sidamis


 
AccueilFAQS'enregistrerGaleriePortailRechercherMembresGroupesConnexionCalendrier

Partagez | 
 

 Sida: l'épidémie ne régresse pas...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Munny

avatar

Masculin
Nombre de messages : 323
Age : 52
Localisation : Aveyron
sexualité : Hétéro
célib. ou en couple ? : celib.
Date d'inscription : 28/09/2005

MessageSujet: Sida: l'épidémie ne régresse pas...   Mar 22 Nov - 10:08

Sida: l'épidémie ne régresse pas, 40 millions de personnes contaminées

La lutte contre le sida, dont plus de 3 millions de personnes sont mortes en 2005, est encore loin d'être à la hauteur et des "efforts accrus de prévention s'imposent", tandis que le seuil des 40 millions de personnes vivant avec la maladie a été franchi, avertit l'Onusida dans un rapport rendu public lundi.

Chaque jour, quelque 14.000 personnes sont contaminées par le sida (dont près de 2.000 enfants de moins de 15 ans).

Le sida, qui a engendré "l'une des épidémies les plus dévastatrices de l'histoire", a tué plus de 25 millions de personnes dans le monde depuis son identification en 1981.

"Malgré des diminutions des taux d'infection dans certains pays, le nombre global de personnes vivant avec le VIH (virus du sida) a continué de s'accroître dans toutes les régions du monde à l'exception des Caraïbes", selon le rapport annuel du Programme commun des Nations unies sur le VIH/sida (Onusida) et de l'Organisation mondiale de la Santé (OMS). Ce point sur l'épidémie, qui insiste cette année sur la prévention, est rendu public en prévision de la Journée mondiale sida du 1er décembre.


"Le nombre de personnes vivant avec le VIH dans le monde a atteint son niveau le plus élevé jamais enregistré, avec 40,3 millions de personnes (contre quelque 37,5 millions en 2003)", estime le rapport. Parmi elles, plus de dix millions ont entre 15 et 24 ans.

On déplore en 2005 cinq millions de nouvelles infections, le nombre "le plus élevé (en un an) depuis le début de l'épidémie" a relevé le directeur exécutif de l'Onusida, Peter Piot, lors d'une conférence de presse à New Delhi. Et cette année, plus de trois millions de personnes sont mortes du sida, dont plus d'un demi-million d'enfants.

Selon le rapport, les augmentations les plus marquées sont survenues en Europe orientale, en Asie centrale et en Asie de l'Est. "Mais l'Afrique subsaharienne est toujours la région la plus touchée de la planète - avec 64% des nouvelles infections (plus de trois millions de personnes)".


M. Piot a noté que "dans plusieurs pays le taux d'infection par le VIH a récemment baissé". "Ces nouvelles sont encourageantes car ces pays se trouvent dans les régions les plus touchées par le sida, l'Afrique sub-saharienne et les Caraïbes", a-t-il dit.

"Mais la réalité est que l'épidémie de sida continue à surpasser les efforts déployés pour la contenir aux niveaux mondial et national. Il est clair qu'un accroissement rapide de l'étendue et de la portée des programmes de prévention du VIH est requis de toute urgence", a-t-il ajouté, appelant à une "réponse sans précédent".

Mais les discriminations et l'opprobre qui accompagnent le sida constituent l'obstacle majeur à la maîtrise de l'épidémie, selon l'Onusida.

A l'échelle mondiale, moins d'une personne sur cinq exposée au risque de s'infecter peut accéder à des services de prévention de base. Parmi les personnes séropositives, une sur dix seulement a fait un test et sait si elle est infectée.


L'accès aux traitements du VIH s'est certes amélioré: "plus d'un million de personnes" dont la survie en dépend, en bénéficient désormais dans les pays à faible et moyen revenus (contre environ 700.000 fin décembre 2004 et environ 970.000 fin juin 2005 sur 6,5 millions de malades en ayant besoin d'urgence).

Pourtant, "la majorité en sont exclus" avec, en moyenne, "au mieux, une personne sur dix en Afrique et une sur sept en Asie" qui y accèdent, a déclaré à l'AFP Michel Sidibé, directeur du département d'appui aux pays et régions de l'Onusida.

Cette "injustice sociale", cette "discrimination grandissante liée à l'indifférence ne se limite pas au problème Nord-Sud car on la retrouve de plus en plus, selon lui, parmi les laissés-pour-compte" des pays aisés. Le rapport estime néanmoins que "250.000 à 350.000 décès ont été évités cette année" grâce à l'élargissement de l'accès au traitement.

Fin juin, l'OMS et l'Onusida jugeaient "peu probable" d'atteindre l'objectif (fixé fin de 2003) de traiter 3 millions de malades des pays pauvres d'ici fin 2005.

_________________
Demain, c'est loin...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Sida: l'épidémie ne régresse pas...
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Des propos qui choquent: sida ... justice immanente?!
» Épidémie de gastro au Québec... je dois savoir.
» SIDA : un nouvel espoir, un vrai !
» Sida en Afrique
» Les Suisses remettent le couvert (SIDA)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
sidamis :: Sida-infos :: Sida-savoir vih-
Sauter vers: