sidamis


 
AccueilFAQS'enregistrerGaleriePortailRechercherMembresGroupesConnexionCalendrier

Partagez | 
 

 vih actus semaine du 25/04/07

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
maya

avatar

Féminin
Nombre de messages : 1268
Age : 54
Localisation : paris
sexualité : vivante
célib. ou en couple ? : ...
Date d'inscription : 30/09/2005

MessageSujet: vih actus semaine du 25/04/07   Ven 27 Avr - 20:48

26/04/2007 UNE CONSÉQUENCE DE CERTAINS ANTIRÉTROVIRAUX : DAVANTAGE D'INFARCTUS AU COURS DE L'INFECTION PAR LE VIH
http://www.sidanet.asso.fr/
L'exposition sans cesse croissante des patients infectés par le VIH aux inhibiteurs de protéase semble associée à une majoration de l'incidence des infarctus du myocarde. Si cet état de fait peut être en partie en rapport avec l'existence d'une dyslipidémie, d'autres facteurs de risque tels que le tabagisme, un diabète ou une hypertension pourraient aussi jouer un rôle.LES PATIENTS infectés par le VIH sont des patients comme les autres. Plus ils vieillissent – ce qui est désormais possible dans les pays industrialisés grâce au recours aux antirétroviraux –, plus leur risque de maladie cardio-vasculaire est majoré. Mais la question de l'impact des traitements spécifiques destinés à lutter contre le VIH sur cette augmentation du risque a été soulevée dès que les premières études rapportant une modification du bilan lipidique sous traitement ont été publiées.Depuis décembre 1999, des infectiologues de 21 pays analysent les effets indésirables des traitements antirétroviraux dans une cohorte de près de 23 000 patients infectés et traités activement. Les patients étaient âgés en moyenne de 39 ans au moment de leur inclusion. Les femmes étaient moins représentées que les hommes (25 %). Une grande majorité des sujets étaient caucasiens et leur taux de CD4 moyen s'établissait à 200. Initialement, plus de 60 % des patients étaient fumeurs ou anciens fumeurs, 3,1 % étaient atteints de diabète, 14,4 % d'hypertension et 42 % de dyslipidémie.
http://www.sidanet.asso.fr/webapps/komplete/index.php?KTURL=mod_quotimed.html&page=70

27/04/2007 SIDACTION 2007 : PRÈS DE 6,3 MILLIONS D'EUROS DE PROMESSES DE DONS
http://fr.news.yahoo.com
Près de 6,3 millions d'euros de promesses de dons ont été collectés lors de l'édition 2007 du Sidaction, selon les organisateurs."Très heureuse de ce premier bilan" (6.281.836 euros de promesses de dons), l'association Sidaction précise dans un communiqué diffusé jeudi que 150.000 donateurs ont répondu "présent" aux appels aux dons relayés par onze chaînes de télévision et cinq radios durant le week-end de mobilisation, du 23 au 25 mars. Les personnes souhaitant faire un don pouvaient téléphoner jusqu'au 19 avril au numéro gratuit 110. D'après l'association, 50% des fonds nets collectés serviront à soutenir la recherche, l'autre moitié des fonds étant consacrée au soutien d'actions de prévention et d'aide aux malades. En 2006, le Sidaction avait rapporté 5,6 millions d'euros provenant de plus de 129.000 donateurs. Les cas de SIDA en France sont passés de 4.000 en 1996 à 1.200 en 2005, ceux des personnes vivant avec le VIH de 106.000 à 130.000 dans le même temps, selon une analyse de l'Institut de veille sanitaire (InVS). Le nombre de personnes découvrant leur séropositivité est cependant resté stable, entre 6.000 et 7.000 cas par an, d'après l'étude.
http://fr.news.yahoo.com/26042007/5/sidaction-2007-pres-de-6-3-millions-d-euros-de.html
26/04/2007 RECHERCHE : TRAQUER LE VIH JUSQUE DANS LES RÉSERVOIRS
http://www.tetu.com
Selon l'Agence de presse médicale, une équipe française va mener une étude afin de mieux évaluer l'effet de l'acide valproïque (Dépakine, du laboratoire Sanofi-Aventis) sur les réservoirs lymphocytaires du VIH. L'investigateur principal de l'essai est le Dr Olivier Lambotte, de l'hôpital Bicêtre. Publiée dans le Lancet, une étude de 2005 conduite sur quatre patients séropositifs sous acide valproïque a montré une réduction des réservoirs cellulaires du virus, résultats qui ont suscité l'espoir d'une guérison qui, à l'heure actuelle, demeure hors de portée. En effet, les antirétroviraux permettent de freiner la réplication virale, mais le VIH reste présent dans des «réservoirs», sans que les médicaments puissent l'atteindre. L'acide valproïque, utilisée dans le cadre d'un traitement de l'épilepsie, induirait une réactivation des virus latents, ce qui permettrait de «vider» certains de ces réservoirs. Si cet effet était avéré, cette molécule pourrait permettre, «tout en gardant un traitement antirétroviral le plus efficace possible, de purger ces réservoirs», explique Olivier Lambotte. Les résultats devraient être connus «dans l'idéal avant l'été, dans un cas moins idéal à l'automne», a-t-il ajouté. Après les annonces prometteuses concernant les anti-intégrases et les anti-CCR-5, cette étude pourrait faire de 2007 une très bonne année et une nouvelle étape vers un meilleur contrôle de l'infection par le VIH.
http://www.tetu.com/rubrique/sante/sante_breve.php?id_sante=431
25/04/2007 MÉDICAMENTS : LE LABORATOIRE AMÉRICAIN S'OPPOSE À LA THAÏLANDE SUR LES GÉNÉRIQUES.
http://www.liberation.fr
La Thaïlande, bête noire des laboratoires pharmaceutiques ? Le pays se retrouve au coeur de la plus grande bataille des brevets jamais menée. C'est ainsi qu'il faut interpréter la décision (en deux temps) du laboratoire américain Abbott. Abaisser, le 10 avril, le prix d'un de ces médicaments antisida ­ le Kaletra ­, à 1 000 dollars par an et par malade dans 40 pays, dont la Thaïlande. Proposer à Bangkok, ce 23 avril, la nouvelle formule de son Kaletra (l'Aluvia, qui n'a pas besoin d'être réfrigéré) à prix «cassé». Lobbying. Qu'est-ce qui a donc poussé l'un des fleurons du plus rentable des business à lâcher du lest sur un «blockbuster» qui lui rapporte 1,1 milliard de dollars dans 118 pays ? Une initiative sans précédent de la nouvelle junte au pouvoir à Bangkok depuis septembre 2006. Ce qu'aucun gouvernement n'avait, jusque-là, osé faire. Pas même le Brésil, pourtant en pointe pour faciliter l'accès aux traitements à plus de 50 % de ses patients : promulguer une succession de lois («licence obligatoire») pour permettre l'importation ou la production d'un générique, alors que les médicaments «de marque» sont toujours protégés par des brevets. D'autres pays l'avaient précédé dans la production de copies à bas prix (la Malaisie et le Mozambique, par exemple). Mais la Thaïlande a fait plus fort en s'octroyant trois licences obligatoires. D'abord, en novembre 2006 sur l'Efavirenz (un autre antirétroviral, de l'allemand Merck). Puis, en janvier 2007, sur le Plavix (du français Sanofi-Aventis), un anticoagulant destiné aux maladies cardio-vasculaires. Et sur le fameux Kaletra d'Abbott, un traitement de «deuxième intention» hors de prix administré aux malades du sida qui développent des résistances. Contrairement aux «vieilles» pilules antisida, accessibles à 150 dollars par an et par patient, le Kaletra se monnayait, lui, à 3 700 dollars ! La réaction d'Abbott a été d'une rare virulence. La firme de Chicago a décidé de retirer sept nouveaux médicaments en passe d'être enregistrés dans le pays, dont le fameux Aluvia. Sentant le vent du boulet, Abbott avait d'abord proposé, en février, de diviser par trois le prix de son Kaletra... Trop tard pour Bangkok. Cela faisait sept ans, selon les coalitions d'ONG, que le gouvernement multipliait le lobbying au nom de l' «urgence sanitaire». C'est d'ailleurs sur ce dernier motif que le gouvernement s'est appuyé, conformément aux accords sur la propriété intellectuelle de l'Organisation mondiale du commerce. Des accords alambiqués, alimentant une procédure d'usine à gaz depuis un deal intervenu à Doha en 2001. Mais, avec 580 000 malades du sida sur 64 millions d'habitants, la Thaïlande, peut invoquer le droit de sauver «8 000 vies», selon le ministère de la Santé. «Survivre». La vie contre les brevets, disent les ONG qui ont dénoncé le chantage d'Abbott et lancé un appel au boycott de ses produits. Les génériques contre la recherche et le développement, répond Abbott, qui voit dans le choix de Bangkok «le prétexte du sida pour s'attaquer aux brevets». Pas si simple. Si l'allemand Bayer s'est, dès la mi-mars, rangé derrière Abbott, Sanofi-Aventis, pourtant visé par la copie de son Plavix, a choisi de faciliter l'accès de son médicament et Merck avait décidé de tailler de 46 % le prix de son Efavirenz. Pour bien comprendre l'ampleur de la bataille et la virulence des coups échangés, il faut jeter un oeil sur l'analyse des relais des «big pharmas», ces think tank s conservateurs, tel l'American Enterprise Institute (AEI), vent debout contre ceux «qui veulent démonter les droits de propriété intellectuelle». La junte de Bangkok serait ainsi coupable à ses yeux, «avec l'aval des ONG», de ne consacrer que 3,3 % de son budget à la santé, contre 7,6 % pour le Brésil, par exemple. Et risque, par sa «politique antibrevet», de mettre en «danger» les investissements étrangers en Thaïlande, note Roger Bate de l'AIE, dans une récente analyse (1). Pas évident. Une étude publiée le 10 avril rappelle que le lancement de nouvelles générations de molécules antisida rapportera 10,6 milliards de dollars contre 7,5 milliards en 2005 (2). Par ailleurs, le business du médicament affiche une santé insolente avec une expansion de 7 % l'an passé, à 693 milliards de dollars. «Les pays émergents, qui représentent 17 % du marché mondial, vont connaître un boom de 30 % l'an prochain», note un autre rapport (3). L'Afrique, grande oubliée, ne pese que 1,3 % des ventes mondiales. Les médicaments au Nord, les malades au Sud. C'est peut-être ce qui a poussé des actionnaires chrétiens d'Abbott, the Interfaith Coalition on Corporate Responsibility, à dénoncer une position «non éthique» de leur groupe. Et pressé la Fondation Clinton, rejointe par 22 sénateurs américains, à fustiger l'attitude d'Abbott envers Bangkok. Le groupe américain se devait donc de reprendre la main à la veille de son assemblée générale, vendredi. Et de ne pas perdre la guerre de l'image, à l'instar du fiasco de 39 laboratoires contre le gouvernement sud-africain en 2001. C'est ce qu'il a fait, avec la bénédiction de l'OMS, qui se félicite de voir la firme proposer son Kaletra à un prix «moins cher que les génériques.» Adoubant au passage la stratégie d'Abbott : céder sur le prix plutôt que de lâcher sur les brevets, et tenter de conserver une rente, une situation de monopole sur les médicaments. Que va faire la Thaïlande ? S'affranchir des brevets au motif qu' «il devient indispensable que l'humanité formule un nouveau mode de pensée si elle veut survivre», invoque le ministère de la Santé citant Einstein ? Ou retirer sa licence obligatoire, victime «d'une prise d'otage de ses malades du sida» par Abbott, comme le dénonce Médecins sans frontières ? Son choix risque de faire jurisprudence...(1) «Thailand and the Drug Patent Wars», 3 avril 2007, www.aei.org(2) Evaluation fournie par une firme indépendante, 10 avril 2007, Datamonitor.(3) Selon IMS Health, firme qui travaille sur les marchés pharmaceutiques.
http://www.liberation.fr/actualite/economie_terre/economie/249762.FR.php
24/04/2007 VIH/SIDA : QUI S'ENGAGE ?
http://www.e-llico.com/
A l’occasion de l’élection présidentielle, Aides et Act Up ont interpellé les principaux candidats. Une façon de conduire les candidats, dont les programmes parlent peu ou pas du VIH/sida, à exposer leurs propositions et à montrer leur implication sur cette question majeure de santé publique. De ce point de vue, le grand perdant est le candidat UMP.
http://www.e-llico.com/
24/04/2007 VIH : ROYAL VEUT UN CHANGEMENT FORT
http://www.e-llico.com/
Ségolène Royal a rencontré, le 13 mars, les principales associations impliquées dans la lutte contre le sida. Saluant "le travail et la détermination" de ces groupes, elle leur a indiqué qu'elle souhaitait "un changement fort" de la politique de lutte contre le sida, et qu'elle les associerait à la définition de cette politique devant s'appuyer sur une hausse de 10 % du budget de la recherche. Elle leur a également rappelé ses propositions pour améliorer la prévention de la maladie, notamment la généralisation du préservatif à 20 centimes d'euros et les campagnes sur des groupes de population ciblés. Ségolène Royal a aussi évoqué la revalorisation de 5 % de l'allocation adultes handicapés, qui profiterait aux malades, et des mesures de lutte contre les discriminations dans l'accès à l'emploi et au logement. "Pour des raisons évidentes de santé publique et de dignité, ajoute-t-elle. Les moyens supprimés par la droite pour les soins aux étrangers en situation irrégulière seront rétablis".
http://www.e-llico.com/
25/04/2007 MALADIES CHRONIQUES : DES MESURES POUR AMÉLIORER LE QUOTIDIEN DES PATIENTS
http://fr.news.yahoo.com
Quinze millions de Français vivent avec une maladie chronique, maladie au long cours qui détériore leur qualité de vie. Pour améliorer le quotidien de ces patients, le ministre de la Santé, Philippe Bas, a présenté mardi un plan de près de 727 millions d'euros sur 5 ans. Ce plan "résulte ...
lire la suite :
http://fr.news.yahoo.com/24042007/202/maladies-chroniques-des-mesures-pour-ameliorer-le-quotidien-des-patients.html

_________________
Quelqu’un qui ne laisse pas la réalité déranger ses rêves est un sage. C.Singer
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
maya

avatar

Féminin
Nombre de messages : 1268
Age : 54
Localisation : paris
sexualité : vivante
célib. ou en couple ? : ...
Date d'inscription : 30/09/2005

MessageSujet: semaine du 04/05/07   Ven 4 Mai - 19:43

Actualité du 28/4/2007 au 4/5/2007
Sélection de dépêches proposée par le CRIPS Ile-de-France




03/05/2007 UN APPORT MAJEUR DANS LE TRAITEMENT DE L'HÉPATITE B : LES TROIS CONFIRMATIONS DE L'ENTÉCAVIR
http://www.quotimed.com
Lors du 42e Congrès annuel de l'Association européenne pour l'étude du foie, plusieurs études ont été présentées qui confirment l'apport majeur de l'entécavir (Baraclude) dans le traitement de l'hépatite B. On notera la persistance d'un faible taux de résistance après quatre ans, l'efficacité chez des patients déjà prétraités avec le produit et la puissance de l'efficacité antivirale.ON SAIT QUE le pronostic de l'hépatite B a été transformé par l'arrivée de la lamivudine, puis par celle d'un autre antiviral, l'adéfovir. Cependant, la précocité de la très grande fréquence des résistances à la lamivudine a largement affaibli la portée de ce progrès. C'est dans ce contexte que les nouvelles données présentées à Barcelone sur l'entécavir apparaissent très favorables. En premier lieu, peut-être, par la confirmation après quatre ans de traitement de la persistance du faible taux de résistance observé chez des patients naïfs, c'est-à-dire n'ayant pas reçu avant l'entécavir d'analogues nucléosidiques. En effet, l'analyse de six études, dont trois effectuées chez des patients naïfs, montre que moins de 1 % des patients ont présenté un échappement virologique en raison d'une résistance à Baraclude au cours de la troisième année de traitement, un pourcentage qui reste identique au cours de la quatrième année. On remarque que, chez les patients qui ont déjà reçu de la lamivudine, l'échappement virologique lié à une résistance à Baraclude est plus important (15 % à la quatrième année).Ces observations cliniques semblent corroborer l'originalité de l'entécavir en termes de barrière pharmacologique et génétique à l'émergence de résistance. En effet, la puissance antivirale prolongée du produit alliée au fait que trois mutations différentes de virus sont nécessaires pour créer une résistance à Baraclude semblent être des éléments qui mettent à l'abri de l'émergence de résistances à court et à moyen terme.
http://www.quotimed.com/recherche/index.cfm?fuseaction=viewArticle&DArtIdx=390126



03/05/2007 ACT UP APPELLE À VOTER POUR SÉGOLÈNE ROYAL
http://fr.news.yahoo.com
L'association de lutte contre le SIDA Act Up appelle à voter pour Ségolène Royal au second de la tour de la présidentielle, dénonçant jeudi dans un communiqué "les conséquences désastreuses de l'action de Nicolas Sarkozy sur la politique de santé publique". "Entre 2002 et 2007, Nicolas Sarkozy nous a montré qu'il était un ennemi objectif de la lutte contre le SIDA. En 2002, sa loi sur la sécurité intérieure a marginalisé et stigmatisé les prostitué(e)s, les éloignant encore un peu plus de la prévention et des soins", déclare l'association. "Durant cinq ans", poursuit Act Up, "nous avons dû contrer son acharnement à remettre en cause l'accès aux soins et au séjour des étranger(e)s alors qu'elles et ils sont en première ligne de l'épidémie de SIDA". "A plusieurs reprises, le candidat de l'UMP a voulu démanteler l'Aide médicale d'Etat alors même qu'un rapport conjoint de l'IGAS et de l'IGF en cours de publication estime qu'elle 'ne constitue pas une source d'abus majeure et s'avère justifiée au regard de la santé publique'", ajoute Act Up. Pour l'association, "l'élection de Nicolas Sarkozy conduirait au démantèlement d'un système de soins égalitaire, avec la mise en place programmée de quatre nouvelles franchises sur les dépenses de santé, autant d'impôts injustes qui pénaliseront un peu plus les malades et les précaires". Pour Act Up, l'élection de Nicolas Sarkozy "s'accompagnerait de la remise en cause de la prise en charge à 100% des séropositifs et de la dérégulation du système hospitalier public. Elle signifierait également la condamnation à mort d'étranger(e)s malades expulsé(e)s dans des pays où ils et elles ne pourront se faire soigner". "En cinq ans de Nicolas Sarkozy au pouvoir, nous avons déjà perdu une large part des acquis qui fondent une politique de lutte contre le SIDA efficace, en particulier auprès de certaines minorités (...). Nous ne survivrons pas à son élection à la Présidence de la République", affirme l'organisation. "Nous savons que si Ségolène Royal est présidente, nos combats pourront mener à des victoires, alors que si c'est Nicolas Sarkozy, ils ne suffiront sans doute pas à empêcher de nombreuses défaites". "Nous avons envie de vivre: nous appelons à voter pour Ségolène Royal", ajoute Act Up. "Sarkozy 2007-2012, nous n'y survivrons pas et vous non plus".
http://fr.news.yahoo.com/03052007/5/act-up-appelle-voter-pour-segolene-royal.html

27/04/2007 LE FONDS MONDIAL CONTRE LE SIDA VEUT TRIPLER SES FINANCEMENTS D'ICI À 2010
http://www.lemonde.fr/web/depeches/0,14-0,39-30690401@7-50,0.html
Le Fonds mondial contre le sida, la tuberculose et le paludisme veut tripler, d'ici à 2010, les financements qu'il consacre à ces trois maladies parmi les plus meurtrières des pays en développement, ont annoncé vendredi ses dirigeants. Le Fonds mondial, un partenariat public-privé fondé en 2002 par le secrétaire général de l'ONU de l'époque Kofi Annan, vise désormais une enveloppe de dépenses de six milliards de dollars par an pour répondre à la demande prévue, a-t-il indiqué dans un communiqué. La demande des pays en développement pourrait même porter ce budget annuel à huit milliards, selon le communiqué publié à l'issue d'une réunion, à Genève, du Conseil d'administration du Fonds, qui réunit des pays donateurs et destinataires de l'aide, ainsi que des organisations humanitaires et des entreprises privées. Le Fonds mondial assure les deux-tiers du financement mondial des traitements contre la tuberculose, 45% contre la malaria et près de 30% contre le sida. "Les programmes auxquels nous participons sauvent actuellement 3.000 vies chaque jour", a observé le directeur exécutif du Fonds mondial, Michel Kazatchkine. "L'augmentation des financements permettra au monde de faire beaucoup plus pour atteindre les objectifs du G8 et de l'ONU: fournir un traitement contre le sida à tous ceux qui en ont besoin, une moustiquaire à tous les enfants africains et réduire de moitié le nombre de décès dus à la tuberculose", a-t-il espéré.
http://www.lemonde.fr/web/depeches/0,14-0,39-30690401@7-50,0.html

_________________
Quelqu’un qui ne laisse pas la réalité déranger ses rêves est un sage. C.Singer
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
vih actus semaine du 25/04/07
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Pardonner 70 fois 7 fois (Mardi 3ème semaine du Carême)
» Planifiez vous vos repas pour la semaine ?
» Grammaire semaine 5 (les déterminants)
» mon fils a les selles molles depuis une semaine !
» prière pour sauver les AMES DU PURGATOIRE en cette semaine s

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
sidamis :: Sida-infos :: revues de presse-
Sauter vers: