sidamis


 
AccueilFAQS'enregistrerGaleriePortailRechercherMembresGroupesConnexionCalendrier
anipassion.com
Partagez | 
 

 LE DON DU SANG DES HOMOSEXUELS / CONTROVERSE

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
maya

avatar

Féminin
Nombre de messages : 1268
Age : 54
Localisation : paris
sexualité : vivante
célib. ou en couple ? : ...
Date d'inscription : 30/09/2005

MessageSujet: LE DON DU SANG DES HOMOSEXUELS / CONTROVERSE   Mer 26 Déc - 17:07

Don de sang par les gays : le ministre de la Santé à nouveau interpellé

Alors que les médias français se font l’écho d’un début de pénurie de sang en France, la question de l'accès des homosexuels masculins au don de sang reste posée. L'association Centrégaux relance le débat et interpelle le ministre de la Santé.
La France est l’un des pays occidentaux démocratiques où le don de sang reste interdit pour les homosexuels, et ce depuis une circulaire de 1983. L'Etablissement Français du Sang a récemment rappelé dans un communiqué publié à Toulouse que "l'homosexualité masculine est un facteur d'exclusion conformément à la réglementation française décrétée dans les bonnes pratiques transfusionnelles". Cette discrimination s'applique que les donneurs potentiels aient eu ou non des conduites dites " à risque ".

Plusieurs personnalités et organisations ont interpellé les pouvoirs publics sur cette situation discriminatoire. Le socialiste Jack Lang a demandé au ministre de la Santé, Xavier Bertrand, il y a quelques mois, d'ouvrir le don du sang aux homosexuels.. Pour l'ancien ministre, refuser cette possibilité de donner son sang "de manière aussi absurde et systématique aux homosexuels est une mesure inutilement vexatoire", d'autant plus que "les tests actuels permettent de dépister avec beaucoup plus de fiabilité que les précédents des infections comme le VIH ou l'hépatite".

Jean-Luc Romero, conseiller UMP d'Ile-de-France et animateur des Elus Locaux Contre le Sida a, lui aussi, à plusieurs reprises, plaidé publiquement en faveur de la levée de l'interdiction de don du sang qui touche la population gay masculine.

Plusieurs associations LGBT, SOS homophobie, le CGL Paris et, ces derniers jours Centrégaux (les centristes gays) demandent la révision d'une situation qui date de plus de vingt ans. "Chaque année, indique SOS homophobie, de façon récurrente, nous recevons des appels ou des mails de gays, et parfois de lesbiennes, qui se sont vus refuser leur sang alors qu'ils voulaient en faire don par simple acte de générosité, le motif de ce refus : leur homosexualité".

La question de l’orientation sexuelle comme motif de refus du don du sang agite de plus en plus fortement les esprits.

Si cette mesure pouvait se justifier au regard des connaissances scientifiques de 1983, aujourd'hui 22 ans après, les statistiques démontrent que l'épidémie du sida en France se développe beaucoup plus rapidement chez les hétérosexuels que chez les gays. Il y a aujourd’hui en France plus d'hétérosexuels que de gays porteurs du VIH qui s'ignorent. Pourquoi, dans ces conditions, faire de l’homosexualité un critère de refus du don de sang ?

"Malgré toutes les précautions prises, seule l'honnêteté et la franchise des donneurs peut empêcher la transmission de sang contaminé, un homosexuel tout comme un hétérosexuel peut très bien mentir sur sa vie sexuelle lors du questionnaire mené par le médecin, explique SOS homophobie".

Dans les faits, toutes les précautions sont prises pour détecter d’éventuels dons de sangs contaminés aussi bien par le VIH que les hépatites par exemple. Chaque don est systématiquement testé individuellement. Chaque donneur est identifié par un numéro de don unique avec un code à barre qui est attribué à sa poche de sang pour assurer la traçabilité à chaque étape du circuit. Et lorsqu'une anomalie est décelée, le donneur est toujours prévenu aussitôt par l'EFS (Etablissement Français du Sang).

Le critère homosexuel dans le don sang est donc sans conteste une discrimination.

Une prise de position du ministre de la Santé Xavier Bertrand, en juillet dernier, qui s'était déclaré favorable à la levée de l'interdiction de principe du don du sang par les homosexuels n'a été suivie d'aucun effet. "Nous constatons donc toujours une différence de traitement entre un hétérosexuel ayant une conduite à risque (exclusion temporaire) et un homosexuel (exclusion définitive du seul fait de son orientation sexuelle)", déplore l'association Centrégaux qui parle de "discrimination honteuse" dans une nouvelle interpellation du Ministre de la Santé. "Il doit faire la différence entre l'orientation sexuelle et les conduites à risque, et signifier à l’Etablissement Français du Sang qui relève de sa compétence de revoir au plus tôt ses critères de sélection des donneurs, tel que l’a déjà fait l’Institut Portugais du Sang (IPS)".

www.centregaux.org










_________________
Quelqu’un qui ne laisse pas la réalité déranger ses rêves est un sage. C.Singer
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
maya

avatar

Féminin
Nombre de messages : 1268
Age : 54
Localisation : paris
sexualité : vivante
célib. ou en couple ? : ...
Date d'inscription : 30/09/2005

MessageSujet: Re: LE DON DU SANG DES HOMOSEXUELS / CONTROVERSE   Mer 26 Déc - 17:07

03/12/2007 DON DU SANG : SOS HOMOPHOBIE PRÊTE À TESTER DE NOUVELLES DISPOSITIONS
http://www.e-llico.com
SOS homophobie enregistre "avec satisfaction" les déclarations de Roselyne Bachelot qui annonceraient la levée de l'interdiction, pour les homosexuels masculins, de donner leur sang. L'association souligne qu'elle réclame cette mesure depuis 2005. "Notre point de vue était et reste que pour mieux sécuriser les dons, le critère à retenir et à mieux explorer reste l'éventuelle prise de risques du candidat au don. Et non son orientation sexuelle, rappelle SOS homophobie. Avoir des partenaires multiples et des relations non protégées ne sont pas des pratiques exclusives aux homosexuels et ces données comportementales ne sont pas réellement prises en compte aujourd'hui pour l'éligibilité au don". Lorsque la procédure aura été changée, l'association proposera aux 2000 signataires des promesses de dons qu'elle a déjà enregistré de tester les nouvelles dispositions.
http://www.e-llico.com/

_________________
Quelqu’un qui ne laisse pas la réalité déranger ses rêves est un sage. C.Singer
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
maya

avatar

Féminin
Nombre de messages : 1268
Age : 54
Localisation : paris
sexualité : vivante
célib. ou en couple ? : ...
Date d'inscription : 30/09/2005

MessageSujet: Re: LE DON DU SANG DES HOMOSEXUELS / CONTROVERSE   Mer 26 Déc - 17:15

Homosexualité et don de sang : la ministre , la santé et la santé publique.


Prendre une décision en santé publique est souvent un acte politique. Mais prendre une décision politique n’est pas obligatoirement un geste en faveur de la santé publique.
La volonté, annoncée, de Roselyne Bachelot-Narquin, ministre de la santé, d’autoriser le don de sang pour les homosexuels risque d’avoir un certain nombre de conséquences dont on espère que la ministre a tenu compte.
Depuis le début des années 80 un certain nombre de personnes dits « à risque » sont exclues du don de sang à l’occasion de l’entretien médical préalable au don lui-même. Les donneurs potentiels ayant des partenaires multiples par exemple ne peuvent donner leur sang. Les homosexuels masculins non plus. Tout cela, bien sûr, en raison du risque de transmission du virus VIH, à l’origine du Sida.
Bien sûr, il y a des tests de dépistage qui font qu’on élimine tout don contaminé, mais aussi parfait que soit le dépistage aujourd’hui, il y a toujours un risque résiduel .
Ce risque est statistiquement estimé à un sur 2,6 millions. C'est-à-dire que, théoriquement, sur 2,6 millions de poches transfusées, une d’entre elles peut encore contenir du virus VIH.
Théoriquement, dis-je, car depuis plusieurs années, il n’y a pas eu un seul cas de contamination post-transfusionnelle par ce virus alors qu’on dépasse les 3 millions de poches transfusées.
Autre problème, la « fenêtre », c'est-à-dire la période qui s’étend entre le moment de la contamination d’une personne et le moment où elle aura un test de dépistage positif. Il peut s’écouler plus de dix jours, voire des semaines, avant que n’apparaisse la trace du virus. Si la personne donne son sang dans cette période, le test de dépistage fait au moment du don sera négatif alors que le virus est déjà là.
C’est pour cette raison que l’interrogatoire préalable des donneurs est si important et si minutieux et qu’il exclut de plus en plus de monde, pas seulement, d’ailleurs pour le sida. Des séjours en Grande-Bretagne dans les années 80 vaut aussi un refus, en raison cette fois de la crainte de la transmission du prion, l’agent de l’équivalent humain de la maladie de la vache folle.
Cette mesure d’exclusion des homosexuels a été plutôt bien acceptée par les principaux intéressés qui, comme le disent nombre d’entre eux, ont beaucoup d’autres combats à mener qui leur semblent plus importants que la question du don de sang.
Seules deux associations, SOS Homophobie et ELCS, Elus locaux contre le sida, ont décidé de se battre contre cette exclusion depuis quelques années. Le président d’ELCS, Jean-Luc Romero avait demandé à Xavier Bertrand, lorsque ce dernier avait en charge la santé, de lever cette interdiction. Xavier Bertrand avait demandé qu’on modifie les termes du questionnaire médical, qu’on fasse référence à des comportements à risque au lieu de « groupes à risque », mais n’avait pas levé l’interdiction.
Il faut dire que les épidémiologistes en charge de la surveillance de l’infection par le VIH et les spécialistes de l’Etablissement français du sang, l’EFS, avaient fait savoir combien cette mesure leur semblait inopportune et risquée.
Il faut dire que les chiffres sont là qui expliquent les craintes de ces professionnels, qui réagissent en acteurs de santé publique et non pas en tant que parangons de vertu homophobes, comme certains aiment à les caricaturer.
Que disent ces chiffres ? Que la prévalence de l’infection, c'est-à-dire le pourcentage de gens infectés au moment où vous lisez ces lignes est entre 70 et 100 fois plus élevée dans la population homosexuelle que dans la population « générale ».
Selon une modélisation statistique, ouvrir le don de sang aux homosexuels aurait pour conséquence de doubler le risque résiduel de contamination post-transfusionnelle.
J’ai écrit, certes, que ce risque est actuellement estimé 1 sur 2,6 millions. Il passerait à 1 sur 1,3 millions. Ce n’est pas énorme en valeur brute, mais c’est colossal en termes de santé publique. Un risque qui double est considéré comme une vraie menace en épidémiologie.
Et quel sera l’impact sur le public, sur ceux qui donnent et sur ceux qui peuvent recevoir du sang ? Aujourd’hui, il ne se passe pas de semaine sans qu’un appel soit lancé car les pénuries de sang sont devenues monnaie courante, faute de donneurs. Les drames sanitaires et humains liés à la transfusion dans les années 80 et les procès des années 92 et 93 ont terriblement secoué le domaine de la transfusion et érodé la confiance du public.
Depuis des progrès énormes ont été faits en matière de sécurité, notamment avec des tests ultra-performants et aussi grâce aux mesures d’exclusion, sans doute parfois excessives, mais qui répondent aux mesures de précaution indispensable pour éviter de nouveaux drames.
La décision que s’apprête à prendre Roselyne Bachelot-Narquin fera plaisir à Jean-Luc Romero et à un certain nombre de personnes. Elle va déplaire à beaucoup d’autres et, probablement, inquièter et effrayer même encore plus de monde.
Le moment semble d'ailleurs curieusement choisi quand le dernier rapport de l'Instiut national de veille sanitaire www.invs.sante.fr indique que l'infection par le virus VIH ne connait pas de baisse, bien au contraire, parmi la population homosexuelle.
A moins que la ministre ait en sa possession des arguments scientifiques contredisant toutes les études et mesures connues, notamment celles édictées par l’Organisation mondiale de la santé.
Il faut espérer qu’elle les fera alors connaître pour qu’on puisse comprendre pourquoi il était si important de prendre une décision dont la nécessité n’apparaît pas forcément évidente.
SOURCE / http://blog.france2.fr/mon-blog-medical/

_________________
Quelqu’un qui ne laisse pas la réalité déranger ses rêves est un sage. C.Singer
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: LE DON DU SANG DES HOMOSEXUELS / CONTROVERSE   

Revenir en haut Aller en bas
 
LE DON DU SANG DES HOMOSEXUELS / CONTROVERSE
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le sang du christ un roman qui m'a choquée
» Fête du Saint Sacrement du Corps et du Sang du Christ, commentaire du jour "Le pain des anges,..."
» Juillet : Mois du Très Précieux Sang de Jésus
» Sang desséché, corne broyée... pour les fruits et légumes
» De la sueur, du sang et des larmes.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
sidamis :: Sida-actu-
Sauter vers: