sidamis


 
AccueilFAQS'enregistrerGaleriePortailRechercherMembresGroupesConnexionCalendrier

Partagez | 
 

 Epivir/ lamivudine/inhibiteur nucléosidique transcriptase

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
maya

avatar

Féminin
Nombre de messages : 1268
Age : 54
Localisation : paris
sexualité : vivante
célib. ou en couple ? : ...
Date d'inscription : 30/09/2005

MessageSujet: Epivir/ lamivudine/inhibiteur nucléosidique transcriptase   Dim 4 Nov - 16:31

Epivir®



Fiche signalétique

Nature : antirétroviral

Nom commercial : Epivir®

Dénomination commune internationale (dci) : lamivudine ou 3TC

Famille : inhibiteur nucléosidique de la transcriptase inverse

Laboratoire : Glaxo Smithkline

Présentation : comprimés dosés à 150 ou 300 mg de lamivudine ; solution buvable à 10 mg/ml (pédiatrique)

Disponibilité : pharmacie de ville et hospitalière

Planification des prises : un comprimé de 150 mg matin et soir ou 1 comprimé de 300 mg une fois par jour

Qu’est ce que Epivir® ?
• Epivir® est un médicament antirétroviral ; c’est un inhibiteur de la transcriptase inverse, utilisé dans le cadre de multithérapies contre le VIH 1 et 2, chez l’adulte et l’enfant.
• Les inhibiteurs de la transcriptase inverse bloquent une enzyme qui permet la transcription du patrimoine génétique du VIH avant son inclusion dans le noyau de la cellule.
Conservation
• Il n’y a pas de recommandations particulières de conservation pour les comprimés d’Epivir®.
• Conserver la solution buvable à une température inférieure à 25°C. Ne pas conserver plus d’un mois après ouverture du flacon.
Effets bénéfiques
• Epivir® est prescrit dans le cadre de multithérapies, associant plusieurs médicaments antirétroviraux. L’objectif des multithérapies est de réduire la réplication du VIH (la charge virale) en dessous du seuil de détection dans le sang. Dans ce cadre, Epivir® contribue à restaurer et préserver votre système immunitaire afin qu’il puisse combattre efficacement les infections. Cette amélioration se traduit par une stabilisation et une remontée des lymphocytes CD4. Il s’ensuit alors une réduction du risque d’apparition ou de rechute des infections opportunistes.
Posologie
• Chez les adultes, la posologie recommandée est d’un comprimé de 150 mg deux fois par jour, ou d’un comprimé de 300 mg une fois par jour, sans contrainte alimentaire particulière.

Précautions d’emploi
• En raison de rares cas de pancréatites observés lors d’un traitement comprenant de la lamivudine, le traitement doit être interrompu immédiatement en cas de signes cliniques ou biologiques évocateurs d’une pancréatite.
Des cas d’acidose lactique ont été observés avec les inhibiteurs nucléosidiques. Une surveillance particulière doit être effectuée en cas d’apparition de nouvelle symptomatologie à distance du début du traitement (essoufflement, fatigue, troubles digestifs, amaigrissement) ou d’anomalies hépatiques. Une prise en charge rapide est nécessaire dans ce cas afin d’évaluer la réalité de l’acidose lactique, qui, si elle est confirmée, nécessite hospitalisation et arrêt immédiat du traitement.
• La lamivudine ayant également une activité contre le VHB, ce facteur doit être pris en compte pour le traitement des personnes co-infectées par les deux virus (possibilité d’efficacité anti VHB pendant le traitement et de réactivation de l’hépatite B à l’arrêt de celui-ci).
Effets indésirables
• La plupart des effets indésirables sont modérés et passagers et ne motivent pas l’arrêt du traitement. L’avis de votre médecin pourra vous aider à les gérer plus facilement ; les plus fréquents sont : troubles digestifs (nausées, vomissements, douleurs abdominales, diarrhées), perte d’appétit, maux de tête, insomnie, douleurs musculaires, fatigue, éruption cutanée, et quelques rares cas d’alopécie (chute des cheveux).
• Au niveau biologique, il peut survenir plus rarement une chute des globules blancs (neutrophiles), une anémie, surtout quand la lamivudine est associée à la zidovudine (Combivir®). On peut également observer des anomalies des tests biologiques de la fonction hépatique ou pancréatique.
• En cas de doute, d’intolérance plus rare et non décrite ici, et en particulier d’apparition retardée de nouveaux symptômes, n’hésitez pas à demander rapidement un avis médical.
Interactions
• Peu d’interactions médicamenteuses ont été observées avec Epivir®. Cependant, il existe une interaction entre le Bactrim® (sulfamétoxazole-trimethoprime), avec augmentation des concentrations de lamivudine. Mais il n’est pas nécessaire de modifier la posologie d’Epivir®, sauf en cas d’insuffisance rénale.
• Il n’est pas recommandé d’associer l’Epivir® à de fortes doses de Bactrim®, notamment lors du traitement des pneumocystoses, ou de la toxoplasmose.
Observance
• Important : L’activité anti-VIH de votre thérapie est maximale si vous respectez les doses et les modalités de prises. Dans le cas contraire, il y a un risque d’apparition de souches virales résistantes. Ces virus résistants peuvent modifier votre réponse à la thérapie et compromettre l’efficacité des traitements ultérieurs.

_________________
Quelqu’un qui ne laisse pas la réalité déranger ses rêves est un sage. C.Singer
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Epivir/ lamivudine/inhibiteur nucléosidique transcriptase
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Fusion nucléaire - ARTE
» Batterie nucléaire
» La propulsion nucléaire dans l'espace..!
» autre utilisation du nucléaire
» Avenir de l'énerfie nucléaire et stocks

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
sidamis :: Trithérapies Fiches techniques et articles-
Sauter vers: