sidamis


 
AccueilFAQS'enregistrerGaleriePortailRechercherMembresGroupesConnexionCalendrier

Partagez | 
 

 CO- infection vih vhc : comprendre ses examens vhc

Aller en bas 
AuteurMessage
maya

avatar

Féminin
Nombre de messages : 1268
Age : 55
Localisation : paris
sexualité : vivante
célib. ou en couple ? : ...
Date d'inscription : 30/09/2005

MessageSujet: CO- infection vih vhc : comprendre ses examens vhc   Dim 13 Mai - 13:45

Une palette d'examens sont utilisés pour évaluer l'état du foie, le type de virus et l'activité virale.

Pour une personne séropositive au VIH, connaître l'état d'un organe qui synthétise et élimine une grande partie des molécules anti-VIH a un intérêt certain.

Voici les examens actuels et leurs rôles dans le diagnostic :

Évaluer l'état d'altération du foie, le score METAVIR :
le scrore METAVIR, il prend en compte deux critères et désignés en valeur F et A.

La valeur "F" détermine l'état de fibrose du foie
La valeur "A" détermine l' activité hépatique.
La valeur F est évaluée de F0 à F4. Le F0 indiquant que le foie n'a aucune lésion, F4 déterminant un état de cirrhose avérée.
La valeur d'activité hépatique est évaluée de 0 à 3. À 0 il n'y aucune activité virale dans l'organe, alors qu'à 3, il y a une activité très importante.
Une personne personne A2, F2 aura donc une activité virale modérée dans le foie et un léger état de fibrose.
une indication de traitement est en général donnée à partir du stade F2 et d'une activité élevée (A2 OU A3)

Le score Metavir

Stade de Fibrose

Grade d'activité ( Nécrose)


F0 : pas de fibrose
A0 : pas d'activité

F1 : Fibrose portale
A1 : activité minime

F2 : quelques septa
A2 : activité modérée

F3 : nombreux septa
A3 : activité sévère

F4 : cirrhose

Les examens sanguins

Un taux de transaminases élevé permet d'identifier un incident de fonctionnement .

Les "PCR" évaluent la présence du virus, sa qualité et sa quantité.
La PCR quantitative est un examen très proche de celui utilisé dans le VIH. Elle vérifie la quantité de VHC le sang. À la différence de la charge virale du VIH pouvant donner des indications sur la rapiditè d'évolution de la maladie par l'affaiblissement du système immunitaire, pour le VHC, la charge virale ne peut pas déterminer de l'évolution de l'inflamation, vers une cirrhose ou un cancer. Elle peut Cependant donner des indications sur les chances de réponses au traitement. Généralement, plus la charge virale est basse, meilleures seront les chances de réponse. Cet examen est également utilisé durant le traitement pour donner des indications sur l'efficacité de celui-ci. Il est très important de savoir que les résultats viraux de charge de l'hépatite C sont habituellement bien plus élevés que la charge virale du VIH. Alors qu'une charge virale VIH est considérée basse de 5.000 à 10.000 copies/mL, La charge virale du VHC est considérée peu élevée en dessous de deux millions de copies/mL

Un bilan hépatique complet peut être demandé afin de vérifier l'état fonctionnel du foie ou de la vésicule.

D'autres examens permettent de connaître l'état d'inflammation, et l'activité virale du VHC dans le foie. Ils aident à déterminer la pertinence de traiter selon l'état du VIH.

L'évaluation par marqueurs sériques.

Après la prise de sang

L'échographie, et la Biopsie ou ponction hépatique, qui est l'examen de référence à ce jour.

Un autre examen permet de connaitre l'état de fibrose, le "Fibroscan". Il ne permet toutefois pas de connaitre le score Metavir dans son ensemble

Les génotypes

Le VHC est une grande famille,ce virus à ARN à une variété de génome assez importante. Il existe six principaux génotypes*.

Ils sont identifiés comme tel : génotype 1, avec le 1A et le 1B, le 2 avec le 2A et le 2C, le 3, et le 4.

Ces génotypes ne donnent pas d'évolutions de l'hépatite significativement différentes. Ils ont par contre une importance dans la réponse aux traitements. Les génotypes 2 et 3 répondent mieux que les 1 de manière démontrée, et certainement que le 4.
Pour ce dernier, on à moins de recul du fait de son apparition récente en France comme en Europe.

* Génotype : Matériel génétique d'un virus

la co-infectionVivre avec ces deux virus demande de porter une attention particulière sur le VHC. Ce dernier peut hypotéquer la stabilisation de l'infection VIH par les traitements.
En effet, les traitements anti-VIH sont synthétisés et éliminés en grande partie par le foie. Une atteinte de cet organe peut donc avoir des conséquences préjudiciables sur le suivi du VIH. Les risques de toxicités hépatiques par les traitements anti-VIH sont accrus.
Le VIH a également, et cela a été démontré, une influence sur la vitesse de progression de la fibrose chez les personnes co-infectées par ces deux virus, comme le démontre l'étude ci-dessous :

Benhamou Y et al. Hepatology. 1999;30:1054-8. *
Le stade de l'infection VIH est à prendre en compte dans la décision de traiter.

Les facteurs associés à la progression de la fibrose sont en plus du VIH :









    <LI class=Style34>Des CD4 inférieurs à 200

    l'âge de la personne lors de son infection, + de 25 ans

  • la consommation d'alcool, plus de 50 g/j








    L'influence du VHC sur le VIH n'est pas démontrée à ce jour, bien que les études soient contradictoires et prètes à controverses.

    * tableaux extraits d'une intervention d'Isabelle Fouchard du Réseau Hépatite 49 en conférence.

    source : http://www.actif-sante.org/html/vhcmed.htm

_________________
Quelqu’un qui ne laisse pas la réalité déranger ses rêves est un sage. C.Singer


Dernière édition par le Dim 14 Oct - 21:22, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
maya

avatar

Féminin
Nombre de messages : 1268
Age : 55
Localisation : paris
sexualité : vivante
célib. ou en couple ? : ...
Date d'inscription : 30/09/2005

MessageSujet: Re: CO- infection vih vhc : comprendre ses examens vhc   Dim 13 Mai - 14:07

Les traitements vhc

Le traitement actuel optimum pour tenter une éradication du virus dans le sang, et donc pour stopper la destruction des celllules hépatiques est une bithérapie.
Le traitement de l’hépatite C repose aujourd'hui sur l’association de deux médicaments :
• L’Interféron pégylé administré une fois par semaine par voie sous-cutanée ;
• La Ribavirine absorbée oralement à raison de plusieurs comprimés par jour, variables selon le poids de l'individu (voir le génotype).
La durée de ce traitement est d'un an etnon variable selon le génotype, comme c'est le cas dans la mono-infection au VHC. IL y a un contrôle à trois mois de constat de la réponse. Les personnes "répondeurs" continueront un an, les non répondeurs arrêteront à 4 mois de traitement (temps entre l'examen de contrôle et la consultation).
En traitement de référence, on donnera donc:
le Pegasys ou le ViraferonPeg. Ces deux PegInterférons* sont fabriqués par deux laboratoires distincts.
La Ribavirine sera prise elle par voie orale quotidiennement deux fois par jour, de préférence en s'alimentant. .

La ribavirine :

* le PegInterféron est un interferon appelé, Interféron retard prolonge la durée d'efficacité par rapport à l'interferon classique. Le Peg interferon est à injecter une fois par semaine, contre trois fois par semaine pour la formule classique. Cette dernière peut être encore envisagée dans certains cas spécifiques.
Il peut-être proposé dans certains cas des traitements :


  • En trithérapie, avec le Peginterféron, la ribavirine et l'amantadine.
  • En bi-thérapie avec la ribavirine et l'interféron standard
  • par monothérapie à l'interféron standard ( 3 fois par semaine)
  • à l'Interféron PEGYLÉ en monothérapie.
  • La Ribavirine en monothérapie

Il existe des facteurs de réponses positives au traitement valable pour toute personne vivant avec l'hépatite C, incluant donc les personnes ne vivant pas avec le VIH.
Pour les personnes co-infectées les chances de réponses aux traitements, sont moindres et les rechutes plus importantes que pour les personnes ayant le VHC sans le VIH.
Actuellement. Il est suggéré de tenter le traitement pour les personnes sans traitement anti-VIH, ou de surveiller si la personne est sans lésion de fibrose ou en F1. Si la personne est déjà traitée pour le VIH, elle devrait être systématiquement dépistée. Une surveillance de l'hépatotoxicité sera fait si le VHC est présent. Un dialogue devra être entamé avec le ou les médecins sur la pertinence à traiter et quand, avec parfois une adaptation du traitement anti VIH au préalable.
Un tableau* peut résumer les directions à prendre:
La prise en compte de :


  • la lutte contre l'immunidépression
  • l'arrêt ou la forte diminution de l'alccol si besoin est
  • L'arrêt du Zerit® ( D4T) et du Videx® (DDI), à ne pas associer avec la Ribavirine.

Enfin, en cas de cirrhose avérée grave, on peut maintenant envisager une transplantation hépatique.
Je vous renvoie au site actif santé sur lequel j'ai pris toutes ces infos pour plus de détails :
http://www.actif-sante.org/html/vhcmed.htm

_________________
Quelqu’un qui ne laisse pas la réalité déranger ses rêves est un sage. C.Singer
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
CO- infection vih vhc : comprendre ses examens vhc
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» L'énigme de l'hélium 3 : une clé pour comprendre la Terre !
» Aide pour comprendre ce problème
» PEUR DES EXAMENS MEDICAUX
» Examens et impressions
» Un beau texte qui nous fait comprendre la Co-Redemption de Marie

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
sidamis :: Sida-infos :: sida-savoir vhc-
Sauter vers: