sidamis


 
AccueilFAQS'enregistrerGaleriePortailRechercherMembresGroupesConnexionCalendrier

Partagez | 
 

 medocs actu vih remaides septembre 2007

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
maya

avatar

Féminin
Nombre de messages : 1268
Age : 54
Localisation : paris
sexualité : vivante
célib. ou en couple ? : ...
Date d'inscription : 30/09/2005

MessageSujet: medocs actu vih remaides septembre 2007   Mar 18 Sep - 20:21

Essai Prezista
L'essai Titan visait à comparer l’efficacité du
Prezista (darunavir) + Norvir (ritonavir) en
comparaison au Kaletra (lopinavir + ritonavir)
chez des personnes déjà traitées par médicaments
anti-VIH et ayant une charge virale
détectable. Dans cette étude, les résultats
montrent que Prezista fait au moins aussi
bien que Kaletra. Ainsi, au bout de 48 semaines
de traitement, 71 % des personnes
prenant Prezista ont une charge virale indétectable
(moins de 50 copies/ml) par rapport
à 60 % des personnes prenant Kaletra. Ces
bons résultats confirment l'intérêt de cette
nouvelle antiprotéase commercialisée en
France depuis quelques mois


Essais avec l'étravirine

Ils étudient l'efficacité de l’étravirine
(TMC 125, nouveau
non-nucléoside) chez des
personnes ayant une charge
virale détectable déjà traitées par de nombreux
médicaments anti-VIH et au virus
résistant, notamment à Sustiva et Viramune
(qui appartiennent, comme l'étravirine, à la
famille des non-nucléosides).
Au bout de six mois de traitement, les groupes prenant de
l’étravirine en plus d’un traitement optimisé
(c’est-à-dire comprenant les médicaments
actuellement disponibles les plus efficaces
pour chaque personne en fonction de son histoire
thérapeutique) font mieux que le groupe
prenant un traitement optimisé seul. Dans les
groupes avec étravirine, il y a presque 20 %
de personnes supplémentaires qui atteignent
une charge virale indétectable après six mois.


Essai maraviroc

Le maraviroc est le premier médicament de la
famille des anti-CCR5 qui ont pour but d’empêcher
le VIH de s’accrocher au lymphocyte
T4. Il vient de recevoir son autorisation de
commercialisation aux Etats-Unis pour les
personnes en échec de traitement. Dans cet
essai, il s’agit de mesurer l’efficacité du maraviroc
chez les personnes “naïves” de
traitement, c’est-à-dire n’ayant jamais pris de
trithérapies anti-VIH. Le maraviroc était comparé
à l’éfavirenz (Sustiva). Au bout de 48
semaines de traitement avec maraviroc, on a
constaté une bonne augmentation moyenne
des T4 et une meilleure tolérance par rapport[size=7]à l’éfavirenz. Cependant, le maraviroc faisait
un peu moins bien que Sustiva pour obtenir
une charge virale indétectable. Des études
complémentaires devront être menées pour
affiner ces résultats.

Essai raltégravir

Il s’agissait de comparer différentes
doses de raltégravir
(MK 0518 ou Isentress) à
Sustiva (éfavirenz) chez les
personnes n’ayant jamais pris de traitement.
L’efficacité du raltégravir est bonne puisque
environ 85 % des personnes (quelle que soit
la dose) ont une charge virale indétectable
après 48 semaines de traitement, ce qui est
comparable aux résultats obtenus avec Sustiva.
La tolérance est également satisfaisante
chez une majorité de personnes. Par ailleurs,
une charge virale indétectable est obtenue
plus rapidement avec raltégravir qu’avec Sustiva.
Ces résultats devront encore être
confirmés dans une étude à plus large échelle

Essai vicriviroc
Le vicriviroc est une molécule proche du
maraviroc (de la famille des anti-
CCR5, qui bloque l'accrochage du virus sur
les cellules T4. Les résultats d'une étude sur
l’efficacité du vicriviroc à 48 semaines ont été
présentés à Sydney. Cette étude concerne des
patients en échec thérapeutique, chez lesquels
le virus rentre dans la cellule T4 au
moyen du récepteur CCR5. Comme avec le
maraviroc, cette entrée par le récepteur CCR5
doit être vérifiée par un test avant de commencer
le traitement par anti-CCR5 : chez
certaines personnes, le VIH utilise un autre
récepteur. Dans ce cas, un médicament anti-
CCR5 n'a pas grand intérêt. Le vicriviroc (à la
dose de 10 mg ou 15 mg par jour) ajouté à
une multithérapie anti-VIH a permis pour 27
à 37 % des personnes, selon la dose de vicriviroc,
d'avoir une charge virale indétectable
au bout des 48 semaines, contre 11 % des
personnes n'ayant pas reçu le vicriviroc. Les
craintes persistent sur un nombre plus important
de tumeurs et le développement de
résistances au vicriviroc, sous traitement.


Raltégravir (MK 0518)
disponible en ATU
Le raltégravir (MK 0518, dont le
futur nom commercial est
Isentress) est désormais
disponible dans le cadre d’une
Autorisation Temporaire d'Utilisation (ATU) de
cohorte. Le raltégravir est le premier médicament
anti-VIH de la famille des anti-intégrases, c’est-àdire
qu’il empêche le virus d’intégrer le génome du
lymphocyte T4 (CD4). Ce médicament était jusqu'à
maintenant disponible en ATU nominative (au cas
par cas) et dans le cadre d'essais thérapeutiques
(notamment dans l’étude TRIO, associant trois
nouvelles molécules anti-VIH, permetttant aux
patients inclus de recevoir des multithérapies
entièrement nouvelles).
Pour un médicament, avoir une ATU de cohorte est
le signe de la reconnaissance d’un rapport
bénéfices/risques positif. Cela précède
généralement de quelques mois la délivrance d’une
Autorisation de Mise sur le Marché (AMM). En
pratique, ce passage à l’ATU de cohorte signifie des
demandes plus faciles à faire par les médecins et
un accès plus simple pour les personnes
séropositives qui en auraient besoin. Le raltégravir
est actuellement indiqué chez l'adulte en
échappement thérapeutique, ayant présenté un
échec ou une intolérance aux médicaments des
trois autres familles antirétrovirales (nucléosides,
non nucléosides et anti-protéases). Il se prend
généralement à raison d’un comprimé deux fois par
jour, au cours ou en dehors des repas. Il peut être
pris par les personnes co-infectées par une hépatite
virale (B ou C).


Le TRT-5, dont AIDES est membre, étoffe la mise à
disposition d’informations utiles sur son site Internet
www.trt-5.org. Ainsi, la lecture du
Rapport d’experts
2006
sur les “recommandations de prise en charge
médicale des personnes infectées par le VIH” peut
désormais se faire par thèmes et chapitres, avec une
navigation facilitée. On trouvera également une
information actualisée sur les médicaments du
VIH/sida accessibles dans le cadre des autorisations
temporaires d’utilisation (ATU) nominatives ou de
cohorte, à partir notamment des informations fournies
par l’Afssaps (agence française du médicament).


source :

remaides ACTU 65 - septembre 2007

remaides est téléchargeable en pdf sur le sites d'Aides:
pour télécharger le n° de septembre :
http://www.aides.org/multimedia/documents-telechargeables/remaides/remaides-65-09-07.php[/color]

_________________
Quelqu’un qui ne laisse pas la réalité déranger ses rêves est un sage. C.Singer
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
medocs actu vih remaides septembre 2007
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Semaine du 27 août au 2 septembre 2007
» (2007) Ovni à Embla / Hessdalen 21 septembre
» Semaine du 24 au 30 septembre 2007
» FONTE DES GLACIERS
» Semaine du 10 au 16 septembre 2007

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
sidamis :: Sida-infos :: Sida-savoir vih-
Sauter vers: