sidamis


 
AccueilFAQS'enregistrerGaleriePortailRechercherMembresGroupesConnexionCalendrier

Partagez | 
 

 La mortalité des personnes infectées par le VIH ...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: La mortalité des personnes infectées par le VIH ...   Lun 4 Fév - 21:14

La mortalité des personnes infectées par le VIH en succès thérapeutique à long terme devient comparable à celle de la population générale. Une étude des cohortes ANRS Aquitaine et Copilote
http://www.sidanet.asso.fr
Les adultes infectés par le VIH atteignent une mortalité comparable à celle de la population générale de même âge et de même sexe s’ils ont des lymphocytes T CD4 supérieurs à 500 cellules par mm3 après six ans de traitement antirétroviral. Une publication de l’équipe de l’Unité Inserm U593 « Infections par les VIH, pathologies associées et addictions » dirigée par Geneviève Chêne à Bordeaux (Lewden et. al., Journal of AIDS 2007 (1st September);46:72-7). La restauration immunitaire induite par les combinaisons thérapeutiques antirétrovirales a permis une forte diminution de l’incidence du Sida et de la mortalité chez les personnes infectées par le VIH. La mortalité reste toutefois globalement supérieure chez les personnes infectées par le VIH que dans la population générale de même âge et de même sexe. Le marqueur le plus utilisé en pratique clinique pour mesurer l’immunité est le nombre de lymphocytes T CD4. Un nombre élevé de CD4 en début de traitement ou après 6 mois de traitement est un facteur connu de meilleur pronostic. En faisant l’hypothèse qu’une certaine durée de traitement était nécessaire pour que la mortalité baisse au niveau de celle de la population générale, les auteurs ont étudié la mortalité des personnes infectées par le VIH en fonction du nombre de lymphocytes CD4 atteint à long terme et de la durée du traitement antirétroviral. Afin de disposer d’un recul suffisant, l’étude a concerné les adultes qui avaient débuté une combinaison thérapeutique antirétrovirale incluant un inhibiteur de la protéase entre 1997 et 1999 dans deux cohortes françaises de l’Agence nationale de recherche sur le sida et les hépatites virales, la cohorte ANRS CO3 AQUITAINE et la cohorte ANRS CO8 APROCO­COPILOTE. La mortalité a ét é comparée à celle de la population générale de même âge et de même sexe par l’estimation de SMRs (Standardized Mortality Ratio) pour les durées de suivi passées dans chacune des catégories de CD4 suivantes : moins de 200, 200 à 349, 350 à 499 et plus de 500 cellules par mm3. Le SMR représente le rapport entre le nombre de décès observé dans la population d’étude et le nombre de décès attendu dans cette population si la mortalité était la même que dans la population de référence. S’il est égal à 1, la mortalité est similaire dans les deux populations. De plus, pour estimer quelle durée de traitement était nécessaire pour atteindre éventuellement la mortalité de la population générale, les SMRs ont ét é estimés successivement en tronquant les temps d’observation dans l’étude après 1, 2, ...7 ans de traitement.
http://www.sidanet.asso.fr/webapps/komplete/index.php?KTURL=mod_article.html&page=1073
Revenir en haut Aller en bas
 
La mortalité des personnes infectées par le VIH ...
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Neuvaine pour les Personnes malades
» les personnes toxiques
» Réservé aux personnes averties : diorama sur la guillotine
» Enquête sur la mortalité des hérissons
» (1886) Cas au venezuela neuf personnes irradiées

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
sidamis :: Sida-infos :: revues de presse-
Sauter vers: