sidamis


 
AccueilFAQS'enregistrerGaleriePortailRechercherMembresGroupesConnexionCalendrier

Partagez | 
 

 Libération est-il gagné par la « nouvelle droite gaie usa?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
maya

avatar

Féminin
Nombre de messages : 1268
Age : 54
Localisation : paris
sexualité : vivante
célib. ou en couple ? : ...
Date d'inscription : 30/09/2005

MessageSujet: Libération est-il gagné par la « nouvelle droite gaie usa?   Mer 2 Jan - 15:03

Libération est-il gagné par la « nouvelle droite gaie américaine » ?


mercredi 2 janvier 2008 par GS
Commentaires - Trackbacks




Libération est-il gagné par la « nouvelle droite gaie américaine » ? On peut se poser la question en lisant l’article de Libération du 27 novembre 2007 sur l’épidémie de sida en France. Son auteur, Eric Favereau écrit pour la première fois en France, l’épidémie de sida est en baisse. Pour autant - et c’est un paradoxe -, les pratiques à risque sont de plus en plus banalisées dans la communauté gay. Les données épidémiologiques portent sur l’année 2006. Je suis allé consulter le Bulletin épidémiologique hebdomadaire du 27 novembre 2007 qui est la source d’information sur laquelle se fonde l’article. Et là surprise, je lis que l’année 2006 est marquée par une diminution globale des nombres de découvertes de séropositivité et de diagnostics de sida, un arrêt de l’augmentation du nombre de découvertes de séropositivité chez les homosexuels. Pour l’InVS, la stabilisation du nombre de découvertes de séropositivité chez les homosexuels en 2006 est en soi un constat encourageant, après une période d’augmentation de ce nombre entre 2003 et 2005, dans un contexte d’augmentation des comportements à risque. Cependant les hommes homosexuels restent la seule population pour laquelle on n’observe pas de diminution des découvertes de séropositivité et la seule pour laquelle l’âge moyen au diagnostic n’augmente pas, signe d’un renouvellement plus important des séropositifs dans cette population. Evidemment avec cette information fondamentale, on constate que la vision très négative des gays diffusée par l’article de Libération ne correspond pas exactement à celle de sa source. Au contraire de l’article d’Eric Favereau, si l’InVS note bien l’augmentation des pratiques à risque ainsi que le renouvellement des séropositifs, l’institut note aussi des signes positifs dans l’évolution de la situation épidémiologique en population homosexuelle. La seule mention par le journaliste de Libération de ce qu’il qualifie de banalisation des pratiques à risque dans la communauté gay peut même laisser l’impression au lecteur que, contrairement au reste de la population les contaminations sont en forte augmentation dans cette communauté, ce qui ne correspond pas aux données épidémiologiques. Nous ne souhaitons pas ici entrer dans une polémique autour de la fiabilité des chiffres fournis par l’InVS. Nous constatons simplement que certains journalistes habitués à traiter des questions homos ont une fâcheuse tendance à adopter une posture fondamentalement négative quand il s’agit des gays face au sida, alors que les réalités appellent à davantage de nuances.


L’article de Libération confond « pratiques à risques » et contaminations. En fait c’est la définition des « pratiques à risques » qui est à revoir. Un rapport sexuel sans préservatif entre deux personnes, qu’il y ait vraiment risque ou pas de transmission est rangé dans les rapports à risque. Ainsi les pratiques anales sans préso entre personnes séropositives sont comptabilisées dans le même panier que les autres. Mais alors de quel type de risque parle-t-on ? En quoi cela a-t-il à voir avec les contaminations VIH ? Ainsi s’explique le paradoxe entre l’augmentation des « pratiques à risques » chez les gays et le nombre de contaminations qui lui ne suit pas toujours cette courbe ascendante. Il est clair qu’assimiler tout rapport sans préservatif à une prise de risque ne permet plus de comprendre quoi que ce soit de la situation actuelle, sauf à fabriquer du bouc émissaire.


Aujourd’hui aux Etats-Unis, il n’y a plus que ce que l’on appelle outre-Atlantique la « nouvelle droite gay » qui maintienne encore cette vision historique, homophobe, des « pratiques à risques ». Même l’épidémiologie américaine, au moins celle à l’oeuvre à San Francisco, a changé sa façon d’analyser la situation. Parce qu’à un moment, à force de crier au loup et de ne rien voir venir, pire d’être contredit par les contamination en baisse, cela ne le faisait pas. L’expression « nouvelle droite » n’a rien à voir avec l’extrême-droite, elle est employée aux Etats-Unis pour faire la distinction avec la droite gay traditionnelle, car cette « nouvelle droite gay » est issue pour partie d’anciens militants de gauche de la lutte anti-sida. Ce courant, profondément attaché aux formes traditionnelles de la prévention, porte un regard négatif sur la réalité des nouvelles stratégies de prévention qui sont interprétées en terme de relâchement égoïste, voire criminel, et de moindre attention portée par les gays les uns envers les autres. Ces thèmes qui ont fait leur apparition ces dernières années en France sont une importation directe des Etats-Unis où ils s’inscrivent dans la dynamique de la vague néoconservatrice homophobe alimentée par l’administration Bush et ses relais. Lisez la Tribune de Genève, c’est plus intéressant (voir notre article Préservatif ou trithérapie ?).


Certains gays ont adopté ces dernières années de nouvelles stratégies de prévention, en particulier la séroadaptation qui consiste à adapter sa stratégie de prévention en fonction du statut sérologique de son partenaire (voir nos articles Serosorting, Don’t Act ?, Pour une gestion calibrée du risque, Promesses et périls de la séroadaptation, etc. ; lire aussi notre fiche info à destination des acteurs en prévention : La séroadaptation chez les hommes gays). Et puis comme le dit très justement le professeur Bernard Hirschel de Genève, il y a aussi les traitements qui agissent sur les contaminations. En effet, si suite à l’abandon du préservatif dans certaines populations, le nombre de maladies sexuellement transmissibles (syphilis, chlamydias...) a augmenté, ce n’est pas nécessairement le cas de l’incidence du VIH. En diminuant la charge virale, la trithérapie prévient la propagation du VIH.
Source:http://www.thewarning.info/article.php?id_article=0235

_________________
Quelqu’un qui ne laisse pas la réalité déranger ses rêves est un sage. C.Singer
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
izeline

avatar

Nombre de messages : 306
Age : 65
Localisation : caen
sexualité : femme
célib. ou en couple ? : 53
Date d'inscription : 26/10/2005

MessageSujet: Re: Libération est-il gagné par la « nouvelle droite gaie usa?   Mer 2 Jan - 20:53

Perso je trouve cet article plutôt scabreux !
Indignée ? oui un peu !
Alors ou je suis restée trés jeune ou bien je n'ai rien compris !!
La notion de "pratiques à risques" homophobe !!
Je me demande s'il n'y a pas un brin de parano là dedans ....
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Libération est-il gagné par la « nouvelle droite gaie usa?
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Prière de Libération par la BénÉdiction - Prière de Soeur Claire Gagné c.s.j. !
» Prière de libération par la bénédiction...
» Libération et Guérison par l'ESPRIT-SAINT.
» Chapelet de la libération ! Apporte de nombreuses guérisons et libérations.
» Le précieux ornement de la libération

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
sidamis :: Sida-infos :: revues de presse-
Sauter vers: