sidamis


 
AccueilFAQS'enregistrerGaleriePortailRechercherMembresGroupesConnexionCalendrier

Partagez | 
 

 nouvelles perspectives pour les patients vih

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: nouvelles perspectives pour les patients vih   Jeu 31 Jan - 14:03

Sida : nouvelles perspectives pour les patients sous antirétroviraux
AFP 30.01.08 19h03

Un rapport officiel suisse affirmant qu'une personne contaminée par
le VIH et bénéficiant d'une thérapie antirétrovirale efficace ne
transmet pas le virus pourrait bouleverser le comportement des
couples sérodifférents. "Je sais que ces conclusions peuvent faire
apparaître certaines craintes, mais je pense que l'information,
crédible et qui repose sur des faits avérés et exacts doit être
connue", a commenté à l'AFP le professeur Bernard Hirschel,
responsable VIH-Sida des Hôpitaux universitaires de Genève et
coauteur du rapport. Si la thérapie a supprimé le virus dans le sang
depuis au moins six mois et si elle est suivie rigoureusement par le
patient, un couple sérodifférent (au sein duquel un des deux
partenaires est contaminé par le VIH et l'autre pas) peut décider
qu'il renonce aux mesures de protection pendant des rapports sexuels,
selon un rapport de la Commission fédérale du sida, qui dépend de
l'Office fédéral suisse de la santé publique. Toutefois, le patient
ne doit pas être atteint d'une autre infection sexuellement
transmissible et le médecin traitant doit donner au préalable son feu
vert à l'arrêt des mesures de protection, met en garde la Commission.
L'association française de défense des malades du sida Act Up a
fraîchement accueilli l'annonce de la Commission suisse. Elle a mis
en garde "contre les discours imprudents, triomphalistes ou
désinvoltes". "Cette annonce qui porte sur les couples sérodifférents
ne concerne pas les 40% de malades sous traitement ayant une charge
virale résiduelle malgré une bonne observance du traitement", a
déclaré Act Up dans un communiqué. Une indication que réfute le
professeur Hirschel. "Ces chiffres sont largement exagérés." Selon
les données collectées sur les patients suivis en Suisse, "si le
traitement est bien conduit, pour plus de 80% des patients, le virus
disparaît dans le sang au bout de six mois maximum". En outre, Actu
Up relève que "20% des séropositifs sont sans traitements". Même son
de cloche auprès du Conseil national (français) du sida qui a réagi
extrêmement prudemment, en jugeant que les données "restent trop
préliminaires pour permettre des recommandations individuelles." Le
groupe d'experts français a affirmé qu'il examinerait ces études
"dans le cadre de la mise à jour de ses recommandations en 2008".
"Après vingt années de slogan "Sortez couverts", il ne sera pas
simple de relativiser la crainte d'une contamination, profondément
ancrée dans la tête des personnes concernées", relève Pietro
Vernazza, membre de la Commission fédérale du sida dans un texte paru
dans le Bulletin suisse des médecins. "Mais lorsque ce processus est
engagé, les personnes infectées par le virus VIH voient leur qualité
de vie s'améliorer", a-t-il ajouté. Le rapport publié par les membres
de la Commission se fonde sur quatre études différentes. Une
recherche effectuée en Espagne entre 1990 et 2003 sur 393 couples
hétérosexuels sérodifférents a montré qu'aucun des partenaires
n'avait été contaminé par une personne suivant un traitement
antirétroviral, selon l'étude publiée dans le Bulletin des médecins
suisses. Au Brésil, 93 couples sérodifférents dont 41 partenaires
séropositifs soumis à traitement antirétroviral ont été placés sous
surveillance par des chercheurs. Six personnes ont été contaminées,
toutes étant liées à des partenaires ne suivant pas de traitement.
D'autres recherches en Ouganda et sur les femmes enceintes sont
arrivées aux mêmes conclusions.

source : AFP 30.01.08
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: nouvelles perspectives pour les patients vih   Jeu 31 Jan - 14:05

Sur la base d’une synthèse de données disponibles depuis quelques années, la Commission Fédérale pour les problèmes liés au Sida (CFS) suisse doit annoncer dans le Bulletin des médecins suisses du 30 janvier 2008 qu’ « une personne suivant un traitement antirétroviral avec une virémie entièrement supprimée [1] ne transmet pas le VIH par voie sexuelle ».


Dans le cas où cette nouvelle serait confirmée, elle aurait des conséquences importantes pour les personnes séropositives et leurs partenaires sérodifférentEs ainsi que sur les politiques de prévention. Toutefois, la CFS précise que son affirmation ne remet pas en cause la stratégie de prévention appliquée en Suisse.

L’avis émis par la commission suisse concerne seulement le cadre très restrictif de couples sérodifférents, hétérosexuels stables où la personne séropositive a une observance parfaite de son traitement, une charge virale (mesure de la quantité de virus dans le sang) en dessous du seuil de détectabilité depuis au moins six mois, une absence d’Infections Sexuellement Transmissibles (IST), ce qui suppose une absence totale de relations extraconjugales.

Cette annonce qui porte sur les couples sérodifférents ne concerne donc pas les 40% de malades sous traitement ayant une charge virale résiduelle malgré une bonne observance du traitement, et les 20% de séropositifVEs sans traitements. Elle n’est pas non plus applicable à la situation des homosexuels et aux rapports anaux en l’absence de données sur cette question ou dans cette population.

La CFS reconnaît elle-même que « d’un point de vue strictement scientifique, les éléments médicaux et biologiques disponibles à l’heure actuelle ne prouvent pas qu’[une charge virale indétectable] empêche toute infection au VIH ».

On peut s’étonner que des médecins suisses aient choisi de faire cette annonce sans attendre les résultats d’une large étude de cohorte en cours visant à documenter la transmission sexuelle du VIH sous traitement efficace dans des pays occidentaux.

Act Up-Paris met en garde contre le danger que feraient courir les discours imprudents, triomphalistes ou désinvoltes qui donneraient une interprétation des déclarations du CFS hors du cadre précis qu’elles définissent ou qui négligeraient d’en préciser ce cadre.

Act Up-Paris exhorte les chercheurSEs qui travaillent sur cette question à publier des données complémentaires.

Act Up-Paris attend du groupe d’expertEs françaisES qu’il rende des conclusions tranchées sur le risque de transmission des personnes sous traitement dans l’édition 2008 du rapport sur la prise en charge médicale des personnes infectées par le VIH.






La prévention du sida devient plus simple, mais aussi plus complexe ! -
Pietro Vernazza
Bulletin des médecins suisses
No. 05/2008 (110.1 ko)

Les personnes séropositives ne souffrant d’aucune autre MST et suivant un traitement antirétroviral efficace ne transmettent pas le VIH par voie sexuelle. -
Pietro Vernazza, Bernard Hirschel, Enos Bernasconi, Markus Flepp
Bulletin des médecins suisses
No. 05/2008 (273.1 ko)

source : http://www.actupparis.org/article3283.html
Revenir en haut Aller en bas
maya

avatar

Féminin
Nombre de messages : 1268
Age : 54
Localisation : paris
sexualité : vivante
célib. ou en couple ? : ...
Date d'inscription : 30/09/2005

MessageSujet: Re: nouvelles perspectives pour les patients vih   Jeu 31 Jan - 15:58

Suppression de la transmission du Sida annoncée dans certains cas en cas de traitement antiviral : réaction d'Act Up là où Warning en fait un élément positif de politique de réduction des risques...
A prendre avec une extrême prudence et pour le moins ne pas voir pour l'heure au-delà qu'une communication scientifique, dans un cadre très précis, l'annonce attendue ce jour dans le Bulletin des médecins suisses d'une synthèse de données effectuée par la Commission Fédérale pour les problèmes liés au Sida (CFS), équivalent helvétique du Conseil National du Sida français.

Il ne faut pas surinterpréter dans un sens comme dans l'autre l'annonce par la CFS de données faisant état de l'absence de transmission du VIH dans le cas de couples sérodiscordants dont le partenaire séropositif, sous traitement antiviral qui conduit à un taux de virus indétectable, ne transmettrait pas dans les fait le virus en cas de pratiques sexuelles à risques.

Face à une telle communication scientifique, Act Up revient à juste titre sur les limites de cette communication, limites propres à enlever une portée générale à cet avis : cadre très restrictif de couples sérodifférents, hétérosexuels stables où la personne séropositive a une observance parfaite de son traitement, une charge virale (mesure de la quantité de virus dans le sang) en dessous du seuil de détectabilité depuis au moins six mois, une absence d'Infections Sexuellement Transmissibles (IST), ce qui suppose une absence totale de relations extraconjugales.

«Cette annonce qui porte sur les couples sérodifférents ne concerne donc pas les 40% de malades sous traitement ayant une charge virale résiduelle malgré une bonne observance du traitement, et les 20% de séropositifs sans traitements. Elle n'est pas non plus applicable à la situation des homosexuels et aux rapports anaux en l'absence de données sur cette question ou dans cette population» prévient Act Up.

La CFS reconnaît elle-même que «d'un point de vue strictement scientifique, les éléments médicaux et biologiques disponibles à l'heure actuelle ne prouvent pas qu'[une charge virale indétectable] empêche toute infection au VIH».

Si le «CFS précise que son affirmation ne remet pas en cause la stratégie de prévention appliquée en Suisse» précise Act Up, l'association Warning n'a pas pris les mêmes précautions et en fait un élément favorable à une politique de réduction des risques.

Warning, dans un article publié sur son site en décembre dernier avait également communiqué sur les déclarations des chercheurs suisses en titrant «Préservatif ou trithérapie ?».

Warning reprenait ainsi les déclarations aux médias suisses de Bernard Hirschel, responsable de l'Unité VIH/sida aux Hôpitaux Universitaires de Genève et Roges Staub, directeur de l'Office fédéral de la santé publique : «les stratégies de prévention sont complexes et la question doit être investiguée» estime le second mais pour le même entre usage du préservatif et trithérapie, «Ce sont deux moyens de protection efficaces qui ont chacun leurs avantages et leurs désavantages, explique le médecin. Les trithérapies ne protègent pas quand on se décide le soir même, mais elles ne peuvent pas lâcher au milieu» et «c'est une nouvelle option de prévention, qui est importante dans certaines circonstances, par exemple chez les couples stables qui se connaissent bien, chez les personnes qui veulent des enfants, là évidemment c'est difficile d'utiliser des préservatifs et le risque de contaminer quand on essaye de concevoir pèse lourdement sur la vie de couple, et là, par exemple c'est !
un message qu'il faut donner aux gens». Le même voit également dans ces résultats un moyen de limiter le recours aux Traitements Post Exposition (TPE) : «Après une prise de risque, on peut renoncer à un traitement préventif coûteux et grevé d'effets secondaires si la personne avec laquelle a eu lieu le contact critique ne présente pas de charge virale.».

Dans la suite logique des politiques de réductions des risques qui émergent, Bernard Hirschel a répondu aux tenants de la prévention basée sur les seules recommandations de l'usage du préservatif : «Cela fait peur aux spécialistes de la prévention. Ils craignent de brouiller un message simple qui a fait ses preuves : "jamais sans protection". Mais nous devons constater qu'il y a des personnes qui ne parviennent pas à appliquer absolument cette consigne. Cela peut donc être utile de nuancer, d'offrir des options additionnelles» et «un message préventif qui grossit tous les risques et ne correspond pas à la réalité perd en crédibilité et en efficacité».

Sur le sujet et suite à cet avis, admettons que la clarté et la transparence prévaut même si les résultats d'une large étude de cohorte en cours visant à documenter la transmission sexuelle du VIH sous traitement efficace dans des pays occidentaux sont attendus, résultats qui infirmeront ou confirmeront à plus large échelle cet avis.

La transparence veut que ces résultats peuvent en effet fournir des pistes intéressantes en terme préventif toutefois les limites sont importantes et le cadre extrêmement restreint pour que l'on ne passe pas d'un paradigme à un autre.

Devons-nous nous réjouir qu'après des pratiques de sérotriage se substitueraient des pratiques de virotriage où les personnes adapteraient leurs pratiques sexuelles en fonction de leurs résultats virologiques ? Si, même dans un cadre extrêmement restreint, on ne peut que se réjouir de l'absence de transmission, les limites sont telles qu'elles rendent l'utilisation à finalité préventive de ces résultats extrêmement difficile à mettre en oeuvre, dans le temps, comme dans les faits.

Sur le sujet, admettons enfin qu'une politique de prévention unique a échoué mais soyons tout autant extrêmement prudents dans le cas d'annonces positives sur d'autres modes préventifs. Le Président de la CFS, Pietro Vernazza, a lui-même parfaitement résumé la situation : «La Prévention du Sida devient plus simple mais aussi plus complexe».

source : Art/ Citégay - portail infos / prévention
_________________________________________________________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: nouvelles perspectives pour les patients vih   Jeu 31 Jan - 22:20

[quote="maya"]Beaucoup de heurts dans cette communication sur ces nouvelles donnes, lisez bien tous les elements qui sont fournis par les acteurs de prevention afin de vous faire un avis pertinent en fonction de votre provblematique personnelle.
Petit recapitulatif des cas dans lesquels le traitement peut faire office de protection chimique :
cadre :

-couple hetero serodifférent ou serodiscordant stable et dans un climat de 'confiance'* fidelité
le partenaire seropo doit:
-avoir un charge virale indetectable depuis plus de 6 mois
- etre suivi avec regularité
- avoir une observance parfaite de son traitement (il faut noter qu'un arret therapeutique de qq jours peut etre declencheur de remontee virale surprenante). Cela dit le facteur observance peut etre motivé par cette nouvelle possibilité, le suivi donne la une responsabilité vis à vis de son partenaire.

ne sont pas concernés ;
les personnes traitées dont la cv est detectable
les seropos non traités
les personnes traitées mais qui ont des mst, ist
les personnes coinfectés vhc
les couples de seropos

les infos restent floues car manquant d'etudes specifiques sur :
les homos et les rapports anaux heterosexuels. mais actions traitement valide la these même sur les homos
http://www.actions-traitements.org/spip.php?article1713
donc à suivre...
Attendons pour avoir des données fiables dans ce domaine les etudes d'experts qui ont été demandées par act up.
Ca fait 25 ans qu'on protege , on est plus à qq mois...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: nouvelles perspectives pour les patients vih   Jeu 31 Jan - 22:42

Controverse sur la transmission du VIH


Les déclarations controversées du Pr Bernard Hirschel, qui considère que la transmission du VIH est peu probable à partir d'un séropositif ayant une charge virale indétectable, servent déjà de recommandation de la part de la Commission fédérale suisse pour les problèmes liés au sida (CFS). Dans une communication destinée aux médecins, la CFS estime pouvoir affirmer que les personnes séropositives au VIH sous traitement antirétroviral, dans certaines conditions garantes de l'efficacité du traitement, ne sont pas susceptibles de transmettre le virus par voie sexuelle.

En effet, des études épidémiologiques montrent que l'utilisation des traitements puissants actuels réduit le risque de transmission de 60% à 80% dans les populations étudiées. C'est un concept qui est de plus en plus discuté dans la communauté scientifique et certains chercheurs pensent même qu'un traitement antirétroviral puissant, pris avec régularité et sous contrôle médical, pourrait être une voie de prévention non négligeable.

Hier, le Conseil national du sida a néanmoins réagi aux recommandations suisses en rappelant que les études présentées ne concernent qu'une soixantaine de couples suivis pendant des périodes limitées à moins de quatre ans. Même si aucun cas de contamination n'a été constaté sur ces observations, les échantillons sont trop faibles pour exclure un risque de manière suffisamment fiable.

Le CNS considère donc qu'il est prématuré d'établir des recommandations qui pourraient porter de nombreuses confusions dans la communication de la prévention, car rares sont les personnes qui connaissent le statut sérologique de leur partenaire –et encore moins l'efficacité d'un traitement, si un traitement existe… Le CNS a décidé de réunir une commission de travail pour répondre à ces questions scientifiques étrangement peu évaluées par le groupe interassociatif TRT-5, dont la fonction est pourtant d'obtenir des points de consensus sur la recherche sida.

Source tetu.com
par Didier Lestrade Info du 2008-01-31
Revenir en haut Aller en bas
sayda

avatar

Féminin
Nombre de messages : 56
Age : 53
Localisation : grenoble
sexualité : hetero
célib. ou en couple ? : celib
Date d'inscription : 20/01/2008

MessageSujet: Re: nouvelles perspectives pour les patients vih   Ven 1 Fév - 15:17

on parle de révolution à tout va! on s'aperçoit qu'il ne s'agit que d'une déclaration faite par le lobby médical suisse à des fins publicitaires.....demandez à un seropo ce que signifie être indétectable...Cette annonce est dangereuse car elle fait croire aux malades du sida que désormais ils ne seraient plus contaminants et peuvent se passer du préservatif! De qui se moque t on?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
maya

avatar

Féminin
Nombre de messages : 1268
Age : 54
Localisation : paris
sexualité : vivante
célib. ou en couple ? : ...
Date d'inscription : 30/09/2005

MessageSujet: Re: nouvelles perspectives pour les patients vih   Ven 1 Fév - 19:15

Je crois que c'est plus complexe que ca sayda.

Mais vous tous que pensez vous de tout ca ? toi aussi sayda Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
lila

avatar

Féminin
Nombre de messages : 296
Age : 54
Localisation : finistère
sexualité : hétéro
célib. ou en couple ? : en couple
Date d'inscription : 28/10/2005

MessageSujet: Re: nouvelles perspectives pour les patients vih   Ven 1 Fév - 19:36

je pense que c'est une avancée pour les gens en couple mais qu'il faut continuer à étudier des couples sérodifférents, c'est difficile de savoir au moment où on a des rapports avec son partenaire si on est vraiment indétectable, cela dépend de la fréquence avec laquelle on va faire des analyses, il me semble que c'est une piste intéressante pour la réduction des risques mais garder toujours en tête que le risque 0 n'existe pas
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: nouvelles perspectives pour les patients vih   Ven 1 Fév - 20:52

vue les idées reçues qui circulent vis à vis du vih que nous pouvons entendre au quotidien le danger de cette annonce en effet peut être inquiétante même si sur le fond cela ne peut qu'aider les séropositifs à l'acceptation des autres et certainement soulager des couples sérodifférents et enlever une certaine inquiétude.

quoi qu'il en soit il faut en prendre et en laisser et voir comment les choses vont évoluer face à cette soit disante certitude que cela ne mette pas en cause la prévention mais aussi les responsabilités de chacuns...

Nous verrons
Revenir en haut Aller en bas
Munny

avatar

Masculin
Nombre de messages : 323
Age : 52
Localisation : Aveyron
sexualité : Hétéro
célib. ou en couple ? : celib.
Date d'inscription : 28/09/2005

MessageSujet: Re: nouvelles perspectives pour les patients vih   Ven 1 Fév - 21:15

Je vis avec une personne séroneg. et ce n'est pas cette annonce qui va me faire changer dans mes habitudes sexuelles. Je mettrais encore le préso. Pourtant j'ai la CV indetectable, + de 900 T4 et je suis a la lettre ma ttt. Cela me semble énormement risqué de mettre en péril la vie de quelqu'un d'autre, même aprés cette annonce. Il faut faire très attention devant de telles affirmations, certaine personne vont se croire immunisée et vont mettre en danger d'autre personne.
Je vois ça comme ça!
coeur


_________________
Demain, c'est loin...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
maya

avatar

Féminin
Nombre de messages : 1268
Age : 54
Localisation : paris
sexualité : vivante
célib. ou en couple ? : ...
Date d'inscription : 30/09/2005

MessageSujet: Re: nouvelles perspectives pour les patients vih   Sam 2 Fév - 11:44

Dans ton cas de figure munny ca peut se discuter , rappelle moi si tu es coninfecté?

bisous
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Munny

avatar

Masculin
Nombre de messages : 323
Age : 52
Localisation : Aveyron
sexualité : Hétéro
célib. ou en couple ? : celib.
Date d'inscription : 28/09/2005

MessageSujet: Re: nouvelles perspectives pour les patients vih   Sam 2 Fév - 12:54

Non non, aucune coinfection. bounce
bisous

_________________
Demain, c'est loin...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
maya

avatar

Féminin
Nombre de messages : 1268
Age : 54
Localisation : paris
sexualité : vivante
célib. ou en couple ? : ...
Date d'inscription : 30/09/2005

MessageSujet: Re: nouvelles perspectives pour les patients vih   Sam 2 Fév - 19:46

Bon alors tu rentres parfaitement dans le cadre des personnes pour qui le preso n'est plus une obligation
couple serodiff
cv indetectable (les t4 n'ont rien a vOir dans l'histoire)
tu es observant
en couple stable

ou est le risque d'apres toi ?

je sais que apres 25 ans de prenvention on a forcement des resistances (j'en aurais aussi), prends le temps d y penser, parles en avec ta compagne c'est une decision commune.
de toute facons peu de gens observent le preso 100% du temps c une realite qu il faut prendre en compte surtout sur le long terme d'une relation.
mais si pour toi ca pose un souci, dis toi que c essentiellement dans ta tete que tu es contaminant
sun
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
maya

avatar

Féminin
Nombre de messages : 1268
Age : 54
Localisation : paris
sexualité : vivante
célib. ou en couple ? : ...
Date d'inscription : 30/09/2005

MessageSujet: Re: nouvelles perspectives pour les patients vih   Dim 3 Fév - 13:35

Sida: la grande confusion

En rendant publique la possibilité pour les couples sérodifférents d'avoir
des rapports sexuels non protégés, à condition que le partenaire infecté
soit au bénéfice d'une trithérapie efficace, la Commission fédérale pour les
problèmes liés au sida met dans l'embarras les organismes de prévention sur
le terrain
Ivan Radja - 02/02/2008
Le Matin Dimanche (journal suisse )
Il est rare que l'on s'en prenne au messager d'une bonne nouvelle. C'est
pourtant ce qui arrive cette semaine au professeur Bernard Hirschel,
responsable de l'unité VIH-sida des Hôpitaux universitaires de Genève.
L'info selon laquelle les personnes séropositives qui suivent une
trithérapie avec succès depuis au moins six mois, peuvent avoir des rapports
sexuels non protégés sans risque de contaminer leur partenaire, est un vrai
message d'espoir pour les couples dits «sérodiscordants», soit un partenaire
séropositif et un séronégatif, désireux d'avoir un enfant autrement que par
insémination artificielle. Le risque de contamination, 1 sur 100 000 selon
l'OFSP, est infime. Au partenaire non infecté de le courir, en toute
connaissance de cause, et avec le conseil et le soutien d'un médecin.
Le problème réside dans la stratégie de communication de la Commission
fédérale pour les problèmes liés au sida (CFS), dont fait partie Bernard
Hirschel, et celle de l'Office fédéral de la santé publique (OFSP).
En portant cette information à la connaissance du public, ils ne facilitent
pas la tâche des professionnels chargés de la prévention sur le terrain.
D'autant que le Conseil national français du sida affirme en réaction qu'il
est prématuré d'annoncer qu'une personne infectée par le VIH, même au
bénéfice d'une trithérapie efficace, ne transmet pas le virus. Des réserves
partagées par l'OMS et la commission européenne en charge du dossier.
Débat délicat
Chargée de la prévention et de l'information au Groupe Sida Neuchâtel, Anne
Evard ne mâche pas ses mots: «C'est une bombe nocive que lâchent la
Commission fédérale et l'OFSP! Cette information ne devrait être dispensée
qu'aux personnes concernées, notamment ces couples sérodiscordants qui par
ailleurs le sont déjà via leur médecin; mais pour le grand public, et je
pense surtout aux jeunes, cela peut prêter à confusion et induire l'idée
qu'il n'est plus nécessaire de prendre les précautions habituelles telles
que le préservatif». Le débat est délicat: faut-il privilégier l'information
exhaustive ou la clarté, quitte à tronquer la vérité? Bernard Hirschel: «Il
y a trop de gens qui pensent que le public est stupide; je pense qu'une
information sérieuse doit être juste et complète, que l'on ne doit pas la
simplifier.» Stupidité? Le problème n'est pas l'intelligence du public, mais
le temps consacré à s'informer; quand je vois la presse titrer: «Virus du
sida: les rapports sexuels sont possibles sans préservatifs», cela me fait
peur car l'on sait que la plupart d'entre nous, et encore une fois les plus
jeunes, ne font que parcourir les titres»,
s'inquiète Anne Evard.
Du côté de l'OFSP, on reconnaît l'ambiguïté de la démarche, comme le
souligne Roger Staub, chef de la section sida: «Nous aurions voulu que seuls
les médecins soient informés, mais comme cela passe obligatoirement par une
publication dans le Bulletin des médecins suisses, cela attire l'attention
du grand public; raison pour laquelle il a été décidé de prendre les devants
en portant cette information à la connaissance des médias. Nous rappelons
par ailleurs que la prévention habituelle, le préservatif notamment, reste
valable pour tout le monde».
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Munny

avatar

Masculin
Nombre de messages : 323
Age : 52
Localisation : Aveyron
sexualité : Hétéro
célib. ou en couple ? : celib.
Date d'inscription : 28/09/2005

MessageSujet: Re: nouvelles perspectives pour les patients vih   Dim 3 Fév - 14:18

Je ne mets pas en doute les études du Prof. Hirshel, mais je suis tout a fait d'accord avec Anne Evard et le conseil national Français du sida.
C'est bien pour cela que je ne mettrais pas en danger ma compagne. coeur
bye

_________________
Demain, c'est loin...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
maya

avatar

Féminin
Nombre de messages : 1268
Age : 54
Localisation : paris
sexualité : vivante
célib. ou en couple ? : ...
Date d'inscription : 30/09/2005

MessageSujet: Re: nouvelles perspectives pour les patients vih   Dim 3 Fév - 19:36

je crois que tu as mal lu munny ce que dit evrard.
tu fais justemment partie des gens qui ne mettront pas leur compagne en danger . Mais bon si tu pars du principe que le risque zero n'existe pas , c'est vrai, seulement il n'existe pas non plus avec la capote ...
apres c'est un choix de couple.
est ce que c'est une decision qui doit venir uniquement dus eropo et de son angoisse?
Ca se discute.
je crois pour ma part que le seroneg doit avoir voix au chapitre non?
si j'etais dans ta configuration , j'y reflechirais vraiment meme si comme toi j'aurai un max de reticences c normal. nous sommes de vieux seropos ... Rolling Eyes

il va falloir considerer les antiretroviraux dans leur caractere preventif et plus seulement 'curatif' dans les années à venir sans doute
tous les chercheurs sont d'accord sur un truc : ton cas de couple fait partie des heureux beneficiaires...mais si t'aimes le plastik, va bene Wink


il est admis que personne ne fait jamais un vrai parcours kpote 100%, le jour ou tu le fais je ne crois pas que tu ais de bile à te faire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
sayda

avatar

Féminin
Nombre de messages : 56
Age : 53
Localisation : grenoble
sexualité : hetero
célib. ou en couple ? : celib
Date d'inscription : 20/01/2008

MessageSujet: tomber la capote pas ses potes   Dim 3 Fév - 22:20

2008 Un sacré cru pour le Vih
Atripla, un médicament 3 en 1 , un seul cachet à prendre, youpi!
_c'est tout?
indétectable vous dis je ! des preuves? voyez tous les bébés sains nés de mamans négatives grâce à l'étude vernazza!
_mais encore?
voyez que la tri empêche le transfert du virus et le soigne en même temps!
Au Brésil en Afrique Indonésie, les chiffres sont là!!!
des preuves? euh allo Act'up, Sidamis besoin d'infos merci blabla
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: nouvelles perspectives pour les patients vih   Dim 3 Fév - 23:41

Brésil ? Afrique ? Indonésie ? ha ! ils ont pas de traitement efficace comme nous avons nous en europe voir même un sacré retard pareil pour la prévention et les moyens de contraception pour cause de moyens financier. Allo actup sayda aurait aussi besoin d'infos merci Laughing Laughing Laughing Laughing Laughing Laughing Laughing

Ne confond pas tous sayda et ne soit pas si cynique.

Le sujet sur le rapport hirshell fais suffisement de bruit autant dans la communauté scientifique que dans la communauté seropositive nous aurons la suite au prochain numéro ...
Revenir en haut Aller en bas
sayda

avatar

Féminin
Nombre de messages : 56
Age : 53
Localisation : grenoble
sexualité : hetero
célib. ou en couple ? : celib
Date d'inscription : 20/01/2008

MessageSujet: Re: nouvelles perspectives pour les patients vih   Lun 4 Fév - 0:18

désolée titidoudou je voulai juste délirer un peu... si celà se vérifiait sur du long terme sans résistances, traitement pour tout le monde, les seniors y compris(fragilisation des muqueuses chez les femmes ménopausées ) alors c'est une bonne nouvelle, on sortirait de l'idée du médicament qui tue à celui qui guérit et prévient les sur infections chez son partenaire négatif...je pense pour le moment comme munny, mon eternel scepticisme face à ce qu'on qualifie de révolutionnaire..(cela me fait penser à une autre révolution cellulaire pour empêcher les mutations du virus..)http://www.lejdd.fr/cmc/societe/200743/sida-revolution-cellulaire_67258.html. Alors pourquoi en parler? réponse du professeur Hirschel"L’intérêt d’en parler ?« Nous pouvons d’abord dire aux personnes sous traitement qu’elles ne sont pas un danger public. Psychologiquement, c’est extrêmement lourd de se sentir porteur d’une
maladie grave qu’on peut transmettre à ceux qu’on aime. Cela provoque un isolement terrible. Si nous pouvons les rassurer, cela vaut la peine".Préservatif ou trithérapie? journée mondiale contre le sida 11/12/07

D'ici quelques années, une fois la problématique de la résistance du virus résolue (il existe une centaine de souches différentes, la surcontamination au vih2 mieux connue, ...) alors peut être, mais Pour l'instant, je préfère qu'on parle d'éthique médicale au lieu et place de politique de réduction de risques ou comme le docteur Hirschel et Vernazza l'affirment de prévention médica-menteuse Wink Serait il possible que les malades soient associés plus étroitement à ce genre de nouvelles? en participant à leur colloque par exemple..merci
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
maya

avatar

Féminin
Nombre de messages : 1268
Age : 54
Localisation : paris
sexualité : vivante
célib. ou en couple ? : ...
Date d'inscription : 30/09/2005

MessageSujet: Re: nouvelles perspectives pour les patients vih   Lun 4 Fév - 19:08

oula !! brouillon ton post sayda, va nous falloir un decodeur, pense à ceux qui deja nagent un peu avec toutes ces données et même aux autres puisque je n'ai rien compris .
On ne sait pas ce qui vient de toi, ce qui est citation..au secours.


Les malades associés ? ben quand tu vois le peu de reactions que ca suscite , l'inertie ambiante sur tous les sites, tu peux te demander si apres tout les malades sont interessés par leur sort....

de quel colloque parles tu ? Shocked
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
sayda

avatar

Féminin
Nombre de messages : 56
Age : 53
Localisation : grenoble
sexualité : hetero
célib. ou en couple ? : celib
Date d'inscription : 20/01/2008

MessageSujet: Re: nouvelles perspectives pour les patients vih   Mar 5 Fév - 4:46

maya pas besoin de décodeur,on n'est pas pri pour des cons juste te dire aides nous!!!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
maya

avatar

Féminin
Nombre de messages : 1268
Age : 54
Localisation : paris
sexualité : vivante
célib. ou en couple ? : ...
Date d'inscription : 30/09/2005

MessageSujet: Re: nouvelles perspectives pour les patients vih   Mar 5 Fév - 8:30

mais ma douce je ne detiens aucune connaissance superieure tu sais !!!!
je suis comme toi, tu es aussi informée que moi.

comme tout ceux d'entre nous qui regardent tout ca avec juste peut etre plus de recul grace au temps
mais peut etre aussi ce temps me fait il etre parti pris
L'onu declare ne pas vouloir se positionner la dessus (a la grande colere de survivre au sida)
ils voient comme delfraissy et surement le conseil national du sida, l'arv comme une reduction supplementaire des risques et donc à prendre en compte comme une arme supplementaire* de l'arsenal preventif
mais pas comme un remplacement du preso.

c'etait sur vu la densité et le manque de representatitvité des etudes produites .
on ne peut pas regler une politique sanitaire sur un echantillonnage de 90 personnes .
(je vous mets ci dessous les 2 articles de survivre au sida qui prone un autre point de vue afin que vous ayez tous les sons de cloche)
dire que le preso n'a pas de risque zero est aussi une realité mais j'ai reflechi au fait que en temps que personne, la responsabilité n'est pas la meme.


a titre individuel et personnel je crois que la position prudente d'act up de demander des etudes de grande envergure et sur des populations plus larges que les heteros qui ont des rapports genitaux
est sensée.
ces donnees sont indispensables à une meilleure gestion et comprehension
et sont juste du bon sens
je suis certaine que des etudes vont forcement s'engager apres le foin que fait tout ca et c'est une excellente chose.

maintenant à titre individuel il reste a chacun de parler avec son medecin de son cas personnel,

on est depuis 25 ans dans le tout kpote, on peut sans doute attendre d'etre dans la certitude...mais ca reste un choix individuel


___________________________________________________________________________________________________________________________________
4 février 2008 (papamamanbebe.net)
Réagir à cet article | Recommander cet article
PARIS, le 5 février (papamamanbebe.net) — La Comission fédérale pour les problèmes liés au sida (CFS), groupe suisse d’experts, a publié le 28 janvier 2008 un résumé argumenté [1] des preuves accumulées depuis au moins l’année 2000 : les personnes séropositives ne souffrant d’aucune autre infection sexuellement transmissible (IST) et suivant un traitement antirétroviral efficace ne transmettent pas le VIH par voie sexuelle.
Après le Conseil national du sida en France [2], l’ONUSIDA et l’OMS, dans un communiqué daté du 1er février 2008, optent pour le principe de précaution. Ils déclarent que l’impossibilité d’une transmission, dans le contexte défini par la Commission, n’a pas été totalement prouvée et qu’il serait nécessaire de faire « plus de recherches ». Ces agences de l’ONU s’engagent donc à « suivre la science de la transmission du VIH et les effets du traitement antirétroviral sur la transmission ».
Pourtant, les experts onusiens savent pertinemment bien que les preuves accumulées vont toutes dans le même sens (pas de virus détectable dans le sang depuis au moins 6 mois, pas d’autre infection = pas de contamination), et qu’il est donc improbable que les études supplémentaires qu’ils réclament renversent la tendance.
Réclamer « plus de recherches » revient à se couvrir face à un risque résiduel de contamination, dans le cadre strict défini par la Commission, qui serait comparable à la probabilité d’un crash d’avion. Le préservatif, quand à lui, est loin d’offrir une protection absolue, et son utilisation implique aussi l’existence d’un « risque résiduel » qui mériterait sans doute plus d’études...
Logiquement, comme le rappelle la Commission, « il n’est pas possible de prouver la non-survenance d’un événement certes improbable, mais théoriquement envisageable » [3]. Sur le plan scientifique, l’organisation d’essais cliniques de grande ampleur pour résoudre un « risque résiduel » relève d’une extrême improbabilité.
L’ONUSIDA et l’OMS rappellent qu’ils prônent un « paquet » complet de prévention qui comprend l’utilisation des préservatifs mais aussi, nous apprend le communiqué, la réduction du nombre de partenaires sexuels, la fidélité, le « délai du début de la vie sexuelle » ou encore l’évitement de la pénétration... des idées sorties tout droit des programmes de « prévention » des intégristes religieux et des néo-conservateurs américains, dont l’efficacité n’a jamais été démontrée [4] !
Pourquoi prôner ces approches tout en récusant, sans la moindre contre-preuve scientifique, les recommandations de la Commission fédérale pour les problèmes liés au sida (CFS) ?
Pour les couples concernés par le VIH qui animent le site papamamanbebe.net, le slogan « Sortez couverts » n’a pas de sens, car l’enjeu de prévention est de trouver un mode de protection qui correspond d’une part à une vie sexuelle stable avec celui ou celle qu’on aime, et d’autre part au besoin de procréation.
C’est pourquoi nous exigeons de l’OMS et de l’ONUSIDA une information claire et fiable qui réponde aux besoins des familles vivant avec le VIH, notamment sur l’intérêt préventif de la prise d’un traitement antirétroviral pour les couples sérodifférents qui souhaitent faire un enfant mais qui n’ont pas accès aux techniques classiques d’assistance médicale à la procréation (AMP).
http://www.papamamanbebe.net/a8257
Sida : L’impossible bénédiction des experts français ?
4 février 2008 (survivreausida.net)
Réagir à cet article | Recommander cet article
Chat échaudé craint l’eau froide, dit le proverbe. Et pourtant, face aux experts et à l’avancée des connaissances il faudra bien, tôt ou tard, faire le grand plongeon et fermer le parapluie derrière et sous lequel certains s’abritent, traumatisés par l’expérience et l’héritage désagréable et encombrant laissé par des responsables mais non coupables d’un proche passé.
Si ailleurs la science avance, le courage en France recule.
Depuis l’annonce faite par des experts en VIH suisses indiquant que les séropositifs sous certaines conditions ne seraient plus contaminants, c’est à celui qui se mouille le moins, en dit ou en fait le moins possible.Et pourtant, n’y aurait-il pas dans ces déclarations suisses une lueur d’espoir de réduire considérablement le nombre des nouvelles contaminations annuelles en les adaptant à des nouvelles formes de prévention plus responsabilisantes passant par une revalorisation de la personne séropositive trop longtemps considérée et obligée par des répressions judiciaires et sociales à s’octroyer bien malgré elle le statut de danger public ?
Peut-on continuer à leur demander d’être responsables tout en s’exonérant de prendre les siennes ?
D’après ces études suisses [1], le plus grand nombre des contaminations est dû lors de la phase aigüe, à savoir les premiers jours de la contamination. On peut raisonnablement penser qu’un nombre non négligeable est également dû à la montée de la charge virale entre cette phase aigüe et l’hospitalisation où sont découverts près de 50% des cas de sida.
Entre les deux, le déni ou la peur socio-juridique font des ravages.
Qui en a eu cure jusqu’à présent ?
Des nouvelles approches précoces en matière de prévention passant par la restauration de la dignité et la "réhabilitation" publiques du séropositif au vih sont aujourd’hui la condition sine qua non pour réduire au strict minimum le nombre des nouvelles contaminations.
Les experts français feront-ils enfin preuve de courage et oseront-ils franchir ensemble le Rubicon pour atteindre enfin la rive de la raison ?
http://www.survivreausida.net/a8253


.



.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
thierry



Masculin
Nombre de messages : 350
Age : 51
Localisation : Clichy
sexualité : Hétéro
célib. ou en couple ? : Divorcé
Date d'inscription : 23/08/2006

MessageSujet: Re: nouvelles perspectives pour les patients vih   Mar 5 Fév - 10:17

Bonjour,

Pour revenir sur le sujet, j'ai rencontré hier ma toubib vih avec qui j'ai discuté de ce sujet, elle est bien au fait de tout cela puisqu'elle est dans l'équipe du Pr. Rozenbaum.
Pour elle, il est certain q'une personne séropositive , trés obsevante, avec un traitement qui marche bien et une indétéctabilité depuis plus de 6 mois représente beaucoup moins de risques d'etre contaminant.
Ceci dit, force et de constater aujourd'hui, les dernières études le prouvent une recrudesence alarmante des MST, notamment Syphillis et Blénorragies, favorables à une transmission "plus facile du vih".
Cele démontre que les francais sont moins vigilant, il y a de sérieux doute aujourd'hui et comme le dis ma toubib vih, mais ce n'est que son avis personnel, dans le doute abstient toi et met le préservatif.
Pour moi, la précautin est toujours de rigueur, il n'y a pas assez de recul, pas assez d'étude, on ne plaisante pas avec cela et je rejoindrais munny sur ce point, mieux vaut adopter le principe de précaution et ne pas mettre inutilement en danger la vie de sa ou de son partenaire.
La sagesse serait d'attendre encore plusieurs années d'études, c'est une maladie trop grave pour en faire courir le risque à nos partenaires.

Amicalement

Thierry
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
maya

avatar

Féminin
Nombre de messages : 1268
Age : 54
Localisation : paris
sexualité : vivante
célib. ou en couple ? : ...
Date d'inscription : 30/09/2005

MessageSujet: Re: nouvelles perspectives pour les patients vih   Mar 5 Fév - 13:51

Oui c'est absoument vrai seulement dans le cadre preconisé d'un couple stable (donc fidele)
il ne doit pas se poser la question des mst
il est imperatif de faire comprendre ca aux deux partenaires (le seropo et le seroneg)
et ca explique pourquoi il est si important de bien respecter ce fameux cadre !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: nouvelles perspectives pour les patients vih   Mer 6 Fév - 20:55

Les recommandations suisses sur le sida font polémique http://www.lemonde.fr

es couples stables où l'un des deux partenaires est séropositif, mais n'a plus de virus du sida (VIH) détectable dans le sang grâce au traitement, peuvent-ils se passer de préservatif ? Oui, ont répondu les experts suisses de la Commission fédérale pour les problèmes liés au sida (CFS), dans un document publié mercredi 30 janvier. Une prise de position jugée prématurée par l'Organisation mondiale de la santé (OMS) et l'Onusida ou, en France, par le Conseil national du sida. Les experts suisses partent d'un constat unanime : l'introduction, à partir de 1996, des combinaisons de médicaments antirétroviraux a non seulement modifié l'évolution de la maladie chez les personnes infectées, mais a aussi diminué la transmission du VIH. Le risque de transmission est d'autant plus important que le nombre d'exemplaires du virus dans le sang, ce qu'on appelle la charge virale, est élevé. Bien suivi, le traitement antirétroviral (TAR) rend la charge virale indétectable (moins de 40 copies du VIH par millilitre de sang). Dans ce cas, est-il encore nécessaire que les rapports soient protégés ? Les experts suisses s'appuient sur trois études regroupant au total 548 couples hétérosexuels sérodifférents ne montrant pas de cas de transmission avec un traitement bien suivi et une charge virale indétectable. La CFS conclut que "l'application conséquente d'un TAR permet d'exclure tout risque important de transmission". Trois conditions sont à remplir pour se passer de protection : le respect "à la lettre" du traitement avec un suivi par le médecin traitant, une charge virale indétectable depuis au moins six mois et que la personne séropositive ne soit atteinte d'aucune autre infection sexuellement transmissible. La décision de ne plus utiliser de préservatif incomberait dès lors à la personne séronégative, dit la commission. Ayant relayé en France l'avis des experts suisses, Réda Sadki, animateur du site Internet Papamamanbebe.net, se réjouit de ces recommandations pour les couples sérodifférents stables : "Ils ont accepté pendant des années toutes les contraintes des rapports protégés ou du parcours du combattant de l'assistance médicale à la procréation lorsqu'ils voulaient un enfant." Dans un communiqué commun, l'Onusida et l'OMS rappellent qu'il n'a pas été prouvé qu'une charge virale indétectable "élimine complètement le risque de transmettre le virus" et soulignent l'importance de "méthodes de prévention efficaces et éprouvées contre le VIH ". En France, évoquant des "échantillons trop faibles pour exclure un risque de manière suffisamment fiable", le Conseil national du sida estime que les données "restent trop préliminaires pour permettre des recommandations individuelles". Selon son président, le professeur Willy Rozenbaum, "l'intégration des traitements comme outil de prévention collective ne peut se faire que dans le cadre d'une stratégie globale". Le sujet sera abordé dans les recommandations actualisées du groupe d'experts français sur le sida, à paraître cet été. Le directeur de l'Agence nationale de recherches sur le sida et les hépatites, Jean-François Delfraissy, estime que "même s'il est très faible, l'on ne peut pas dire en termes individuels que le risque de transmission a totalement disparu lorsque la charge virale est devenue indétectable". M. Delfraissy s'inquiète des répercussions possibles du message de la CFS, qui pourrait "miner les efforts de prévention, en particulier dans la communauté gay où existe un taux élevé de contaminations". Un point de vue partagé par Act Up. Tout en jugeant les résultats encourageants, le président d'Aides, Bruno Spire, invite à "rester prudent" et souligne "le besoin d'études complémentaires".

http://www.lemonde.fr/sciences-et-environnement/article/2008/02/06/les-recommandations-suisses-sur-le-sida-font-polemique_1008068_3244.html
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: nouvelles perspectives pour les patients vih   

Revenir en haut Aller en bas
 
nouvelles perspectives pour les patients vih
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Exercices pour les patients atteints de BPCO
» Méthodes et débats Les dialectes arabes modernes : état et nouvelles perspectives pour la classification géo-sociologique
» Nouvelles lois suisses
» Le Vatican publie de nouvelles normes pour les délits les plus graves
» Nouvelles normes pour les animaux sauvages ds les cirques!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
sidamis :: Sida-infos-
Sauter vers: