetu.com/rubrique/infos/infos_detail.php?id_news=11327
12/04/2007 SIDA : QUAND LA CONTAMINATION DEVIENT CRIME
http://www.liberation.fr
Plus de 36 pays en Europe ont modifié leur législation pour criminaliser la transmission du VIH à un partenaire. Inquiétant et contre-productif pour les associations et l'Onusida. Cela se passe l'été dernier, en Suède. Une adolescente de 15 ans a un rapport sexuel non protégé avec un homme beaucoup plus âgé. Elle est séropositive, lui ne l'est pas. La jeune fille a prévenu son partenaire par un message sur son portable. Il ne sera pas contaminé. La jeune fille a néanmoins été poursuivie «pour mise en danger de la vie d'autrui»... En Suisse encore, toujours en 2006. Une jeune femme est condamnée «pour exposition au VIH» à douze mois de prison. Elle a aussi l'obligation de révéler à la justice l'identité de tous ses partenaires sexuels, y compris ceux, précise le jugement, avec qui «le rapport était protégé». «C'est une ahurissante intrusion dans la vie privée des gens», ont réagi les associations de lutte contre le sida....En France, en décembre, pour la première fois, une femme a été condamnée à deux ans de prison, dont quatorze mois avec sursis, pour avoir transmis le VIH alors qu'elle se savait séropositive. Soulignant «l'extrême gravité des faits», le tribunal de Nanterre a condamné la jeune femme pour «administration de substance nuisible ayant entraîné une incapacité supérieure à huit jours». Selon le jugement, elle se savait atteinte du sida depuis 1995, mais a eu des rapports non protégés avec son compagnon de l'époque, lequel s'est découvert séropositif en 2000.... Tous les cas ne sont pas identiques et renvoient à des histoires personnelles complexes. Certains conflits ­ mais ils sont rares ­ relèvent, de la part de l'un des protagonistes, d'une volonté de nuire. Il n'empêche. De manière discrète mais continue, la criminalisation de la contamination par le virus du sida devient la règle, y compris en Europe. Les conclusions d'un très long travail effectué par une organisation ­ GNP + Europe (Global Network of People living with Aids, réseaux d'associations de personnes vivant avec le sida en Europe) ­ sont accablantes. L'organisation a dressé la liste des poursuites : plus de 130 en trois ans. Peu avant, l'Organisation mondiale de la santé, alarmée par cette tendance planétaire, avait lancé une consultation sur cette question. Et récemment, à Paris, lors du congrès francophone sur le sida, Deborah Glejser, porte-parole du Groupe sida de Genève (1), a brossé un tableau inquiétant de la situation actuelle.Plus de 36 pays en Europe ont récemment modifié leur législation «dans le but de caractériser explicitement une transmission réelle ou virtuelle du VIH comme un acte criminel», note Deborah Glejser. Parmi eux, quatorze pays en Europe ont rédigé des législations spécifiques, les autres reprenant, voire élargissant, le périmètre d'application des lois existantes, en s'appuyant sur la qualification de «mise en danger de la vie d'autrui». Dans 21 de ces pays, des condamnations ont déjà été prononcées. Quand on entre dans le détail des textes législatifs, ils se divisent en deux types : ceux qui pénalisent la prise de risque sans contamination, et ceux qui ne retiennent que la transmission effective.
http://www.liberation.fr/transversales/grandsangles/246954.FR.php
12/04/2007 VIH/SIDA : UN TEST ORAL DE DÉPISTAGE
http://www.radio-canada.ca/regions/Montreal/2007/04/12/003-test-vih-mcgill.shtml
Rapide et efficace. Voilà les principales qualités d'un nouveau test oral de dépistage du VIH mis au point par des chercheurs du Centre universitaire de santé McGill (CUSM), à Montréal. Il offrira une solution de rechange au traditionnel test sanguin, dont les résultats peuvent prendre jusqu'à deux semaines avant d'être communiqués au patient. Les résultats de ce test oral seraient disponibles dans un délai de 40 minutes. La nouvelle procédure pourrait même devenir la nouvelle norme en matière de test de terrain, selon une étude menée par le CUSM. Les travaux montrent que le test OraQuick HIV-1/2, administré oralement sur le fluide oral, assure une précision de 100 % et constitue l'option privilégiée des patients. « Le test oral du VIH peut également être administré par un personnel sanitaire possédant une formation minimale, ce qui supprime le besoin de techniciens de laboratoire spécialisés. - Dre Nitika Pai ». L'auteure principale de cette recherche, la Dre Nitika Pai et ses collègues ont testé 450 personnes pour l'infection au VIH à l'Institut des sciences Mahatma Gandhi de Sevagram, en Inde. Ils ont établi que 32 % des personnes testées présentaient des résultats positifs au VIH. Les chercheurs ont comparé la précision diagnostique du test OraQuick à l'aide de deux échantillons, le premier prélevé sur le fluide oral et le second, par piqûre au doigt, aux tests sanguins classiques. De plus, le test pratiqué sur le fluide oral était précis à 100 % en comparaison de la ponction sanguine au doigt, qui a produit un faux résultat positif (spécificité de 99,7 %). Pour le test oral, peu d'inconfort a été signalé au cours du prélèvement des échantillons, alors que 66 % des sujets soumis à la ponction au doigt ont signalé un inconfort. Le test oral avait déjà reçu l'aval de la Food and Drug Administration des États-Unis. Toutefois, des études antérieures indiquaient que ce test manquait de précision. Pour cette raison, le Centre for Disease Control a réclamé des études plus concluantes, ce qui a conduit aux tests supplémentaires en Inde.
http://www.radio-canada.ca

13/04/2007 TMC 278 : UNE NOUVELLE MOLÉCULE
http://www.sidanet.asso.fr/
Les résultats d’une étude de phase IIb visant à comparer, chez 368 patients naïfs, un nouveau dérivé non nucléosidique, le TMC 278 de Tibotec (à trois doses : 25, 75 ou 150 mg/j, en une prise) à l’efavirenz (EFV), dans le cadre de diverses associations.Au terme de 48 semaines de suivi, l’analyse en intention de traiter ne montre pas de différence significative d’efficacité entre les 4 bras de l’étude (de 77 à 81 % de charges virales indétectables). Quantitativement, on n’enregistre pas de différence significative en termes de tolérance qu’il s’agisse des effets secondaires modérés à sévères ou des troubles biologiques. En revanche, le profil de tolérance est différent, le TMC 278 donnant plus de nausées, mais moins de troubles neuropsychiques, de rashs cutanés et de modifications du LDL cholestérol.Ainsi, le TMC 278 peut élargir l’offre thérapeutique, notamment chez les patients ne supportant pas l’efavirenz.
http://www.sidanet.asso.fr/webapps/komplete/index.php?KTURL=mod_quotimed.html&page=70



13/04/2007 TRAITEMENT ANTIRÉTROVIRAL : LES ANTI-INTÉGRASES ARRIVENT
http://www.sidanet.asso.fr/
On en parlait depuis longtemps mais, lors de la CROI 2007, on a pu découvrir des résultats très prometteurs d’anti-intégrases, le raltegravir (MK 0518) étant celle dont le développement est le plus avancé (phase III) alors que l’elvitegravir (GS-9137) est en phase II. On note en particulier la rapidité d’action antivirale de ces molécules, même si on décrit déjà des résistances.Le raltegravir de MSD a fait l’objet de deux essais de phase III, Benchmrk 1 (Europe et Asie Pacifique) et 2 (Amérique du Nord et du Sud), versus placebo, sur un total de 700 patients en situation d’échec thérapeutique (résistances aux trois classes d’antirétroviraux, ARN viral à plus de 1 000 copies/ml).Au terme de seize semaines de suivi, on note de 61 à 62 % de charges virales indétectables (< 50 copies/ml) contre 33 à 36 % dans le groupe placebo (p < 0,001). Parallèlement, on observe une augmentation significativement supérieure des CD4 (p < 0,001), dans les groupes recevant du raltegravir (400 mg x 2/j). Alors que 60 % des patients bénéficient d’un recul de vingt-quatre semaines, la supériorité du traitement actif se maintient. Enfin, la tolérance du traitement apparaît globalement satisfaisante, avec un pourcentage d’effets secondaires équivalents dans les deux bras des deux études. Le souci pourrait venir de la tolérance à long terme, encore inconnue, mais aussi et surtout des résistances : si les échecs virologiques sont moins fréquents dans les bras raltegravir que sous placebo (16 versus 51 %), 32 des 41 échecs du raltegravir s’expliquent par une modification génotypique de l’intégrase VIH.
http://www.sidanet.asso.fr/webapps/komplete/index.php?KTURL=mod_quotimed.html&page=70

11/04/2007 CHRISTIAN SAOUT (AIDES) : LE SIDA SE COMBAT PAR LA POLITIQUE
http://www.e-llico.com
Président de Aides, Christian Saout dresse le bilan de la stratégie de campagne de l'association qui a soumis une plate-forme de revendications pointant six chantiers majeurs sur la question du VIH/sida aux principaux candidats.
http://www.e-llico.com/

_________________
Quelqu’un qui ne laisse pas la réalité déranger ses rêves est un sage. C.Singer
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
maya

avatar

Féminin
Nombre de messages : 1268
Age : 54
Localisation : paris
sexualité : vivante
célib. ou en couple ? : ...
Date d'inscription : 30/09/2005

MessageSujet: sidanews semaine du 20/04/07   Ven 20 Avr - 19:51

20/04/2007 UN PEPTIDE HUMAIN INHIBE LE VIH : UNE NOUVELLE VOIE THÉRAPEUTIQUE EST OUVERTE
http://www.sidanet.asso.fr
Un inhibiteur naturel du VIH présent dans le sang a été identifié par une équipe allemande qui a passé au crible une bibliothèque de peptides sanguins humains. Nommé Virip (pour Virus-Inhibitory Peptide), cet inhibiteur bloque l'entrée dans les cellules du VIH-1, y compris les souches résistantes aux antirétroviraux actuels, en interagissant avec la protéine de fusion gp41 virale. Cette découverte ouvre la voie au développement d'une nouvelle classe d'antirétroviraux. Ces résultats mettent en lumière un nouveau moyen pour inhiber le VIH, et qui est efficace contre des souches virales devenues résistantes aux autres médicaments antirétroviraux, souligne dans un communiqué le Dr Frank Kirchhoff, de l'université d'Ulm en Allemagne, qui a codirigé ce travail : «C'est un grand avantage.» .. «Une variété de molécules présentes dans la circulation sanguine a été impliquée dans l'inhibition du VIH-1 chez les individus infectés, rapportent les chercheurs qui publient leur étude dans la revue « Cell ». Mais on ne connaissait pas les molécules les plus efficaces pour contrôler la réplication virale in vivo.» Bibliothèque dérivée de l'hémofiltration. Afin d'identifier de nouveaux inhibiteurs naturels du VIH, une équipe allemande (Munch et coll.) a effectué un criblage d'une bibliothèque de peptides sanguins (dérivée de l'hémofiltration). Cette bibliothèque contient plus d'un million de peptides, qui représentent presque tous les composés de poids moléculaire inférieur à 30 kDa trouvés dans la circulation sanguine.Les chercheurs ont identifié un peptide de 20 acides aminés, qu'ils ont nomme Virip (pour Virus-Inhibitory Peptide). Ce peptide correspond en fait à un fragment (353-372) de l'alpha 1-antitrypsine, l'inhibiteur de la sérine protéase le plus abondant de la circulation. Ils ont découvert que le Virip inhibe l'infection cellulaire par toutes les souches de VIH-1 testées, quels que soient leur sous-type ou l'usage du corécepteur, y compris les souches résistantes aux médicaments antirétroviraux sur le marché.
http://www.sidanet.asso.fr/webapps/komplete/index.php?KTURL=mod_quotimed.html&page=70



20/04/2007 ACT UP DRAPE DE NOIR L'ENTRÉE DU MINISTÈRE DE LA SANTÉ CONTRE NICOLAS SARKOZY
http://www.tetu.com
Une quinzaine de militants d'Act Up-Paris ont drapé de noir l'entrée du ministère de la Santé, mercredi 18 avril, pour «figurer la mort du système de santé qui ne manquerait pas d'accompagner l'élection de Nicolas Sarkozy». «Les programmes présidentiel et législatif de l'UMP représentent en effet une grave menace pour l'accès à la prévention, au dépistage et aux soins en France et dans le monde, explique l'association dans un communiqué. Pour nous, association de malades, dénoncer aujourd'hui la déshérence du ministère de la Santé n'a rien d'anodin. Depuis cinq ans que nous subissons une concentration des pouvoirs dans les mains de l'UMP, les attaques portées contre le système de santé, contre le droit des malades et contre les minorités les plus exposées à l'épidémie ont été d'une violence rare. Chaque fois que nous avons interpellé les ministres de la Santé successifs, ils se sont réfugiés derrière leur absence de poids au sein du gouvernement pour se dédouaner de mesures qu'ils savaient pourtant aberrantes en matière de lutte contre le sida.»
http://www.tetu.com/rubrique/infos/infos_detail.php?id_news=11348

19/04/2007 LE ROYAUME-UNI RATTRAPÉ À SON TOUR PAR L'AFFAIRE DU SANG CONTAMINÉ
http://www.lemonde.fr
e Royaume-Uni est à son tour confronté à la contamination par le virus du sida et l'hépatite C de milliers d'hémophiles au début des années 1980. L'enquête publique indépendante, qui s'est ouverte le 18 avril, s'efforce de faire la lumière sur les circonstances du décès de 1 800 hémophiles transfusés avec des produits non testés contre le VIH provenant de collectes effectuées dans des lieux à risque. Robert Mackie est un miraculé. Le jeune Ecossais avait été transfusé au Royal Infirmary Hospital en 1984 avec du sang non chauffé provenant de prisons américaines. Sa séropositivité avait été découverte trois ans plus tard. A écouter Lord Archer, qui préside les audiences, 4 670 hémophiles au total ont été exposés à l'hépatite C. Parmi eux, 1 243 l'avaient également été au virus du sida. 1 757 sont décédés. Après une longue bataille devant les tribunaux, les hémophiles contaminés avant 1985 avaient été indemnisés au début des années 1990. L'ouverture de la nouvelle enquête, financée sur fonds privés, fait d'autant plus de bruit que la BBC a révélé la veille de son ouverture que le gouvernement, alors conservateur, avait ignoré les avertissements, en mai 1983, du responsable du Centre de surveillance du service national de santé (NHS) sur la nécessité d'arrêter les importations de sang des Etats-Unis. Les "produits chauffés facteur 8" avaient été introduits en novembre-décembre 1984 en Grande-Bretagne, soit un an avant la France. Le dépistage systématique, qu'il s'agisse de produits sanguins ou de collectes, a été mis en place en 1985.
http://www.lemonde.fr/web/article/0,1-0,36-898441,0.html

17/04/2007 LANCEMENT D'AVISANTÉ SUR INTERNET : LES USAGERS INCITÉS À ÉVALUER LE SYSTÈME DE SANTÉ
http://www.sidanet.asso.fr/
UN NOUVEAU SITE WEB, baptisé Avisanté (www.avisante.eu), permet aux usagers d'avoir voix au chapitre dans l'évaluation de la qualité du système de soins. Avi-Santé est mis en place par la société Action santé, présidée par le Dr Jean-François Mazoyer (qui fut à la tête de la Fédération nationale des médecins radiologues de 1998 à 2000), en partenariat avec trois organisations de patients et d'usagers : le Collectif interassociatif sur la santé (Ciss, qui fédère 24 associations), Aides et l'Union nationale des associations familiales (Unaf).Les malades ou leurs proches peuvent remplir en ligne un ou plusieurs questionnaires de l'enquête permanente d'Avisanté. Ils portent pour l'instant sur quatre domaines, au choix : la médecine de ville, l'hospitalisation (médecine, chirurgie), la naissance, les soins de suite et de réadaptation. De manière générale, les questionnaires d'Avisanté visent à mesurer «la qualité des services offerts, leurs coûts, la qualité de l'information sur la maladie et les soins proposés, la prise en compte de l'avis des patients et le respect de la dignité des personnes». Pour la médecine de ville, l'usager est notamment interrogé sur son degré de satisfaction face à «l'accueil téléphonique, le délai de rendez-vous, l'accueil au cabinet, l'attente, la propreté, la confidentialité, l'affichage du secteur conventionnel et des tarifs» chez le médecin traitant, le médecin spécialiste, le radiologue ou le biologiste qu'il a consultés dans les six derniers mois. Il est demandé au patient s'il ou elle estime avoir été «bien écouté(e)», «bien examiné(e)», «bien orienté(e)». Enfin, Avisanté sollicite l'appréciation des informations fournies par le médecin sur la santé du patient, les traitements, les médicaments, ou encore sur les examens utiles.
http://www.sidanet.asso.fr/webapps/komplete/index.php?KTURL=mod_quotimed.html&page=70
14/04/2007 JOHN HOWARD REFUSE EN AUSTRALIE LES IMMIGRANTS PORTEURS DU VIH
http://fr.news.yahoo.com
Le Premier ministre australien John Howard a déclaré que les candidats à l'immigration porteurs du VIH ne seraient pas acceptés en Australie, s'attirant les condamnations d'associations et de spécialistes. "Ma première réaction c'est non (ils ne seront pas acceptés dans le pays)", a affirmé vendredi Howard sur l'antenne de la Southern Cross Broadcasting, ajoutant qu'il aurait besoin de conseils sur la question. "Il pourrait y avoir des considérations humanitaires qui tempéreraient cela dans certains cas, mais de prime abord, c'est non." Les personnes atteintes de tuberculose sont déjà interdites à l'immigration en Australie, alors que tout migrant âgé de plus de 15 ans qui souhaite obtenir la résidence permanente est astreint à un dépistage du VIH. Les aspirants à la résidence permanente dont la santé nécessite un traitement à vie qui coûte plus de 21.000 dollars australiens (13.000 euros) se voient également opposés un refus. Howard a ajouté qu'il envisageait une modification de la loi afin d'empêcher les porteurs du VIH d'entrer en Australie. "Je crois que nous devrions avoir les conditions les plus intransigeantes possible, et je sais que le ministre de la Santé est inquiet à ce sujet et examine les moyens de renforcer (la loi)", a-t-il expliqué. Les experts et membres d'organisation de lutte contre le Sida ont condamné cette réaction jugée disproportionnée. "Il est déjà extrêmement difficile pour des gens porteurs du VIH d'être acceptés comme immigrés ou réfugiés", a relevé Don Baxter, président de la Fédération australienne des organisations de lutte contre le Sida, cité par le journal The Australian. "Ces personnes acceptées, principalement des époux ou partenaires de citoyens australiens, peuvent et contribuent énormément au bénéfice de l'Australie", a-t-il ajouté. "C'est une réaction hystérique disproportionnée, qui mélange le racisme avec la phobie des maladies infectieuses", a commenté Chris Lemoh, spécialiste des maladies infectieuses cité par l'Australian Associated Press. "Je pense que ne pas autoriser des gens à venir sur la base de quelque condition médicale est immoral, n'est pas éthique et n'est pas facile à défendre", a-t-il insisté, relevant que "la plupart des gens qui contractent le VIH le contractent ici et la plupart d'entre eux sont nés ici".
http://fr.news.yahoo.com/14042007/290/john-howard-refuse-en-australie-les-immigrants-porteurs-du-vih.html

_________________
Quelqu’un qui ne laisse pas la réalité déranger ses rêves est un sage. C.Singer
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: sidanews semaine du 30/03/07   

Revenir en haut Aller en bas
 
sidanews semaine du 30/03/07
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Pardonner 70 fois 7 fois (Mardi 3ème semaine du Carême)
» Planifiez vous vos repas pour la semaine ?
» Grammaire semaine 5 (les déterminants)
» mon fils a les selles molles depuis une semaine !
» prière pour sauver les AMES DU PURGATOIRE en cette semaine s

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
sidamis :: Sida-infos :: revues de presse-
Sauter vers: