sidamis


 
AccueilFAQS'enregistrerGaleriePortailRechercherMembresGroupesConnexionCalendrier

Partagez | 
 

 Sida revue de presse web semaine du 20.03.08

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
maya

avatar

Féminin
Nombre de messages : 1268
Age : 54
Localisation : paris
sexualité : vivante
célib. ou en couple ? : ...
Date d'inscription : 30/09/2005

MessageSujet: Sida revue de presse web semaine du 20.03.08   Ven 21 Mar - 22:19

20/03/2008 Californie : campagne anti-drogues à destination des gays
http://www.e-llico.com
L'Etat de Californie vient de lancer une campagne de lutte contre la consommation de drogues, d'un montant de 11 millions de dollars, en direction de la communauté homosexuelle. Une étude publiée cette semaine révèle que la communauté gay consomme en moyenne 11 fois plus de crystal que le reste de la population californienne. Il apparaît aussi que les gays adoptent d'autant plus des comportements sexuels à risque et sont multipartenaires qu'ils sont consommateurs de drogues.
http://www.e-llico.com/

19/03/2008 «Les hommes, ils cherchent tout le temps l’amour» Intimité. Des femmes maghrébines témoignent de leur sexualité.
http://www.liberation.fr/
Devant elles, des dessins de pénis en érection, d’organes génitaux féminins. Elles se passent les brochures de prévention. Un peu embarrassées. Elles sont une demi-douzaine, des femmes maghrébines, souvent installées depuis longtemps en France, à venir chaque semaine dans un centre social parisien. Elles parlent alors du corps, de sexe, de contraception. Et ont beaucoup à dire. Martine, permanente du planning familial, les encourage. Et ne perd pas une occasion de leur glisser des informations. «Qu’est ce qui protège du sida ?» «Ça» ose Hanane (1), en montrant du doigt un préservatif. «Mon mari va mettre ça ?» s’inquiète sa voisine. «Non, c’est pour tes enfants quand ils vont dehors», dit une autre. «Ou pour le mari s’il va voir ailleurs», complète Martine. Silence. Alima se lance. Elle est arrivée en France il y a quelques mois, pour rejoindre son mari. Elle a trouvé des préservatifs dans ses affaires. Ensemble, ils n’en utilisent pas. Sa voisine justifie : «Il habitait tout seul, ici» Une autre : «Il ramène ses copines, c’est normal.» Alima dit que cela ne la dérange pas : «Comme ça, je suis protégée.» Martine enchaîne. «Si le monsieur ne veut pas en mettre, il y a cette solution» Elle déplie un préservatif féminin, laissant l’assemblée interloquée. «Tu mets la main dedans et tu le rentres ?» s’enquiert une femme. Bahija s’inquiète : «ça fait mal, non ?» Alima s’écrie : «Ça va remonter dans le ventre !» Martine les rassure : «C’est impossible. Mais il faut le tenir quand il y a pénétration.» Bahija tranche : «Pour nous, c’est pas la peine, on ne le fera pas.»
http://www.liberation.fr/vous/316423.FR.php

18/03/2008 VIH et paludisme chez la femme : comment le parasite favorise la transmission materno-foetale
http://www.quotimed.com
C'est l'explication physiopathologique d'un phénomène largement constaté, à la fois sur le terrain et en clinique, que propose une équipe de l'Institut Pasteur (Ahidjo Ayouba et coll.). Il s'agit de l'augmentation de transmission materno-foetale du VIH, lorsque coexiste un paludisme. LA DÉMONSTRATION a été réalisée in vitro. Les chercheurs sont partis d'une hypothèse : la liaison de P.falciparum au placenta doit stimuler la réplication locale du VIH, favorisant ainsi la transmission de la mère à son enfant. La base de travail était un constat : l'accumulation placentaire du parasite résulte de la cytoadhérence d'hématies infectées sur la chondroïtine sulfate A existant à la surface du placenta. Cette adhérence se fait par le biais d'adhésines du parasite. Pour confirmer leur hypothèse les chercheurs ont analysé les conséquences, sur la réplication virale, de l'adhésion de P.falciparum à une lignée cellulaire dérivée du placenta, BeWo. Ces cellules ont été infectées par un VIH et mises en présence d'une adhésine parasitaire recombinante. Une réplication virale a été observée dans les cellules placentaires. Son intensité était directement liée à la dose d'adhésine recombinante du milieu (deux dosages ont été utilisés). Alors que la réplication virale était modérément inhibée pour une faible dose d'adhésine, elle augmentait significativement pour la quantité élevée. L'adjonction au milieu de culture de molécules neutralisant cette adhésine empêchait la réplication virale.
http://www.quotimed.com/journal/index.cfm?fuseaction=viewarticle&DartIdx=407436

18/03/2008 Le pacte foetal des fléaux : iIn utero, le paludisme dope le Sida.
http://www.liberation.fr/transversales/futur/actu/316168.FR.php
Des chercheurs de l’Institut Pasteur publient, dans la revue AIDS de ce mois, un résultat qui relève plutôt de la mauvaise nouvelle : l’association du paludisme et du VIH chez les femmes enceintes augmenterait significativement le risque de transmission du VIH au foetus. «Nous avions observé avec nos collègues camerounais que des pics de transmission du VIH de la mère à l’enfant suivaient toujours les épisodes de pluie, explique Elisabeth Menu, chargée de recherche à l’Inserm, membre de l’Unité de régulation des infections rétrovirales de l’Institut Pasteur, et coauteur de ces travaux. Par ailleurs, de nombreuses publications évoquaient déjà une possible corrélation entre VIH et paludisme.» Cette fois, la suspicion est devenue une certitude. Des chercheurs de l’Institut Pasteur publient, dans la revue AIDS de ce mois, un résultat qui relève plutôt de la mauvaise nouvelle : l’association du paludisme et du VIH chez les femmes enceintes augmenterait significativement le risque de transmission du VIH au foetus. «Nous avions observé avec nos collègues camerounais que des pics de transmission du VIH de la mère à l’enfant suivaient toujours les épisodes de pluie, explique Elisabeth Menu, chargée de recherche à l’Inserm, membre de l’Unité de régulation des infections rétrovirales de l’Institut Pasteur, et coauteur de ces travaux. Par ailleurs, de nombreuses publications évoquaient déjà une possible corrélation entre VIH et paludisme.» Cette fois, la suspicion est devenue une certitude. En effet, les chercheurs ont reproduit in vitro le mécanisme de liaison entre des globules rouges infectés par l’agent du paludisme et des cellules placentaires infectées par le VIH. Résultat : dans les 72 heures, ils ont observé dans le placenta une augmentation significative de la charge virale ainsi que la sécrétion d’une protéine appelée TNF, bien connue pour son rôle d’activateur de la réplication du virus. «L’augmentation des risques de transmission mère-enfant serait d’autant plus forte que les particules virales sont plus nombreuses et que la TNF possède des propriétés inflammatoires qui provoquent des lésions du placenta», relève Elisabeth Menu. La double infection par le paludisme et le VIH est loin d’être rare dans certaines régions du monde, particulièrement en Afrique subsaharienne. Le paludisme y est souvent endémique et reste la première cause de mortalité des personnes infectées par le VIH. La synergie morbide entre ces deux fléaux souligne un peu plus l’urgence sanitaire dans ces pays où l’accès aux soins est largement déficient. Selon, l’Onusida, chaque jour dans le monde, 1 800 enfants, dont l’immense majorité sont des nouveaux-nés, sont infectés par le VIH. 90 % d’entre eux vivent en Afrique subsaharienne.
http://www.liberation.fr/

18/03/2008 41% de gays de 40 ans contaminés dans les décennies à venir
http://www.tetu.com
La récente conférence internationale de Chicago a présenté d'inquiétantes projections sur les taux de contamination par le VIH chez les gays dans les décennies à venir. Ronald Stall, un chercheur de l'université de Pittsburg, annonce un taux de contamination de 40% à l'âge de 40 ans pour les hommes qui ont des relations avec des hommes. En analysant vingt études menées entre 1995 et 2005, il a développé un modèle de calcul qui permet de visualiser la dynamique de l'épidémie. Ainsi, parmi un groupe de jeunes séronégatifs de 18 ans aujourd'hui, 15% d'entre eux seront infectés à l'âge de 25 ans, 33% le seront à 35 ans et 41% à 40 ans. «Ce modèle qui aboutit à une prévalence de 41% au début de la quarantaine n'est pas une prédiction de ce qui pourrait arriver: nous sommes en train de décrire un phénomène épidémiologique qui est déjà celui qui nous entoure. Il se poursuivra chez les jeunes hommes américains si nous ne trouvons pas de moyen de réduire les taux d'incidence actuels», a-t-il déclaré.
http://www.tetu.com/rubrique/sante/sante_breve.php?id_sante=572

18/03/2008 En direct de la CROI
http://www.tetu.com
La quinzième Conférence sur les rétrovirus et les infections opportunistes de Chicago vient d'apporter plusieurs informations sur les nouveaux antirétroviraux. L'antiprotéase Prezista, prise une fois par jour, s'avère assez puissante pour envisager son utilisation en première ligne de traitement. Dans l'étude Artemis, 84% des patients traités par Prezista associé à Norvir ont obtenu une charge virale indétectable, contre 78% qui étaient traités par Kaletra et Norvir. Pour l'instant, Prezista est conseillé pour les séropositifs ayant déjà pris un traitement antirétroviral. Dans une autre étude, c'est l'antiprotéase Reyataz qui se montre aussi efficace que le Kaletra chez les patients naïfs de traitement. L'essai Castle, mené chez 883 personnes pendant 96 semaines, est «la première étude à grande échelle qui compare de manière directe les deux antiprotéases chez les patients naïfs», a déclaré le Pr Jean-Michel Molina, de l'hôpital Saint-Louis, à Paris. Le taux d'effets secondaires sévères menant à un abandon est équivalent, mais Reyataz est administré en une prise par jour (deux pour Kaletra), et son profil de tolérance induit moins d'effets gastro-instestinaux et lipidiques.
http://www.tetu.com/rubrique/sante/sante_breve.php?id_sante=576

18/03/2008 Prévention par SMS en Ouganda
http://www.tetu.com
Une campagne novatrice a été lancée en Ouganda au moment de la Saint-Valentin visant à toucher les nombreuses personnes qui possèdent un téléphone portable dans cette région de l'Afrique sub-saharienne particulièrement touchée par le sida. Les programmateurs hollandais et l'association de prévention Text To Change tentent d'apporter une information via SMS. «Nous croyons que le téléphone portable peut fortement contribuer au combat contre le sida», a déclaré le chef de marketing de l'association, Bas Hoefman. Des messages de prévention sur le VIH et sur le dépistage apparaissent ainsi sur les portables. Le principal enjeu est de faire en sorte que ce type de campagne puisse atteindre ceux qui prennent le plus de risques. En Ouganda, plus d'un million de personnes vit avec le VIH, mais le pays a surpris la communauté internationale en réduisant le nombre des nouvelles contaminations grâce à des campagnes efficaces. Si l'Ouganda utilise le SMS pour diversifier ses campagnes de prévention, pourquoi pas la France?
http://www.tetu.com/rubrique/sante/sante_breve.php?id_sante=575

18/03/2008 SNEG et CRIPS: des initiatives
http://www.tetu.com
Le Syndicat national des entreprises gaies publie un nouveau guide sur la sexualité, financé par les établissements. Diffusé à 60 000 exemplaires et distribué dans 400 lieux en France suivis par l'équipe de prévention du Sneg, ce guide cherche à aider les lecteurs dans l'évaluation des risques sexuels. «Il ne s'agit pas de dire si une pratique ou un comportement est bon ou mauvais, explique le Sneg, mais de décrire les faits et les réalités scientifiques établis pour que chacun se détermine en pleine connaissance de cause.» Il y a un an, un guide équivalent, tiré à 25 000 exemplaires, abordait les pratiques hard. Les deux sont téléchargeables sur le site du Sneg. De son côté, le Crips Île-de-France lance un site internet en direction des homosexuels. Be-gay.fr est un espace interactif qui permet aux internautes de réagir aux thèmes développés tout au long de l'année. Des dépliants seront aussi diffusés à 5 000 exemplaires. Le style des infos, de la revue de presse et des liens semblent très axés sur les attentes des jeunes gays. www.sneg.org www.be-gay.fr
http://www.tetu.com/rubrique/sante/sante_breve.php?id_sante=574

18/03/2008 Sidaction 2008: chaînes de solidarité
http://www.tetu.com
Les 28, 29 et 30 mars, onze chaînes de télévision (TF1, le groupe France télévisions, C+, Arte, M6, LCI et pour la première fois W9) et cinq radios (Europe1, le groupe Radio France et RTL) se mobilisent et forment une chaîne de solidarité audiovisuelle en faveur du Sidaction 2008, présidé par Pierre Bergé. Outre les très nombreux reportages prévus dans les journaux et magazines d'information des médias participant à l'opération, on notera cette année quelques événements ou programmes originaux. Au rayon divertissements, TF1 prépare une spéciale de Qui veut gagner des millions? et France 2, un N'oubliez pas les paroles de circonstance, sans oublier un prime-time, le 29 mars, sur France 2, avec Line Renaud. À voir aussi, le 27 mars, toujours sur France 2, un Envoyé spécial sur le Swaziland, le pays d'Afrique le plus touché par le sida. Sur Arte, Tracks proposera le court-métrage Absolutely positive (28 mars, à 0h55) et l'émission Toutaz (29 mars à 13h30), où Zazon et Dita von Teese visitent l'association Dessine-moi un mouton qui vient en aide aux familles vivant avec le sida. Enfin, l'un des principaux événements de ce cru 2008 sera une excellente fiction inédite en deux épisodes, Sa raison d'être. Et n'oublions pas que la collecte de fonds aura commencé dès le 17 mars via le 110 par téléphone ou par internet sur le www.sidaction.org.
http://www.tetu.com/rubrique/sante/sante_breve.php?id_sante=579
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
maya

avatar

Féminin
Nombre de messages : 1268
Age : 54
Localisation : paris
sexualité : vivante
célib. ou en couple ? : ...
Date d'inscription : 30/09/2005

MessageSujet: Re: Sida revue de presse web semaine du 20.03.08   Ven 21 Mar - 22:20

18/03/2008 Des atteintes cardiaques «silencieuses»
http://www.tetu.com
Les séropositifs ont plus de risques que le reste de la population de développer des problèmes cardiaques. Les antirétroviraux (ARV) ont un effet sur le métabolisme des graisses, les taux de cholestérol et de triglycérides sont surveillés, et l'usage du tabac est un facteur de risque majeur. Mais des chercheurs insistent sur le fait que les complications cardiaques chez les séropositifs peuvent être «silencieuses» quand les artères qui alimentent le coeur en oxygène se bouchent, même si les niveaux de cholestérol sont normaux, ainsi que la pression artérielle. Dans une étude récemment publiée dans Clinical Infectious Diseases, une équipe de chercheurs américains s'est penchée sur la prévalence de ces sténoses coronariennes chez 165 personnes séropositives de race noire, avec un antécédent de cocaïne et de tabac. Si ces complications artérielles étaient trois fois plus importantes chez ceux qui avaient pris de la cocaïne, les chercheurs ont aussi découvert que le traitement antirétroviral était lui aussi une cause non négligeable. Ils ont aussi souligné que certains ARV, comme le Combivir ou le Zérit, étaient plus associés à ces sténoses, mais peut-être est-ce dû au fait que ces antirétroviraux sont parmi les plus anciens? Une autre étude, présentée lors de la CROI de Chicago, montre que d'autres nucléosides influencent la survenue des crises cardiaques. Par exemple, le Videx augmente le risque de 49% et le Ziagen de 90%, surtout chez les personnes qui présentent un terrain favorable au développement de ce type de complications. Bien sûr, les chercheurs insistent sur le fait que tout changement thérapeutique doit être discuté avec le médecin.
http://www.tetu.com/rubrique/sante/sante_breve.php?id_sante=571

18/03/2008 Sida en Finlande, en Suède et au Japon
http://www.tetu.com
Même si le nombre des nouvelles contaminations n'atteint pas les chiffres français ou anglais, d'autres pays enregistrent une importante hausse des contaminations chez les homosexuels. En 2006 et 2007, la Finlande a subi un chiffre record de 170 nouvelles infections par an, c'est à dire une progression de 30%. En Suède, cette augmentation a été de 20% pour la seule année 2007; 80 homosexuels ont été contaminés cette année, contre 50 l'année précédente. Dans l'ensemble du pays, 500 nouveaux cas ont été répertoriés en 2007, contre 390 en 2006 selon l'Institut suédois de contrôle des maladies infectieuses, qui note un retour généralisé de toutes les infections sexuellement transmissibles (IST). Enfin, le Japon a dépassé la barre symbolique des 1 000 nouvelles contaminations en un an :1 048, plus exactement. C'est la cinquième augmentation consécutive depuis 2002. Dans l'archipel, l'épidémie du sida est extrêmement masculine.
http://www.tetu.com/rubrique/sante/sante_breve.php?id_sante=570

18/03/2008 Problèmes osseux
http://www.tetu.com
Des chercheurs français confirment que la fragilité osseuse est beaucoup plus importante chez les séropositifs que chez les personnes qui ne portent pas le VIH. Une équipe de Bordeaux a analysé les données provenant d'un sous-groupe de 492 séropositifs issus de la cohorte Aquitaine: 73% des participants étaient des hommes; 70% étaient des fumeurs (un facteur de risque pour les problèmes osseux); 93% de l'ensemble des patients suivaient une multithérapie. Chez 55% des hommes de l'étude une ostéopénie, c'est-à-dire une réduction de la densité osseuse, a été diagnostiquée. Chez 34% des hommes une ostéoporose a aussi été décelée. D'autres études ont montré que les ostéoporoses pouvaient concerner 15% des séropositifs, un niveau quatre fois plus élevé que dans la population générale. Les chercheurs semblent trouver davantage de complications osseuses chez les homosexuels, peut-être corrélées à une consommation de drogues récréatives et une prévalence élevée d'herpès et de maladie de Kaposi, qui peuvent altérer la qualité de l'os. Pour réduire ces risques, il est souvent conseillé de discuter avec son médecin d'une prise de calcium. Enfin, deux études récentes ont confirmé que le traitement prolongé par Viread, un ARV couramment utilisé dans les multithérapies, favorise le développement des ostéoporoses. Il est donc préconisé de faire une ostéodensitométrie évaluant ce risque.
http://www.tetu.com/rubrique/sante/sante_breve.php?id_sante=569

18/03/2008 Des tests rapides au déjeuner
http://www.tetu.com
À Manchester, les jeunes de moins de 19 ans ont accès à un dépistage en trente minutes, pendant la pause du déjeuner. Dans le cadre d'un essai de faisabilité, ces tests sont offerts tous les jeudis, de midi à 18 heures, dans une clinique située dans le centre-ville. Ces tests rapides seront un bon moyen de toucher une population jeune qui est parfois intimidée par les prises de sang et le délai de rendu des résulats. Ici, une piqûre sur le doigt suffit et le résultat est offert une demi-heure après. Chez les jeunes anglais 745 nouvelles contaminations ont été recensées en 2006, représentant 10% du total de l'année. Après Londres, Manchester est la ville britannique la plus touchée par le VIH. Les autorités estiment à vingt mille, en Angleterre, le nombre de personnes qui ne savent pas qu'elles sont séropositives.
http://www.tetu.com/rubrique/sante/sante_breve.php?id_sante=568

18/03/2008 Sexualité des séropositifs: la fin du 100% capote?
http://www.tetu.com
S'appuyant sur les travaux du Pr Bernard Hirschel, la commission suisse pour les problèmes liés au sida affirme qu'une charge virale indétectable permet d'envisager l'abandon du préservatif dans un couple sérodiscorant hétérosexuel. un point de vue décrié par le reste du monde scientifique et associatif.
http://www.tetu.com/rubrique/sante/sante_breve.php?id_sante=573

17/03/2008 Le VIH en Guyane : "un problème politique" pour le CNS
http://www.ash.tm.fr
Malgré une situation d'épidémie généralisée en Guyane, avec en particulier plus de 1 % des femmes enceintes infectées par le VIH, "des obstacles limitent toujours les efforts des acteurs de la santé publique" pour lutter contre la pandémie, constate le Conseil national du sida (CNS) dans un rapport où il évoque "la stigmatisation et la discrimination" dont sont victimes les personnes atteintes. Assorti d'un avis et d'une série de recommandations de l'instance, qui plaide pour "une action politique résolue à la hauteur des enjeux", ce troisième dossier sur le problème, rendu public le lundi 17 mars, déplore "la persistance d'une situation inacceptable du point de vue des objectifs de santé tant nationaux qu'internationaux de la France". Il survient en effet après deux précédents rapports du CNS dont l'un pointait, en 1996, "le sous-équipement médical du département" et l'autre s'alarmait, en 2003, "d'une épidémie active et incontrôlée face à laquelle aucune réponse structurée et adaptée n'était apportée". "Particulièrement grave par rapport aux autres régions françaises les plus touchées, l'épidémie en Guyane est cohérente avec le contexte épidémiologique de la région", les Caraïbes étant la partie du monde la plus touchée par le VIH après l'Afrique, selon le Conseil national du sida, qui appelle l'ensemble des "élites guyanaises" et des acteurs de la vie culturelle, sociale et économique à "s'engager dans ce combat contre le déni de l'épidémie".
http://www.ash.tm.fr/front/infos.php?id=16418

17/03/2008 Lutte contre la tuberculose: des progrès trop lents, selon l'OMS
http://clubobs.nouvelobs.com
Si des progrès continuent d'être réalisés dans la lutte contre l'épidémie de tuberculose dans le monde, un ralentissement a cependant été constaté dans le domaine du diagnostic en 2006, année la plus récente pour laquelle des données sont disponibles, selon un rapport de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) rendu public lundi. De 2001 à 2005, le nombre des nouveaux cas détectés a augmenté à un rythme annuel moyen de 6%, mais de seulement la moitié, 3%, de 2005 à 2006. La raison de ce ralentissement se trouve dans certains programmes nationaux qui progressaient à grand pas au cours des cinq années précédentes et qui n'ont pu maintenir le rythme en 2006, selon le rapport Global Tuberculosis Control 2008...Au total, 9,2 millions de nouveaux cas de tuberculose ont été dénombrés en 2006, dont 700.000 chez des personnes vivant avec le VIH et 500.000 cas de tuberculose à bacilles multirésistants (tuberculose-MR). On estime que la tuberculose a tué 1,5 million de personnes en 2006, auxquelles s'ajoutent 200.000 séropositifs pour le VIH, morts de la co-infection.
http://clubobs.nouvelobs.com/article/2008/03/17/20080317.FAP7006.xml

17/03/2008 Angelin Preljocaj pour AIDES : danse en apesanteur
http://www.quotimed.com
Le jardin féerique des « Quatre Saisons »(DR)ANGELIN PRELJOCAJ donnera le 27 mars au Châtelet une soirée de soutien au bénéfice d'AIDES. Au programme, « les Quatre saisons » sur la musique d'Antonio Vivaldi, chorégraphie pour douze danseurs dans un décor du plasticien Fabrice Hyber. Angelin Preljocaj, qui a à son actif quelque trente-cinq chorégraphies (trois sont au répertoire du Ballet de l'Opéra de Paris) – dont « Roméo et Juliette » (Lyon 1996), « le Parc » (Paris 1994), « le Sacre du printemps » (Berlin 2001), « Noces » (Créteil 1989), « La Stravaganza » (New York 1997) sont les oeuvres phares –, a choisi pour la soirée qu'il consacre cette année encore au bénéfice de l'association d'aide aux malades du sida une de ses récentes créations du festival Montpellier Danse en 2005 : « les Quatre Saisons », sur les célébrissimes concertos pour violon d'Antonio Vivaldi. Véritable spectacle en apesanteur, dans un décor très original du plasticien Fabrice Hyber, il donne l'impression d'être dans un jardin féerique peuplé d'ours en strings et en combinaison de plastique transparent, de grenouilles fluo très impressionnantes dans leur échelle humaine, d'un homme-éponge et, clou de la soirée, deux porcs-épics surdimensionnés déployant leurs dos et leurs aiguilles avec une grâce immense. Ne pas manquer ce ravissant spectacle au bénéfice d'une bonne cause.
http://www.quotimed.com/recherche/index.cfm?fuseaction=viewArticle&DArtIdx=407406
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
maya

avatar

Féminin
Nombre de messages : 1268
Age : 54
Localisation : paris
sexualité : vivante
célib. ou en couple ? : ...
Date d'inscription : 30/09/2005

MessageSujet: Re: Sida revue de presse web semaine du 20.03.08   Ven 21 Mar - 22:21

14/03/2008 Le lopinavir en prise unique
http://www.quotimed.com
Kaletra (lopinavir boosté par le ritonavir) est l’une des antiprotéases de référence, du fait de son efficacité. Jusqu’à présent le produit devait être administré en deux prises quotidiennes (400/100 ritonavir x 2). L’étude MO5-730, dont les résultats ont été présentés à Boston, montre que la prise unique (800/200 mg) fait aussi bien chez 664 patients naïfs, présentant au moins 1 000 copies/ml. A 48 semaines, 77 % des patients ont atteint une charge virale indétectable (< 50 copies/ml) sous monoprise, contre 76 % de ceux recevant deux prises quotidiennes. Les réponses sont similaires quelles que soient les charges virales et les taux de CD4 initiaux. De même, la monoprise ne modifie pas le profil de résistance et la tolérance (globalement, on enregistre moins de 5 % de sorties d’essai pour effets indésirables).
http://www.quotimed.com/recherche/index.cfm?fuseaction=viewArticle&DArtIdx=407346

14/03/2008 Second échec virologique : beaucoup plus rare mais toujours péjoratif
http://www.quotimed.com
15th Conference on retroviruses and opportunistic infections(CROI) 3-6 février 2008 - Boston Depuis la diversification et la sophistication des stratégies antirétrovirales, le pronostic de l’infection par le VIH a été, on le sait, transformé. En particulier, le risque de second choc virologique a considérablement diminué, comme le confirme une étude américaine, présentée par Steven Deeks (San Francisco). En revanche, quand cet échec survient, le pronostic reste sombre, la médiane de survie restant aux alentours de sept ans, depuis plusieurs années. L’étude NA-ACCORD a permis à 60 sites nord-américains de suivre près de 31 000 patients regroupés au sein de 16 cohortes, tous ces patients recevant un traitement antirétroviral optimal, 7 552 ont présenté un premier échec virologique (HIV-1 RNA > 1 000) et 3 162 un second. Ces chiffres confirment la diminution brutale du risque de second échec virologique : on est passé de 95/100 patients-année en 1995-1996 à 13/100 patients-années) en 2004-2005 (p < 0,001). En revanche, l’étude montre que la survenue de ce second échappement thérapeutique est toujours de très mauvais pronostic : sur un total de 10 885 patients-années de suivi, on compte 865 décès (27 %), ce qui correspond à une médiane de survie de 6,5 ans. Un chiffre qui reste désespérément stable au fil des ans. Steven Deeks analyse enfin les facteurs de mauvais pronostic après un second échappement : sans surprise, une charge virale > 4 ou 5 log 10, de même que des CD4 < 200 sont associés à une évolution sévère, ainsi que la présence de manifestations cliniques de sida et l’âge du patient (RR = 1,41 [1,29-1,53], par tranche de dix ans).
http://www.quotimed.com/recherche/index.cfm?fuseaction=viewArticle&DArtIdx=407340

14/03/2008 Allaitement maternel : les antirétroviraux réduisent la transmission mère-enfant
http://www.quotimed.com
Si, dans les pays développés, les mères infectées par le VIH n’allaitent généralement pas, dans les pays pauvres, il n’existe souvent pas d’alternative à l’allaitement, celui-ci jouant un rôle important dans la fréquente transmission mère-enfant (de 25 à 48 %). Plusieurs essais présentés à Boston montrent l’efficacité des antirétroviraux, que ceux-ci soient administrés à la mère ou à l’enfant. La première approche suivie à Kisumu (Kenya) est de traiter la mère de la 34e semaine de grossesse à la fin du sixième mois après l’accouchement (ou plus si l’allaitement est poursuivi). Ces femmes recevaient l’association 3TC-AZT plus de la névirapine ou du nelfinavir ; de plus, les nouveau-nés recevaient une dose unique de névirapine pour prévenir les transmissions du virus au cours de la délivrance. Les résultats, sur 497 naissances, sont probants : 2,4 % (12 cas) d’infections à la fin de la première semaine (vraisemblablement des contaminations inutero ou lors de l’accouchement) et seulement 3 % (15 cas) entre le 8e jour et la fin du 12e mois. Des résultats comparables à ceux notés dans les pays industrialisés où l’allaitement est déconseillé et qui ne semblent pas influencés par les taux initiaux de CD4 ou par le type de traitement antirétroviral utilisé. Ainsi, conclut le Dr T. Thomas (CDC), le traitement antirétroviral limite considérablement les risques de transmission de l’infection par l’allaitement, quand ce dernier ne connaît pas d’alternative, du fait de l’environnement socio-économique.
http://www.quotimed.com/recherche/index.cfm?fuseaction=viewArticle&DArtIdx=407342

14/03/2008 Une nouvelle étude en faveur de la circoncision
http://www.quotimed.com
Une étude réalisée en Ouganda, avec l’aide de chercheurs de Baltimore (Etats-Unis), a permis de comparer le taux d’infection HSV2 chez des hommes avec le taux d’infection vaginale de leur femme ; 1 400 de ces hommes avaient subi une circoncision différée (deux ans) et 1 387 hommes avaient subi une circoncison immédiate. On constate que la circoncision précoce réduit significativement la transmission du HSV2 (7,6 % versus 10,1 %, p = 0,02). Chez les partenaires féminines de ces sujets, la circoncision précoce réduit significativement l’incidence des affections génito-urinaires symptomatiques (RR = 0,78 ; 0,63-0,97), des infections à Trichomonas (RR : 0,52 ; 0,05-0,98) et des infections vaginales bactériennes (RR = 0,60 ; 0,38-0,94).
http://www.quotimed.com/recherche/index.cfm?fuseaction=viewArticle&DArtIdx=407343

14/03/2008 Inhibiteur de CCR en microbicide ?
http://www.quotimed.com
ALORS QUE le développement a connu des hauts et des bas dans le passé, IPM (International Partnership for Microbicides) a annoncé un partenariat remarqué avec Pfizer pour le développement du maraviroc sous forme de microbicides. En effet, le maraviroc est l’une des nouvelles molécules qui ont fait l’actualité lors de la CROI et, par ailleurs, Pfizer a annoncé qu’il renonçait à ses droits sur la forme microbicide, surtout destinée aux pays pauvres. Un nouveau succès pour IPM, dans sa quête de molécules très actives pour obtenir des microbicides plus efficaces : le maraviroc en bloquant l’entrée du HIV répond bien sûr à cette définition. Mais IPM a déjà passé d’autres partenariats avec Tibotec (dapivirine), Gilead (tenofovir), MSD et BMS (bloqueur de CCR5, inhibiteur d’entrée…).
http://www.quotimed.com/recherche/index.cfm?fuseaction=viewArticle&DArtIdx=407345

14/03/2008 Arrêts thérapeutiques : suite et peut-être fin
http://www.quotimed.com
15th Conference on retroviruses and opportunistic infections(CROI) 3-6 février 2008 - Boston La poursuite du suivi de l’étude SMART a montré que la différence de morbi-mortalité associée aux traitements discontinus régresse mais ne disparaît pas complètement après réintroduction du traitement continu. Des résultats qui condamnent les arrêts thérapeutiques, pour certains mais pas pour tous. L’étude SMART (Strategic Management of Antiviral Therapy), réalisée de janvier 2002 à janvier 2006, auprès de 5 000 patients dont les CD4 étaient supérieurs à 350 cellules/mm3, avait montré que les traitements discontinus (TD), guidés par les taux de CD4 (arrêtés quand le taux était supérieur à 350 cellules/mm3 et réinstaurés au-dessous de 250 cellules/mm3), donnaient des résultats significativement inférieurs aux traitements continus (TC) qu’il s’agisse de mortalité ou de risque d’infections opportunistes. Partant de là, il a bien sûr été recommandé de remettre tous les patients sous traitement continu, en espérant ainsi redonner à tous les patients les mêmes protections. Le suivi effectué jusqu’en juillet 2007 montre qu’il n’en est malheureusement pas totalement ainsi, a montré le Pr Wafaa El-Sadr (Columbia University, New York).
http://www.quotimed.com/recherche/index.cfm?fuseaction=viewArticle&DArtIdx=407339

14/03/2008 L’atazanavir aussi efficace que le lopinovir
http://www.quotimed.com
L’étude Castle était l’une de celles dont le résultat était attendu lors de la 15e édition de la CROI : comme l’a montré le Pr Jean-Michel Molina (hôpital Saint-Louis, Paris), l’atazanavir (Reyataz) boosté, en monoprise quotidienne, chez des patients naïfs, a une efficacité équivalente à celle du lopinavir boosté, en deux prises quotidiennes. Par ailleurs, les résultats à 48 semaines confirment la meilleure tolérance gastro-intestinale et lipidique de l’atazanavir (le seul effet indésirable notable, avec cette molécule, étant une hyperbilirubinémie). CASTLE est une étude internationale, randomisée, en ouvert, d’une durée de 96 semaines et qui a permis d’inclure 883 patients infectés par le VIH1 et naïfs de tout traitement antirétroviral. Tous ces patients présentaient une charge virale > 5 000 copies/ml (en séparant ceux qui présentaient plus de 100 000 copies/ml). Il n’y avait pas de seuil imposé de CD4. Ces patients recevaient soit de l’atazanavir boosté par le rétonavir (300/100 mg une fois par jour), soit du lopinavir boosté (400/100 mg x 2 fois/j), en association avec une dose fixe de tenofovir (300 mg) et d’emtricitabine (200 mg). A 48 semaines, on constate que, respectivement, 78 % et 76 % des patients obtiennent une charge virale indétectable (< 50 copies/ml). Des pourcentages qui sont de 74 % et 72 % pour ceux des patients dont la charge virale initiale était égale ou supérieure à 100 000 copies/l. On retiendra donc que l’atazanavir a démontré son équivalence avec le lopinavir, dans le cadre de cette étude de non-infériorité.
http://www.quotimed.com/recherche/index.cfm?fuseaction=viewArticle&DArtIdx=407347

10/03/2008 Suisse : ONUSIDA fait du problème des restrictions de voyage imposées aux séropositifs une priorité...
http://citegay.fr
Vendredi 7 Mars, ONUSIDA, le programme de l'ONU destiné à coordonner l'action des différentes agences spécialisées de l'ONU pour lutter contre la pandémie de VIH/SIDA, a dénoncé le fait que 74 pays restreignaient leur accès envers les personnes porteuses du VIH, et que 13 d'entre eux, dont les Etats-Unis, siège de l'ONU, et la Chine, leur interdisaient même catégoriquement l'entrée. Le programme avait tenu une première réunion consacrée à ce thème les 25 et 26 Février dernier à Genève, et avait permis de mettre en évidence les réelles situations discriminatoires auxquelles sont confrontés chaque jour les quelque 33 millions de séropositifs à travers le monde, dont par exemple des travailleurs, qui se retrouvent exclus de leur pays de destination après une séropositivité découverte sur le tard. Peter Piot, directeur exécutif du programme, a souligné le caractère unique de ces restrictions, ce qui démontre qu'il existe «un caractère exceptionnel du Sida», sachant qu'aucune autre condition n'«empêche les gens d'entrer dans des pays pour y faire des affaires, du tourisme ou pour participer à des réunions». Jean-Luc Romero, président d'ELCS (Elus Locaux Contre Le Sida) s'est quant à lui félicité qu' «après plus de deux ans de lobbying acharné auprès des institutions nationales et internationales, le problème de la libre circulation des séropositifs dans le monde soit enfin pris en compte comme priorité par l'ONUSIDA». Dans un communiqué du 10 mars, il rappelle que «refusant cette logique dramatique qui voit dans une personne séropositive une menace à l'ordre public ou pire un criminel, ELCS a interpellé, pendant plus d'un an, les autorités nationales et internationales en multipliant les rendez-vous ministériels et internationaux, en lançant des pétitions, en sensibilisant les médias et en informant la population sur la réalité des législations via la publication d'un guide en français et en anglais». Jean-Luc Romero se réjouit que ce «très grave problème soit enfin mis sur le devant de la scène internationale». Le président d'ELCS entend bien parler au et fort de ce combat, lors de la prochaine conférence internationale sur le SIDA, prévue du 3 au 8 Août prochain à Mexico. Quant à la prochaine réunion internationale ONUSIDA sur les restrictions de voyage envers les séropositifs, elle aura lieu du 31 Mars au 2 Avril prochain à Genève. Pour plus d'infos, visitez le site d' ELCS
http://citegay.fr/actualites.htm
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Sida revue de presse web semaine du 20.03.08   

Revenir en haut Aller en bas
 
Sida revue de presse web semaine du 20.03.08
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Revue de Presse Royale 1
» Revue De Presse Invité : Pierre Jovanovic 5 mai 2010
» Conseils pour l'exercice de revue de presse en 3e ?
» Revue de presse de Pierre Jovanovic sur RIM
» 4e : faire faire une revue de presse

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
sidamis :: Sida-infos :: revues de presse-
Sauter vers: