sidamis


 
AccueilFAQS'enregistrerGaleriePortailRechercherMembresGroupesConnexionCalendrier

Partagez | 
 

 sidanews du crips semaine du 19 au 25 avrile 2008

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
maya

avatar

Féminin
Nombre de messages : 1268
Age : 54
Localisation : paris
sexualité : vivante
célib. ou en couple ? : ...
Date d'inscription : 30/09/2005

MessageSujet: sidanews du crips semaine du 19 au 25 avrile 2008   Ven 25 Avr - 19:55

25/04/2008 Sida : l'examen clinique aussi efficace que les analyses pour suivre les traitements
http://www.who.int
Lorsque des millions de sujets infectés par le VIH dans des pays pauvres ont commencé à bénéficier de thérapies médicamenteuses avancées, certains craignaient que les soins aux malades en pâtiraient, les laboratoires de pointe susceptibles d'orienter les traitements étant trop peu nombreux. Or, selon une étude publiée 25 avril, par la revue britannique The Lancet, ces préoccupations se révèlent sans fondement. En fait, l’étude indique qu'en utilisant des signes simples de dégradation de la santé - perte de poids ou fièvre par exemple - les médecins peuvent prescrire des thérapies presque aussi efficaces qu'en se fondant sur l’analyse de laboratoire la plus avancée. Comme l’a souligné le coordonnateur du traitement antirétroviral (ART) et des soins concernant le VIH de l’Organisation mondiale de la Santé, le Dr Charles Gilks, « les résultats de cette étude devraient rassurer les cliniciens africains et asiatiques qui traitent des millions de personnes sans pouvoir compter sur des tests de laboratoire: ils ne compromettent pas la sécurité des patients. En fait, le résultat de leur traitement est presque aussi bon que celui que reçoivent les patients aux États-Unis d’Amérique où le traitement guidé par les laboratoires est la norme.» Le but de l’étude est d’envisager les conséquences à moyen et long terme de différentes approches de surveillance du traitement antirétroviral dans des situations de ressources limitées: utilisation des seuls signes et symptômes cliniques comme le recommandent les lignes directrices de l’OMS; ou tests immunologique et de charge virologique bien moins accessibles, plus perfectionnés et plus coûteux. Les chercheurs ont utilisé un modèle éprouvé et testé à Londres montrant qu’on pouvait prévoir de manière fiable l’évolution de l’épidémie au Royaume-Uni sur vingt ans, mais en apportant différentes modifications pour refléter les réalités du terrain. Selon les auteurs de cette étude, les taux de survie des sujets suivis par l'observation clinique des symptômes étaient presque identiques à ceux qui faisaient l’objet d’une surveillance en laboratoire. Le taux de survie au bout de cinq ans était de 83% en cas de surveillance de la charge virale, de 82% pour la surveillance des CD4 (un critère déterminant de l’immunité) et de 82% pour la simple surveillance clinique. Au bout de 24 ans, les valeurs correspondantes étaient respectivement de 67%, 64% et 64%. Bien que le taux de survie soit légèrement plus élevé en surveillant la charge virale, les auteurs font observer que cette stratégie n'est pas la plus rentable dans les pays les plus pauvres. L’étude a également cherché à savoir si l’observation clinique à elle seule permettait de déterminer quand il fallait passer d'un traitement de première intention recommandé par l’OMS à des médicaments de deuxième intention plus coûteux. Là aussi, le diagnostic fondé sur l'évaluation des symptômes cliniques se révèle presque aussi efficace que ceux fondés sur des tests de laboratoire coûteux. Les auteurs de l'étude en concluent que pour les patients suivant le traitement de première intention préconisé par l'OMS - stavudine, lamivudine et névirapine - l'avantage lié à la numération des CD4 ou à la surveillance de la charge virale est limité dans le meilleur des cas. L'étude que l'on doit à un groupe bien connu du Royaume-Uni collaborant avec des chercheurs de l'OMS fait usage de modèles mathématiques conçus pour révéler des problèmes naissants et des problèmes susceptibles d'apparaître après l'utilisation des ART à plus long terme. D'autres travaux devront encore être effectués. Elle est fondée sur des projections mathématiques et non sur de véritables patients. Les données mondiales réelles sont encore rares car les médicaments ne sont utilisés que depuis peu dans ces pays. D'autres études se poursuivent et de nouveaux résultats devraient bientôt être disponibles.
http://www.who.int/mediacentre/news/releases/2008/pr12/fr/

24/04/2008 Enfants infectés par le VIH : dosage réduit pour améliorer l'observance
http://www.sidanet.asso.fr/
Le traitement de l'enfant atteint de VIH a beaucoup évolué depuis 1996 et la morbi-mortalité a chuté. Le traitement a le même objectif que celui de l'adulte : il tend à réduire à zéro la charge virale plasmatique. Considéré comme un médicament de référence dans la prise en charge du VIH, l'antirétroviral Kaletra a fait l'objet d'un important développement clinique. La mise à disposition de comprimés à faible dosage s'inscrit dans une démarche de simplification, d'acceptabilité et d'intégration du traitement dans la vie quotidienne des jeunes patients. Les protocoles thérapeutiques affinés et adaptés aux différentes tranches d'âge donnent des résultats remarquables. Cependant, il n'est plus question, aujourd'hui, d'obtenir des résultats sans se préoccuper de ce qui va se passer demain pour ces enfants. Il est nécessaire d'avoir une vision à long terme pour des jeunes qui deviendront un jour des adultes asymptomatiques, avec une espérance de vie élevée. Deux problématiques pren- nent une importance particulière : la prévention et le contrôle des résistances, et la toxicité des traitements. «La prévention des résistances est primordiale dans cette jeune population qui présente le plus de risque de mauvaise observance. On a pris conscience que toutes les molécules ne se valaient pas sur le plan des résistances et, en France, on mise sur la sécurité en optant, au départ, pour la molécule dotée de la plus forte barrière génétique, commente le Pr Stéphane Blanche, de l'hôpital Necker, à Paris. Dans ce contexte, Kaletra en comprimés conjugue plusieurs atouts: cette coformulation est très efficace et elle est dotée d'une forte barrière génétique aux résistances (recul de sept ans). Elle possède un profil de toxicité acceptable et impose peu de contraintes thérapautiques du fait que les comprimés n'ont pas besoin d'être réfrigérés et peuvent être pris avec ou sans nourriture.»
http://www.sidanet.asso.fr/webapps/komplete/index.php?KTURL=mod_quotimed.html&page=70

23/04/2008 Sida et identité
http://www.tetu.com
Certaines associations semblent accélérer leurs programmes de prévention. Il en est ainsi de Sida Info Service qui, après avoir ouvert un espace internet aux personnes séropositives, publie trois nouveaux rapports qui analysent les prises de risques chez les gays. Grâce à ses dispositifs d'aide à distance (téléphone et internet), SIS a mené trois études: une enquête post-appel, un questionnaire récolté lors du Salon international gay et lesbien de Paris (SIGL) et un suivi des internautes sur des sites SM ou bareback. «Nous constatons, dans une population assez mâture (35 ans d'âge moyen), qu'il existe une méconnaissance des risques spécifiques associés à ces pratiques, voire de fausses connaissances qui laissent une large place aux protections imaginaires.» Bref, l'info sida se perd auprès des gays adultes. Pourtant, 9 personnes interrogées sur 10 trouvent pertinente l'idée d'un lieu de santé communautaire basé sur la sexualité. Plus de 6 sur 10 en éprouvent personnellement le besoin. Lorsqu'il est possible pour un gay d'avoir accès à un médecin gay-friendly, cela devient un critère de choix (1 fois sur 4 à Paris). Sida Info Service attire l'attention sur l'efficacité probable qu'apporteraient ces réponses spécifiques face à une reprise de l'épidémie chez les gays qui s'affirment comme tels. Ces études sont disponibles sur le site internet de SIS. www.sida-info-service.org
http://www.tetu.com/rubrique/sante/sante_breve.php?id_sante=599

21/04/2008 Nouveau site Internet du SNEG dédié à la prévention du VIH et des IST parmi les gays
http://citegay.fr
Le SNEG Prévention lance, en collaboration avec l'IPSR, un nouveau site Internet dédié à la prévention du VIH et des IST parmi les gays. Ce site hébergé à l'adresse www.histoiresdemecs.sneg.org a pour vocation d'être un collecteur rassemblant les dernières campagnes de prévention du SNEG les plus significatives. On y retrouvera certaines campagnes diffusées préalablement dans les lieux gays qui ont été réadaptées au support Internet. La nouveauté tient par ailleurs à l'utilisation d'animations interactives pour développer une nouvelle forme de communication de santé dotée d'un pouvoir de persuasion plus important. L'animation « Couple Plus-Moins » porte sur la situation des couples gays au sein desquels la différence de statut sérologique engendre des questionnements et des émotions comme la peur de la transmission ou un désir d'intimité défiant parfois l'impératif de protection. Les gays concernés sont encouragés à entamer le dialogue sur ces sujets avec leur partenaire afin de définir à deux la conduite qui sécurisera leur couple et leur santé sur le long terme. L'animation « Le secret pour assurer » a pour vocation de réduire les expositions aux risques non préméditées en préparant les gays face au safer sex en amont des rencontres et en les incitant à la vigilance et au contrôle dans les situations où les dérapages sont possibles. Une évaluation de l'impact de cette seconde animation a été menée avec un groupe de sujets de l'étude CohorteGAY (cf. Communiqué de presse de novembre 2006 sur www.sneg.org, enquête réalisée grâce aux partenariats avec ClearGay, Citébeur, Citégay). Les résultats montrent que l'animation parvient à réduire les prises de risque de 23% parmi les hommes qui manquent de préparation et de contrôle. La diffusion plus large de l'animation pourrait donc apporter une contribution significative à la réduction des risques parmi les gays. Des interventions en ligne complémentaires à celles proposées dans le collecteur seront progressivement développées afin de toucher d'autres segments de la population gay et d'autres déterminants sociaux ou psychologiques de la prise de risques face au VIH et aux IST.
http://citegay.fr/COMMUNIQUES/ASSOCIATIONS/00/communiques_liste.htm

_________________
Quelqu’un qui ne laisse pas la réalité déranger ses rêves est un sage. C.Singer
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
maya

avatar

Féminin
Nombre de messages : 1268
Age : 54
Localisation : paris
sexualité : vivante
célib. ou en couple ? : ...
Date d'inscription : 30/09/2005

MessageSujet: Re: sidanews du crips semaine du 19 au 25 avrile 2008   Ven 25 Avr - 19:55

18/04/2008 INDONÉSIE: Parce que vous le valez bien : coiffeurs et sida
http://www.irinnews.org
Une visite chez le barbier ou au salon de coiffure en Indonésie pourrait comporter bien plus d’avantages qu’un simple rasage ou une coupe de cheveux : une occasion pour le client d'être informé sur le VIH/SIDA et d'apprendre comment prévenir sa propagation. En décembre 2007, la compagnie française L’Oréal, avec le soutien de l’organisation des Nations Unies pour l’éducation, la science et la culture (UNESCO) a mis en place un programme destiné à encourager les coiffeurs indonésiens à engager la conversation avec leurs clients sur le VIH pour les sensibiliser. La campagne, « Coiffeurs du monde contre le sida » a été lancée en mai 2005 en Afrique du Sud et a depuis parcouru 15 pays, dont l’Inde, la Chine, la Thaïlande, la Malaisie, l’Allemagne, l’Espagne, la France l’Italie, le Royaume-Uni et le Brésil. L’UNESCO a fourni le matériel éducatif pour les séminaires de formation sur les méthodes de sensibilisation.
http://www.irinnews.org/fr/ReportFrench.aspx?ReportId=77840

11/04/2008 Bataille des prix
http://www.tetu.com
GlaxoSmithKline est en train de mettre au point une politique sans précédent de modulation de ses prix selon les patients et leur capacité à payer ces médicaments. Jusqu'à présent, l'industrie pharmaceutique négocie ses prix pays par pays. Les associations de patients font surtout pression sur deux exigences : la libération des brevets et la baisse des prix pour les pays émergents. Mais voilà que GSK a lancé des expériences pour évaluer la faisabilité de prix différents à l'intérieur d'un même pays, selon les revenus des malades. Cette politique, baptisée «Brisons les barrières», est testée en Inde, en Afrique du Sud et au Maroc. Pour résumer, les patients pauvres paient un prix bas, les patients riches paient un prix élevé. Pour réduire les risques de trafic à l'intérieur d'un même pays, GSK a mis au point des conditionnements différents (paquets, couleurs des pilules) ainsi que des noms de produits différents.
http://www.tetu.com/rubrique/sante/sante_breve.php?id_sante=594

11/04/2008 Commencer plus tôt?
http://www.tetu.com
C'est la question que l'essai thérapeutique Start va tenter de résoudre: faut-il initier un traitement à partir de 500 CD4 par millimètre cube au lieu des 350, comme il est actuellement recommandé? Start sera une grande étude internationale qui sera organisée en deux groupes: l'un initiant immédiatement le traitement, l'autre ne le commençant que lorsque le taux sera devenu inférieur à 350 CD4 ou en cas d'«événement classant». À l'initiation de l'essai, chaque bras comportera 600 patients, avant d'être élargi à 2000 patients par la suite, ce qui atteste de l'importance du projet de recherche et des enjeux qu'il sous-entend. En effet, si les recommandations internationales se dirigent vers une mise sous traitement plus rapide des séropositifs, les possibilités commerciales ne sont pas des moindres. Mais l'intérêt des personnes vivant avec le VIH est central, lui aussi: en intervenant plus précocement, on espère réduire le risque des complications liées ou non au sida. Il est possible de penser que les séropositifs pourraient vivre plus longtemps. Face à ces espoirs, une certitude cependant: commencer plus tôt, c'est aussi découvrir plus rapidement les effets secondaires des traitements. Et ça...
http://www.tetu.com/rubrique/sante/sante_breve.php?id_sante=593

11/04/2008 IP en mono?
http://www.tetu.com
Le traitement antirétroviral avec une monothérapie d'antiprotéase pourrait être un bon moyen d'échapper aux effets secondaires associés aux multithérapies, pour les séropositifs qui disposent d'un système immunitaire encore solide. C'est ce qui se discute depuis pas mal de temps et l'étude Monark du laboratoire Abbott a déjà évalué ce que donne le Kaletra seul face à une combinaison de Kaletra+Combivir. Une équipe anglaise pense que si l'étude Monark se révélait décevante pour le Kaletra, il ne faudrait pas baisser les bras: 90% des personnes sous monothérapie qui voient leur charge virale baisser en dessous du seuil de 400 copies par millimètre cube au bout de la quatrième semaine de traitement parviennent à rester indétectables pendant 48 semaines. Plusieurs essais sont en cours pour savoir si les personnes qui prennent leur premier traitement pourraient ainsi économiser du temps sous monothérapie. Il serait ainsi possible de choisir une monothérapie plus légère, mieux tolérée, avant de recourir à une multithérapie classique quand cela s'avère nécessaire. Mais nous sommes encore loin d'une confirmation de ces hypothèses.
http://www.tetu.com/rubrique/sante/sante_breve.php?id_sante=592

11/04/2008 Conférence au Mexique
http://www.tetu.com
La prochaine grande conférence internationale sur le sida aura lieu, pour la première fois, sur le continent latino-américain. Mexico accueillera la 27e Conférence internationale sur le sida, du 3 au 8 août prochain, et aura pour thème «Universal Action Now». Avec plus de 25000 participants, la conférence permettra de développer la prise de conscience du sida dans le continent sud-américain, très affecté par le VIH, mais aussi moteur des initiatives politiques, au Brésil notamment. La région des Caraïbes est de plus en plus touchée par le virus. Par contre des pays comme le Chili rattrapent très vite leur retard en termes de recherche thérapeutique.
http://www.tetu.com/rubrique/sante/sante_breve.php?id_sante=589

11/04/2008 65 livres
http://www.tetu.com
Non seulement les Anglais disposent du dépistage VIH rapide, mais la principale association de lutte contre le sida, le Terrence Higgins Trust (THT), propose désormais ces tests via la poste. Il suffit d'envoyer un échantillon de salive et le résultat vous est adressé par courrier, pour le VIH, mais aussi pour les principales IST. Ce n'est pas tout: un téléconseiller du THT accompagne la démarche, et, si les tests sont positifs, vous pouvez recevoir les traitements directement chez vous! Les associations françaises vont à nouveau s'étrangler. Le tarif : 65£ (82€) pour le VIH et l'ensemble des IST! Disponible un jour en France? Peut-être jamais. Pour en savoir plus: www.thtbypost.org.uk
http://www.tetu.com/rubrique/sante/sante_breve.php?id_sante=597

11/04/2008 Sida : le prix à payer
http://www.tetu.com
Franchises médicales, vieillissement des personnes séropositives, antirétroviraux toujours plus onéreux le sujet des dépenses dans l'épidémie du sida n'est plus tabou à l'heure où le nombre de nouveaux diagnostics chez les gays est près de 70 fois plus élevé que chez les hétéros en France. Sylvain Rouzières, collaborateur régulier de «Têtu», lui-même atteint d'une affection de longue durée, ouvre ce débat délicat.
http://www.tetu.com/rubrique/sante/sante_breve.php?id_sante=598

25/04/0208 Un vaccin pour les gays ?!? OUI, contre l'hépatite B.
http://citegay.fr
Lancement du site www.unvaccinpourlesgays.fr faisant la promotion de la vaccination contre l'hépatite B à l'attention des hommes gays et bisexuels. Dans le cadre de la Semaine de la vaccination du 21 au 27 avril 2008, l'association Sida Info Service, par le biais de son dispositif téléphonique et Internet Hépatites Info Service, avec les soutiens et conseils de l'Institute for Prevention and Social Research (IPSR) et de CitéGAY.fr, lance le site de promotion de la vaccination contre l'hépatite B à l'attention des hommes gays et bisexuels : www.unvaccinpourlesgays.fr
http://citegay.fr/COMMUNIQUES/ASSOCIATIONS/00/communiques_liste.htm

_________________
Quelqu’un qui ne laisse pas la réalité déranger ses rêves est un sage. C.Singer
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
sidanews du crips semaine du 19 au 25 avrile 2008
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Semaine du 10 au 16 novembre 2008
» Semaine du 14 au 20 janvier 2008 - on papote
» Semaine du 03 au 09 novembre 2008
» Semaine du 22 au 28 septembre 2008
» Semaine du 9 au 15 juin 2008

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
sidamis :: Sida-infos :: revues de presse-
Sauter vers: