sidamis


 
AccueilFAQS'enregistrerGaleriePortailRechercherMembresGroupesConnexionCalendrier

Partagez | 
 

 revue de presse web 29 Juin 2008

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
maya

avatar

Féminin
Nombre de messages : 1268
Age : 54
Localisation : paris
sexualité : vivante
célib. ou en couple ? : ...
Date d'inscription : 30/09/2005

MessageSujet: revue de presse web 29 Juin 2008   Lun 30 Juin - 10:49

27/06/2008 Généralisation du test VIH dans le Bronx à New York
http://www.lemonde.fr
La ville de New York a lancé vendredi une campagne de dépistage du virus VIH destinée à la totalité des habitants du Bronx, le quartier new-yorkais le plus affecté par le sida, ont annoncé jeudi les services de santé. 40 lieux --hôpitaux, cliniques, centres de santé et lieux de culte-- proposeront systématiquement des tests VIH à tous leurs visiteurs. L'objectif est de tester l'ensemble des habitants du Bronx âgés de 18 à 64 ans d'ici à trois ans. Environ 3 habitants sur 10, soit 250.000 personnes, n'auraient jamais fait le test, selon la ville. "Nous essayons de rendre ces tests routiniers", a expliqué à l'AFP Monica Sweeney, médecin du département de santé. "Nous voulons répandre ces tests partout dans le Bronx." Les personnels des partenaires non-médicaux de la campagne seront formés par la ville pour administrer les tests, en majorité salivaires, et qui délivrent les résultats en 10 à 20 minutes. En 2006, 3.745 New-Yorkais ont découvert leur séropositivité, dont près du quart dans le Bronx. Manhattan, le secteur le plus aisé de la ville, a plus d'habitants séropositifs mais moins de morts du sida que le Bronx, où le quart des séropositifs apprennent leur statut au stade de la maladie. Détecter le VIH tôt permet un traitement plus efficace et limite les contaminations, tout en retardant la phase sida. Dans une étude parue mardi, le département de santé de New York avertissait que 60% seulement des New-Yorkais ayant plusieurs partenaires sexuels utilisaient des préservatifs.
http://www.lemonde.fr/web/depeches/0,14-0,39-35998449@7-37,0.html

27/06/2008 Affections longue durée : la Sécu fait machine arrière
http://www.france-info.com
Face au tir de barrage, le patron de l’Assurance maladie retire finalement de son plan de rigueur les projets de déremboursement de médicaments de confort, qui devait toucher les cancéreux, diabétiques et malades du Sida. La direction de l’assurance maladie retire finalement de son plan d’économies toutes les mesures concernant les affections longue durée (ALD). Ces projets de déremboursement de médicaments "de confort" avaient suscité une vive polémique. Le directeur de l’Union nationale des Caisses d’assurance maladie (Uncam), Frédéric van Roekeghem, prévoyait d’abaisser de 100 à 35% le taux de remboursement des médicaments à vignette bleue pour les malades atteints d’ALD (comme le cancer, le diabète ou le Sida). Suggérant que les 65% restant soient pris en charge par les complémentaires santé. Le plan prévoyait également une révision (à la baisse) de la liste des maladies considérées comme des ALD. Elles sont une trentaine actuellement. Face au tir de barrage de la gauche, des associations de malades et de la Mutualité française, face aux critiques au sein même de la majorité présidentielle, Xavier Bertrand avait enterré le projet ce matin sur l’antenne de nos confrères d’Europe 1. Précisant que "la vocation d’un système de santé est bien évidemment d’être aux côtés des plus malades". Message reçu à la direction de la Caisse nationale d’assurance maladie, qui devra trouver d’autres pistes pour renflouer son déficit abyssal. Ces mesures, qui devaient représenter une économie de 250 millions d’euros pour l’assurance maladie, s’inscrivaient dans un plan plus global de trois milliards d’économie pour 2009.
http://www.france-info.com/spip.php?article153516&theme=9&sous_theme=12

27/06/2008 Installation de distributeurs de préservatifs dans les lycées brésiliens
http://www.lemonde.fr
Le gouvernement brésilien, qui s'efforce depuis des années de combattre le sida, va installer des distributeurs de préservatifs dans les lycées brésiliens, a annoncé jeudi le ministre de la Santé, Jose Gomes Temporao. "L'un des grands défis de la lutte contre le sida est l'accès à l'éducation sexuelle dans les écoles et la promotion de l'utilisation du préservatif", a déclaré le ministre. Le programme débutera avec 400 distributeurs automatiques, qui commenceront à être installés dans les premiers mois de 2009, et qui seront gratuits. D'après un sondage réalisé par le gouvernement, 90% des lycéens, 63% des parents et 58% des professeurs sont pour l'installation de ces distributeurs dans les lycées, a indiqué le ministère de la Santé.
http://www.lemonde.fr/web/depeches/0,14-0,39-35996019@7-37,0.html

26/06/2008 Roche : homologation dans l'UE du traitement abrégé avec le Pegasys (hépatite C)
http://www.romandie.com
La Commission européenne a approuvé un traitement abrégé - d'une durée de 16 semaines - avec le Pegasys (peginterféron alfa-2a) combiné avec le Copegus (ribavirine) chez certains patients souffrant d'hépatite C, annonce Roche Holding SA jeudi dans un communiqué. Ce traitement de quatre mois sera destiné aux patients porteurs de souches spécifiques de l'hépatite chronique C (génotype 2 ou 3) qui présentent une faible charge virale avant le début de la thérapie et qui témoignent d'une réponse virologique rapide en éliminant le virus du sang au cours des quatre premières semaines de traitement, lit-on dans le communiqué. Il s'agit d'un traitement guidé par la réponse du patient, qui vise à personnaliser le schéma thérapeutique en fonction de la manière dont le malade réagit, explique Roche.
http://www.romandie.com/infos/news2/200806260802030AWPCH.asp

26/06/2008 Le SIDA, une catastrophe mondiale selon la Croix-Rouge
http://www.actualites-news-environnement.com
La Fédération de la Croix-Rouge a qualifié l'épidémie de SIDA de catastrophe mondiale, la plaçant au même niveau que les catastrophes naturelles dans son Rapport 2008 sur les Catastrophes Mondiales. Ce rapport incite les gouvernements et les ONG à davantage prendre en compte le SIDA dans leur réponse aux catastrophes naturelles et aux conflits armés. Les taux d’infection au VIH/SIDA augmentent parmi les consommateurs de drogues par intraveineuse, les prostituées et les hommes homosexuels dans le monde, mais ils sont souvent vus comme des parias et se voient refuser le traitement, d’après ce qu’indique un rapport publié jeudi. Le rapport, publié par la Fédération Internationale de la Croix Rouge et les Sociétés du Croissant Rouge, demande également aux gouvernements et aux organisations humanitaires de prêter davantage attention au SIDA dans leur réponse aux catastrophes naturelles et aux conflits armés. « Le VIH est une catastrophe complexe et de long terme à de nombreux niveaux. Pour les groupes marginalisés dans le monde -les consommateurs de drogues par intraveineuse, les prostituées, et les hommes homosexuels- les taux d’infection sont en augmentation » indique l’agence humanitaire basée à Genève. Ces groupes, qui vivent en marge de la société dans de nombreux pays notamment dans le monde en développement « sont souvent confrontés à la stigmatisation, à la criminalisation, et ont peu d’accès à la prévention et aux services de traitement » ajoute le rapport. L’étude de 248 pages, qui est le Rapport 2008 annuel sur les Catastrophes Mondiales, ne donne pas de nouveaux chiffres pour les victimes du SIDA, mais cite les statistiques des Nations Unies qui indiquent que 2,1 millions de personnes meurent de la maladie chaque année.La Fédération de la Croix-Rouge a déclaré que le virus du VIH/SIDA était à l'origine d’une crise sociale dans le sud de l’Afrique. Les responsables de l’organisation ont déclaré lors d’une conférence de presse que les actes de violence récents au Zimbabwe -où jusqu’à récemment encore la lutte contre le SIDA avait bénéficié d’un réseau de traitement étendu- pourraient interrompre les soins médicaux et faire empirer la situation. Le secrétaire général de la Fédération Ibrahim Osman a déclaré qu’il aiderait la Croix Rouge du Zimbabwe à doubler le nombre de victimes du SIDA qu’elle soigne pour atteindre les 260000 traités. La Croix Rouge a indiqué qu’elle focalisait son rapport 2008 sur les Catastrophes Mondiales sur le virus VIH/SIDA plutôt que sur les inondations ou les tremblements de terre parce que pour de nombreuses communautés, l’épidémie « est sans aucun doute une catastrophe ». Les services du gouvernement sont dépassés par la nécessité de fournir des traitements et un soutien, la stigmatisation empêche toujours certains d’avoir accès au traitement, même quand ces services existent, et des communautés sont toujours dévastées par ces effets » a-t-il indiqué. Il y a eu 405 catastrophes naturelles dans le monde l’an dernier, alors qu’il y en avait eu 423 en 2006.
http://www.actualites-news-environnement.com/16790-SIDA-catastrophe-Croix-Rouge.html

25/06/2008 Fin du 100% : la guerre aux malades selon Act Up
http://www.e-llico.com
Suite à l'annonce par le directeur de l'Assurance maladie de la remise en cause du 100 % pour les patients en ALD dans Les Échos de mardi, Act Up parle d'un "ballon d'essai pour aller un cran plus loin dans le démantèlement des droits des malades". "La fin de la prise en charge à 100 % des Affections de Longue Durée confirmerait la mort de l'assurance maladie", estime l'association pour qui "les arguments sont les mêmes que pour toutes les autres mesures prises ces dernières années qui, une à une, réduisent en peau de chagrin le système français solidaire de sécurité sociale : forfait hospitalier, dépassements d'honoraires, déremboursements de médicament, franchises médicales. Il s'agit toujours de faire payer davantage les plus malades pour réduire le déficit de l'assurance maladie". Act Up estime par ailleurs que "ces mesures sont catastrophiques tant en termes de Santé publique que de celle du Trésor Public : en effet, pour l'une et l'autre, les mesures adoptées et envisagées ne donneront sur le moyen et long terme que le résultat inverse de celui proclamé". L'association "invite" Frédéric Van Roekeghem (directeur de l'Assurance-maladie), Eric Woerth (ministres du Budget et Roselyne Bachelot à venir rencontrer les malades qui viennent à sa permanence Droits Sociaux chaque mercredi après-midi, "pour constater l'état de précarité de bon nombre de malades du sida en ALD. Et pour voir de près les effets dévastateurs de leurs logiques comptables et de leurs politiques criminelles". Selon Act Up, 50% des personnes vivant avec le VIH en France sont en-dessous du seuil de pauvreté. > Elus Locaux contre le Sida condamne le déremboursement Le président d'Elus Locaux contre le Sida, Jean-Luc Romero, s'est déclaré "très inquiet" après la proposition du directeur de la Caisse nationale d'assurance maladie de réduire le remboursement des médicaments "à vignette bleue", et a dénoncé une "culpabilisation du malade". "Après le déremboursement de certains médicaments et la mise en oeuvre des franchises médicales, la fin de la prise en charge à 100 % des ALD porterait un coup fatal à notre système de santé basé sur la solidarité", a estimé dans un communiqué le président d'honneur d'Aujourd?hui, Autrement (associé à l'UMP). "Cette idée, si elle venait à être appliquée, ne pourrait conduire qu'à une plus grande précarisation des malades", a ajouté Jean-Luc Romero.
http://v2.e-llico.com/article.htm?rubrique=actu&articleID=17913

_________________
Quelqu’un qui ne laisse pas la réalité déranger ses rêves est un sage. C.Singer
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
maya

avatar

Féminin
Nombre de messages : 1268
Age : 54
Localisation : paris
sexualité : vivante
célib. ou en couple ? : ...
Date d'inscription : 30/09/2005

MessageSujet: Re: revue de presse web 29 Juin 2008   Lun 30 Juin - 10:50

24/06/2008 Lutte contre le VIH/sida : déclaration d’engagement des Nations Unies (UNGASS)
http://femmesida.veille.inist.fr
Lors de la réunion annuelle des Nations Unies qui s’est tenue à New York le 10 juin dernier, l’ONU s’est fixé comme objectif de faire le point sur le respect des engagements pris en 2001 contre la pandémie de VIH/sida et sur les avancées réalisées, ou non, par chaque pays. La France a choisi une approche novatrice, consistant à remettre, en même temps que le rapport gouvernemental demandé par l’ONUSIDA, un rapport réalisé par les associations françaises (AIDES, Act Up-Paris et le Planning familial) actives dans la lutte contre le VIH/sida. Par cette démarche, la France souhaite afficher sa volonté d’approfondir la collaboration entre pouvoirs publics et associations en matière de lutte contre le sida. L’objectif est également d’offrir à ces associations l’opportunité d’exprimer leur propre point de vue sur les actions menées par les pouvoirs publics en matière de lutte contre le VIH/sida, et d’émettre des propositions. Cette façon de faire s’inscrit pleinement dans l’esprit de l’engagement 94 de la déclaration des Nations Unies contre le sida qui recommande notamment de : « procéder périodiquement à des évaluations nationales, avec la participation de la société civile, notamment des personnes atteintes du VIH/sida, des groupes vulnérables ». Ces deux rapports sont néanmoins distincts et ont suivi des méthodologies différentes : - le rapport gouvernemental a suivi la trame et les indicateurs proposés par ONUSIDA ; - les associations ont choisi de sélectionner les thèmes qui leurs semblaient les plus pertinents, à savoir, o le VIH/sida et droits de l’Homme/ Protection des personnes vulnérables : les personnes séropositives, les personnes démunies, les personnes étrangères migrantes, les consommateurs de drogues par voie intraveineuse et/ou intranasale, les personnes détenues, les personnes transgenres ; o le genre ; o la prévention ; o la recherche et le développement ; o les ressources ; o le fonds mondial. Le rapport associatif n’engage que les associations qui en sont l’auteur, de même que le rapport gouvernemental n’engage que les pouvoirs publics français. Source en ligne : UNAIDS
http://femmesida.veille.inist.fr/spip.php?article612

24/06/2008 L’aciclovir sans effet sur le risque de transmission du VIH
http://www.caducee.net
PUBIl avait été montré que l’infection par le HSV-2, cause principale d’herpès génital, était associée à une augmentation d’un facteur deux ou trois du risque de transmission du VIH-1. Une nouvelle étude vient d’établir que la suppression du HSV-2 par l’aciclovir est sans effet sur le risque d’acquisition du VIH-1. Cet essai de phase III présenté par Celum et collaborateurs suivait un protocole avec tirage au sort, traitement en double insu et contrôle placebo. Il était mené chez des personnes infectées par HSV-2 mais pas par VIH-1. Des femmes africaines et des homosexuels du Pérou et des Etats-Unis composaient les groupes étudiés qui regroupaient plus de 3200 personnes. Les auteurs n’ont pas observé de différence significative pour l’incidence du VIH-1 selon que les personnes aient reçu ou non des doses standard d’aciclovir (3,9 cas pour 100 personne.années vs 3,3 cas pour 100 personne.années), bien que son efficacité sur le HSV-2 soit bien visible. Source Lancet 2008 ;371 : 2109
http://www.caducee.net/breves/breve.asp?idb=7764&mots=all

24/06/2008 Un film de l'Inpes sur l'arrêt du préservatif
http://www.tetu.com
La voix off égrène les emballages vides de capotes, tandis que les couples font l'amour, «(pour) la première fois. La deuxième fois. La troisième, la quatrième…» Puis vient le test du VIH. Négatif. Le décompte continue, mais cette fois, ils peuvent faire l'amour sans capote. Toute l'histoire, la nouvelle campagne pour l'Institut national de prévention et d'éducation pour la santé (Inpes), se décline en trois films: l'un dédié aux hétéros d'origine africaine, un autre aux hétéros blancs et un troisième aux gays (blancs aussi). Reste que, si l'on s'amuse à faire les comptes, et selon la campagne: les Africains feraient un test à la 34e fois, et feraient l'amour jusqu'à cent fois, les hétéros blancs baiseraient sans capote de la 43e à la centième fois, tandis que les couples gays feraient un test après la 46e fois et feraient l'amour sans capote jusqu'à… la 55e fois seulement! Faut-il y voir un signe que les couples se séparent après 55 nuits d'amour, soit deux fois moins que les hétéros? Non, mais ils suivent le conseil donné dans la version papier de la campagne (voir par exemple Têtu n°135): «Décider, en cas de prise de risque, d'en parler immédiatement et d'utiliser de nouveau un préservatif avant de refaire le test.»
http://www.tetu.com/rubrique/infos/infos_detail.php?id_news=13150&date_info=2008-06-24

24/06/2008 Cancer anal
http://www.tetu.com
En Australie, une étude a montré que les deux tiers des séropositifs avaient des cellules anormales dans l'anus et que 84% portaient des traces de virus du papillome humain (VPH) couramment associées à un risque accru de cancer anal. Ce type de cancer chez les gays séropositifs est rare mais, avec l'allongement de leur espérance de vie, il devient un sujet d'inquiétude. La prévalence est de 35 pour 100 000 et il est de plus en plus conseillé de surveiller cette partie intime, sur le modèle de ce qui est fait chez les femmes dans la surveillance du cancer cervical. Les cancers anaux sont bien mieux traités quand ils sont diagnostiqués tôt. D'autres études américaines ont déjà montré que 93% des hommes séropositifs et 14% des femmes séropositives ont des cellules anormales dans l'anus qui pourraient être causées par le virus du papillomavirus.
http://www.tetu.com/rubrique/sante/sante_breve.php?id_sante=621

24/06/2008 En Allemagne, des chiffres contrastés
http://www.tetu.com
Le nombre des nouvelles contaminations en Allemagne paraît relativement bas comparé à la celui de la France, mais il progresse toujours. Avec une augmentation de 4% en 2007, le pays cumule 2752 nouvelles personnes séropositives, contre 2643 en 2006. Mais chez les hommes qui ont des relations avec des hommes, l'augmentation est de 12%, d'après l'institut Robert Koch. D'ailleurs, 65% des nouvelles contaminations du pays sont découvertes chez les homos et bisexuels, tandis que la proportion baisse toujours chez les hétérosexuels, les toxicomanes et même chez les personnes issues de l'immigration. Les hommes se contaminent davantage: +8%. Et les femmes moins: -12%. Les grandes villes sont les plus touchées: Berlin, Cologne, Düsseldorf, Francfort, Hambourg et Munich. On estime à 59000 le nombre de personnes vivant avec le VIH en Allemagne.
http://www.tetu.com/rubrique/sante/sante_breve.php?id_sante=625

24/06/2008 Un renouveau guyanais?
http://www.tetu.com
À force de subir les critiques sur l'inaction de l'État dans les départements français les plus touchés par le sida, comme la Guyane, Roselyne Bachelot semble décidée à agir. La ministre de la Santé a présenté un programme spécifique à la Guyane qui devrait permettre aux associations de proposer, dès la rentrée, des tests rapides de dépistage. Plusieurs mesures prévoient une meilleure coordination des actions de lutte contre le VIH, dont le pilotage a été confié au préfet du département ainsi que le redéploiement d'un million d'euros supplémentaires. Le renforcement du réseau de soins primaires doit être assuré, avec la création ou la réhabilitation des centres de santé dans les zones isolées comme le Maroni ou l'Oyapock. Plus de 1500 personnes sont séropositives en Guyane, et 80% d'entre elles sont des étrangers. Une personne sur soixante est séropositive et, à Cayenne, une prostituée sur vingt est contaminée. Espérons que ces mesures attendues seront appliquées dans les délais annoncés. Si le sida est encore tabou en Guyane, c'est que l'État a pris beaucoup de retard pour affronter le problème.
http://www.tetu.com/rubrique/sante/sante_breve.php?id_sante=628

24/06/2008 Les séropositifs de la cinquantaine
http://www.tetu.com
La majorité des séropositifs ayant plus de 50 ans au Royaume-Uni ont été diagnostiqués au court de la dernière décennie. Une étude montre que leur contamination est relativement récente et qu'il ne s'agit donc pas de survivants à long terme. Les 1700 personnes qui ont participé à cette étude anglaise ont tendance à présenter un taux de CD4 plus bas que chez les jeunes séropositifs, probablement parce qu'il s'agit de personnes qui ne connaissent pas leur statut sérologique et qui n'ont donc pas bénéficié de suivi médical. 87% des volontaires de l'étude étaient gays et bisexuels. 10,9% avaient plus de 50 ans. Parmi ces derniers, les trois quarts avaient contracté le VIH au court de la dernière décennie. 40% avaient 50 ans quand ils ont découvert leur séropositivité et 44%, plus de 40 ans. Les chercheurs remarquent qu'il s'agit «de personnes qui sont parvenues à se protéger du sida pendant de longues années. Puis elles ont été contaminées. Leur comportement a-t-il évolué? Si c'est le cas, il faut penser à diriger les campagnes de prévention vers la génération des quarantenaires et cinquantenaires, parallèlement à ce qui est fait en direction des jeunes.»
http://www.tetu.com/rubrique/sante/sante_breve.php?id_sante=620

_________________
Quelqu’un qui ne laisse pas la réalité déranger ses rêves est un sage. C.Singer
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
revue de presse web 29 Juin 2008
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Revue de presse de Pierre Jovanovic sur RIM
» Semaine du 9 au 15 juin 2008
» Revue de Presse Royale 1
» Revue De Presse Invité : Pierre Jovanovic 5 mai 2010
» Conseils pour l'exercice de revue de presse en 3e ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
sidamis :: Sida-infos :: revues de presse-
Sauter vers: