sidamis


 
AccueilFAQS'enregistrerGaleriePortailRechercherMembresGroupesConnexionCalendrier

Partagez | 
 

 Actualité du 26/02/2008

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
maya

avatar

Féminin
Nombre de messages : 1268
Age : 54
Localisation : paris
sexualité : vivante
célib. ou en couple ? : ...
Date d'inscription : 30/09/2005

MessageSujet: Actualité du 26/02/2008   Mer 27 Fév - 17:33

26/02/2008 Hollywood : Elton John lève plusieurs millions de dollars
pour le sida en marge des Oscars

http://www.e-llico.com
C'est devenu une tradition hollywoodienne : lors de chaque cérémonie
des Oscars, un gala annuel de soutien à la Fondation Elton John pour
le Sida est organisé. Cette année, Mary J Blige et les Scissor
Sisters ainsi que la pop star en personne y ont pris part sur scène
et 5,1 million de dollars ont été réunis au cours d'une soirée où on
a pu voir entre autres le couple Ellen DeGegneres/Portia De Rossi.
Depuis sa création en 1992 l'Elton John AIDS Foundation a levé 125
millions de dollars pour des actions de prévention et de soutien dans
55 pays.
http://www.e-llico.com/


26/02/2008 Sidaction : PinkX prépare une programmation X spéciale safe
http://www.e-llico.com
La chaîne PinkX prépare une programmation spéciale pour le week-end
du Sidaction en avril prochain. Plusieurs studios X gay ont rejoint
la chaîne pour tourner des programmes courts de prévention afin de
sensibiliser les spectateurs au port du préservatif mais aussi à la
prévention dans les films X. Durant ce week-end du Sidaction, PinkX
diffusera également le spot tourné en janvier dernier par la
prétresse du X safe américain Chi Chi LaRue, visible sur son site
internet : www.safesexishotsex.com.
http://www.e-llico.com/


26/02/2008 Utilisation des tests rapides de dépistage du VIH : un
appel à la ministre de la Santé
http://www.sidanet.asso.fr/
Le Kiosque infos sida et toxicomanie, association membre du Groupe
SOS, travaille sur un projet d'ouverture d'un lieu alternatif
utilisant les tests sanguins de dépistage rapide du VIH (« le
Quotidien » du 19 novembre 2007). Le Dr Guy Sebbah et Pierre Tessier
s'inquiètent, dans un texte adressé au « Quotidien », que les
déclarations de la ministre sur une mise en place rapide des tests à
titre dérogatoire n'aient toujours pas été suivis d'effets. « Les
tests sanguins de dépistage rapide du VIH sont utilisés depuis plus
de cinq ans dans plusieurs pays industrialisés (Suisse, Angleterre,
Pays-Bas, Etats-Unis). Ces pays ont jugé qu'il existait un intérêt
majeur à l'utilisation de ces tests rapides (y compris par des
équipes médicales hors les centres classiques de dépistage). En
effet, ils permettent de toucher des populations qui ne se rendraient
pas dans les CDAG (centres de dépistage anonyme et gratuit) ou les
laboratoires privés. Aujourd'hui, ces tests ont la norme CE, sont
faciles d'utilisation, peu coûteux et, pour certains, peuvent être
achetés librement sur Internet. On imagine la complexité d'un
autodépistage et d'une découverte de séropositivité dans ces
conditions, seul chez soi. Par ailleurs, l'épidémie de sida en France
et en Europe continue de progresser. On sait à quel point le
dépistage est un élément important de la prise en charge précoce des
malades. Afin d'encadrer les pratiques liées à ce nouveau mode de
dépistage, le ministère de la Santé se devait de proposer au plus
vite une nouvelle politique de dépistage en France, en complément des
CDAG et des laboratoires existants. La ministre s'était engagée lors
de la journée du 1er décembre 2007 à lancer au plus vite des
expérimentations concernant ces tests. Or ces expérimentations n'ont
pas commencé et, pire, elles risquent de prendre plusieurs mois
encore de retard, car elles se feront dans le cadre réglementaire
lourd de la recherche biomédicale. Les associations, qui ont été les
premières à proposer des solutions alternatives aux structures de
dépistage actuelles, se voient aujourd'hui contraintes de regarder
certains chercheurs et la santé publique française s'interroger sur
le bien-fondé et les modalités de l'utilisation de ces tests, et
aussi à observer l'inefficacité d'un tel système et les retards
coupables qu'il entraîne. Un rapport du conseil national du sida en
date du 16 novembre 2006 a formulé des critiques et des
recommandations importantes et détaillées sur le dépistage en France.
Le ministère de la Santé a transmis ce dossier à ses instances et à
la Direction générale de la santé en particulier. Rien n'a avancé
aujourd'hui. La lenteur de notre santé publique n'a pas
d'explication. Est-ce pour protéger l'intérêt financier des
laboratoires d'analyse médicale ? Est-ce par peur de laisser à des
médecins généralistes (même formés) le dépistage réalisé de façon
coûteuse aujourd'hui dans des laboratoires privés ou publics ?
L'intérêt du « système » passe-t-il avant l'intérêt de santé
publique ? Nous ne le croyons pas. Enfin, et le pire est peut-être
là, ces tests de dépistage rapide, qui sont interdits d'utilisation
en France aujourd'hui, sont utilisés, à ma connaissance, en Afrique
par des médecins français. L'éthique qui entoure les pratiques en
Afrique n'est-elle pas la même sous nos latitudes ? Nous ne voulons
pas le croire. »
http://www.sidanet.asso.fr/webapps/komplete/index.php?
KTURL=mod_quotimed.html&page=70


25/02/2008 Chargé des financements innovants à l'ONU : Douste
dévoile ses pistes

http://www.sidanet.asso.fr/
Philippe Douste-Blazy a été nommé secrétaire général adjoint de l'ONU
et conseiller spécial chargé des financements innovants. L'ancien
ministre annonce au « Quotidien » qu'il va quitter ses fonctions de
conseiller spécial du président de la République, pour prendre son
bâton de pèlerin, rencontrer chefs d'Etat et chefs d'entreprise en
vue de réunir des financements innovants et d'atteindre les objectifs
du millénaire. Comment interprétez-vous cette nomination ? PHILIPPE
DOUSTE-BLAZY : C'est d'abord la reconnaissance, au plus haut niveau
international, du travail accompli par UNITAID. Il y a bientôt deux
ans qu'à New York, au cours de l'assemblée générale des Nations
unies, avec Kofi Annan, les présidents Lula, Chirac et Clinton, nous
avons créé la première organisation internationale qui fonctionne non
pas à partir des contributions des Etats, mais avec l'argent des
citoyens du monde. L'an dernier, 400 millions de dollars ont ainsi pu
être collectés. Une centrale d'achats de médicaments a vu le jour
qui, en raison de la pérennité du nouveau système, a pu négocier à 50
% le prix des médicaments ARV (antirétroviraux) des antipaludéens
(artémisine), ou des traitements contre la tuberculose. Pratiquement,
qu'est-ce que votre nomination va changer pour UNITAID ? Comme
secrétaire général adjoint, je vais être en mesure de nouer beaucoup
plus rapidement des contacts avec des chefs d'Etat et de gouvernement
du monde entier, mais aussi avec les dirigeants des grandes sociétés,
comme Bill Gates, avec lequel je travaille régulièrement.
http://www.sidanet.asso.fr/webapps/komplete/index.php?
KTURL=mod_quotimed.html&page=70


25/02/2008 Une croissance du thymus obtenue chez des adultes
http://www.quotimed.com
DES CHERCHEURS de l'UCSF à San Francisco suggèrent qu'il est possible
de stimuler le thymus et sa production de lymphocytes T chez des
adultes. Le thymus subit une involution au cours du développement de
l'individu et finit par devenir inactif à l'âge adulte. Il est admis
que le processus n'est pas réversible, et que le thymus ne peut être
réactivé. La publication de ces chercheurs dans le « Journal of
Clinical Investigation » (numéro de mars 2008) indique que cette
notion pourrait être revue, pour le profit des sujets immunodéprimés.
Laura Napolitano et coll. se sont appuyés sur des études chez des
souris âgées, où une relance de la fonction thymique a été obtenue en
donnant de l'hormone de croissance (GH). Ils ont réalisé une étude
prospective chez des humains, qui montre que l'usage de cette hormone
accroît la masse du thymus et le nombre des cellules T. Vingt-deux
personnes VIH+ traitées par antirétroviraux ont été étudiées pendant
deux ans. La moitié d'entre elles ont reçu de la GH pendant un an,
l'autre moitié servant de bras témoin. Au terme d'un an, on a échangé
les deux bras. Le volume du thymus a été suivi par scanner. Des
résultats encourageants sont enregistrés chez ces patients présentant
une déplétion des lymphocytes T : le volume du thymus s'est accru et
l'apparition de nouvelles cellules T a été multipliée par deux. «En
moyenne, le traitement par GH est associé à un accroissement de 30%
des CD4.» Le nombre des cellules a continué à augmenter au minimum
trois mois après l'arrêt de la GH ; l'effet était toujours présent un
an plus tard. C'est la première fois que l'on objective ce type de
reprise d'activité sous l'effet d'un traitement, soulignent les
auteurs. Qui estiment que des études plus importantes doivent être
réalisées et que la qualité des cellules ainsi obtenues doit être
évaluée. Si ces observations se confirmaient, elles seraient d'un
grand intérêt chez des adultes souffrant d'une forme
d'immunodépression (VIH+, sujets devant recevoir une greffe
médullaire…).
http://www.quotimed.com/recherche/index.cfm?
fuseaction=viewArticle&DArtIdx=406128


25/02/2008 La voie de l'inhibition du VHB
http://www.quotimed.com
POUR LUTTER contre l'infection aiguë ou chronique par le virus de
l'hépatite B (VHB), tenter de bloquer l'entrée du virus dans
l'hépatocyte représente une voie de recherche attractive, dans
laquelle l'équipe Allemande de Joerg Petersen et coll. (Hambourg)
s'est engagée. Le VHB est un prototype de petit virus à ADN entouré
d'une enveloppe, une famille virale qui infecte les mammifères et les
oiseaux. Cette enveloppe présente trois protéines de différentes
tailles, sur lesquelles les chercheurs ont travaillé pour trouver des
inhibiteurs d'entrée. Et obtenu des résultats en élaborant des
peptides acylés dérivés de la « grande protéine » d'enveloppe du VHB.
Dans un travail antérieur, ils démontraient in vitro une inhibition
d'entrée du VHB dans l'hépatocyte en présence de ces peptides acylés.
Il fallait ensuite avancer dans cette voie d'investigation en testant
le principe in vivo. Seul le chimpanzé peut être infecté par le VHB,
d'où la nécessité de créer des modèles animaux plus petits. Des
souris génétiquement programmées pour détruire leurs propres
hépatocytes et laisser libre cours à la croissance d'hépatocytes
xénotransplantés, modèle animal de mise au point récente, sont bien
utiles à cet égard. Le principe a été testé sur ce modèle nommé
souris uPA (souris immunodéficientes exprimant le transgène uPA), à
qui on a greffé des hépatocytes d'une musaraigne asiatique, Tupaia
belangeri, ou des hépatocytes humains. On a choisi ce rongeur, car il
est phylogénétiquement relié aux primates et il est susceptible aux
virus de l'hépatite B humain et simien. Le peptide dérivé de la
grande protéine d'enveloppe du VHB a été administré à 25 souris uPA.
Le test se révèle positif : on observe d'abord une accumulation très
importante et facilement obtenue du peptide dans les hépatocytes
provenant des deux origines, animale et humaine. Et, surtout, les
observateurs constatent l'inhibition de l'infectiosité du VHB (humain
comme simien) dans les cellules. L'effet est suffisamment important
pour que "seules des petites doses du peptide en sous-cutanées aient
été nécessaires". Ils évoquent un "extraordinaire pouvoir inhibiteur"
du peptide. Et concluent que cette démonstration confirme que
"l'approche consistant à inhiber l'entrée du virus dans l'hépatocyte
constitue une approche thérapeutique valide pour prévenir une
infection primaire, après une transplantation hépatique par exemple,
ou pour contenir l'expansion du virus chez des patients chroniquement
infectés".
http://www.quotimed.com/recherche/index.cfm?
fuseaction=viewArticle&DArtIdx=406130
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Actualité du 26/02/2008
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Actualité ovni Royaume Uni (3 articles du février 2008)
» (2008) Indiana Jones et le Royaume du Crâne de Cristal
» BILAN HIVER 2008/2009
» Mardi Gras 2008
» Emploi du temps 2008-2009 à P12 pour les L2.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
sidamis :: Sida-infos :: revues de presse-
Sauter vers: