sidamis


 
AccueilFAQS'enregistrerGaleriePortailRechercherMembresGroupesConnexionCalendrier

Partagez | 
 

 Migrants malades,une prise en charge pleine d'obstacles ...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
thierry



Masculin
Nombre de messages : 350
Age : 51
Localisation : Clichy
sexualité : Hétéro
célib. ou en couple ? : Divorcé
Date d'inscription : 23/08/2006

MessageSujet: Migrants malades,une prise en charge pleine d'obstacles ...   Jeu 17 Jan - 1:27

Migrants malades, une prise en charge pleine d'obstacles…

16 janvier 2008
A l'heure où il est de plus en plus difficile pour les personnes migrantes atteintes d'une pathologie grave nécessitant une prise en charge médicale (ne pouvant être dispensée dans le pays d'origine) d'obtenir des préfectures un titre de séjour « pour raisons médicales », les résultats de recherches en sciences sociales – présentées en juillet dernier à la conférence internationale Aids Impact à Marseille (1) – viennent apporter des arguments contre les préfectures. Ces dernières confondent en effet la disponibilité des traitements et/ou de la prise en charge, et leur accessibilité.
Plusieurs études ont retrouvé les mêmes types d'obstacles à la prise en charge du VIH/sida, malgré l'accès gratuit aux antirétroviraux (ARV) : celle du Dr Eileen Moyer de l'Université d'Amsterdam, sur les obstacles sociaux et économiques qui pourraient limiter l'accès gratuit aux ARV pour les personnes séropositives au VIH en Tanzanie et en Zambie ; celle du Dr Mit Philips de Médecins Sans Frontières, sur le coût des soins contre le sida en Chine ; ou celle du Dr Frédéric Bourdier de l'IRD (2), sur l'appauvrissement et les coûts économiques pour l'accès aux soins et le traitement du VIH/sida au Cambodge.
Il en résulte que même si des ARV sont disponibles gratuitement dans certains programmes, les soins contre le sida ne le sont pas. De nombreuses personnes n'y ont pas accès de façon régulière en raison de facteurs relatifs au surcoût des soins restant à leur charge, tels que : la distance entre domicile et centre de soins (problèmes de disponibilité et prix des transports, durée du transport, pas de soins à domicile, etc.), pénalisant surtout les personnes vivant en zone rurale ; la qualité des soins : problèmes de la qualité et du nombre de services : l'examen du taux de CD4 et les examens d'évaluation des fonctions rénale et/ou hépatique ne sont pas toujours disponibles ; le nombre et la qualité des soignants ; le coût des traitements des infections opportunistes ; l'équipement et le coût des tests génotypiques les rendant peu disponibles pour les personnes développant des résistances à la première ligne de traitement ; des problèmes de confidentialité. L'état général des personnes (problèmes de nutrition, coût de l'alimentation de base mais aussi des compléments), stigmatisation des personnes vivant avec le VIH à différents niveaux, manque de groupes de support (pas d'échanges de vécu, manque de gardes-malades, de psychologues, etc.). Dans la même session sur l'accès universel aux soins, Mme Sylvie Boyer, de l'Inserm, a présenté les premiers résultats d'une étude de l'ANRS (3) sur les difficultés financières liées à l'accès aux soins pour le VIH à Yaoundé au Cameroun (EVAL-ANRS 12-116). Cette étude montre que 37 % des patients nécessitent un traitement antirétroviral, que 40 % des patients séropositifs sous traitement ont des dépenses de santé catastrophiques (presque 22 % du budget familial comparé à 18,5 % en moyenne pour les non traités) ; 83 % des patients séropositifs ont des difficultés financières à payer les factures du suivi biologique nécessaire. Il en résulte que les patients ayant des difficultés financières sont moins adhérents aux ARV (30 % versus 69 %) et qu'ils ont un risque accru d'avoir un taux de CD4 inférieur à 200/mm3 après 6 mois de traitement antirétroviral. Elle conclut qu'il faudrait que tous les soins soient gratuits pour les personnes vivant avec le VIH, car malgré la mise en place en mai 2007 de la disponibilité gratuite des ARV au Cameroun, il reste encore 27 % des patients pour qui les dépenses de santé sont excessives. Par conséquent, dans les politiques de santé publique, rendre disponible les ARV gratuitement est une étape dans la bonne direction, mais ce n'est pas suffisant pour garantir l'accès équitable et régulier au traitement contre le sida. L'accès réel au traitement et son maintien dans la durée pour des populations déjà vulnérables (les plus précaires économiquement et socialement) sont corrélés à une réorganisation totale de la prise en charge du VIH/sida, incluant, en amont et en aval, une gamme étendue de services publics améliorés spécifiques, comprenant la santé et l'éducation. Miguel de Melo
(1) 8e édition de la conférence internationale Aids Impact sur les aspects biopsychosociaux de l'infection à VIH, Marseille, du 1er au 4 juillet 2007.
(2) IRD : institut de recherche et de développement.
(3) ANRS : agence nationale de recherche sur le sida et les hépatites virales.
© Arcat 2001-2008 - Mentions légales - Site réalisé par Presscode - Contact :
print_mail_to_link('webmestre','arcat-sante.org');
webmestre@arcat-sante.org

source : arcat sante
www.arcat-sante.org
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
izeline

avatar

Nombre de messages : 306
Age : 65
Localisation : caen
sexualité : femme
célib. ou en couple ? : 53
Date d'inscription : 26/10/2005

MessageSujet: Re: Migrants malades,une prise en charge pleine d'obstacles ...   Jeu 17 Jan - 21:54

J'ai survolé l'autre jour un article de la Cimade, qui évoquait que en plus de l'accés au traitement dans la pays d'origine du migrant. Une reconduite n'était possible que s'il existait l'assurance d'un vrai suivi dans le pays d'origine. C'est à dire bilans sanguins accompagnement .....
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Migrants malades,une prise en charge pleine d'obstacles ...
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Prise en charge sécu mutuelle pour les tire-laits ?
» Prise en charge...?
» séminaire sur l'autisme et sa prise en charge
» troubles du comportement et prise en charge
» utilité d'une prise en charge ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
sidamis :: Sida-infos :: revues de presse-
Sauter vers: