sidamis


 
AccueilFAQS'enregistrerGaleriePortailRechercherMembresGroupesConnexionCalendrier

Partagez | 
 

 SUBUTEX : usage remis en question

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
mayaa
Invité



MessageSujet: SUBUTEX : usage remis en question   Sam 14 Jan - 14:45

PARIS (AFP) - Les traitements de substitution aux opiacés mis en place depuis plus de dix ans en France, ont un impact positif tant au niveau sanitaire que social, mais leur usage est à améliorer, ont souligné jeudi des spécialistes.

Environ 100.000 personnes ont bénéficié de ces traitements (dont 80.000 sous Subutex), qui ont permis de réduire drastiquement le risque de surdose et le nombre de contaminations par le virus du sida, ont-ils rappelé.

Après avoir participé en novembre à une réunion destinée à dresser un état des lieux sur les usages et mésusages de ces traitements, le Pr Philippe-Jean Parquet, président de l'Observatoire français des drogues et des toxicomanies (OFDT), ainsi que d'autres experts, ont mis l'accent jeudi sur les possibilités d'améliorer la prise en charge.

Les décès par surdoses à l'héroïne ont été divisés par cinq entre 1994 et 2002, près de 3.500 vies sauvées de 1996 à 2003, avait résumé en juin 2004 une conférence d'experts organisée par la Fédération française d'Addictologie et l'Agence nationale d'accréditation et d'évaluation en santé (Anaes).

Autres acquis relevés lors de cette conférence de 2004 destinée à définir les meilleures stratégies thérapeutiques : une amélioration de la situation sociale de la moitié des patients et une division par trois des infractions à la législation des stupéfiants concernant l'héroïne.

Mais de rares abus existent. Le président de la Mission interministérielle de lutte contre la drogue et la toxicomanie (Mildt) Didier Jayle avait proposé mardi le classement du Subutex comme stupéfiant pour lutter contre le trafic de ce traitement de substitution à l'héroïne, tout en protégeant les acquis.

Faire passer le Subutex du statut de "plante vénéneuse" à celui de "stupéfiant" contribuerait, selon lui, à "défendre un système qui fonctionne très bien" contre une "infime minorité de personnes qui quelquefois ne sont pas eux-mêmes toxicomanes" et qui "détournent le système à leur profit".

Si des usages hors prescriptions médicales existent (Subutex donné par un proche, un parent ou trouvé sur le marché noir), comme pour d'autres psychotropes, souligne le Dr Jean-Pierre Daulouède, psychiatre et addictologue au Centre Bizia de Bordeaux, le risque de surdose est "très nettement réduit comparé à celui associé aux drogues des rues".

Les éventuels trafics ne sont pas les seuls mésusages: certaines prescriptions ne sont pas conformes aux recommandations et trop de patients ignorent qu'il faut laisser fondre le comprimé cinq à dix minutes sous la langue pour une bonne assimilation par l'organisme, selon l'étude Appropos réalisée entre juillet et décembre 2004.

21% des patients ont ainsi déclaré avaler tout de suite le comprimé sans le laisser fondre, d'après cette enquête.

Par ailleurs, "25% des médecins généralistes prescrivent plusieurs prises quotidiennes alors que l'efficacité est maximale en une seule prise", a relevé le Dr Daulouède en présentant ces résultats.
source : afp 12/01/06
Revenir en haut Aller en bas
mayaa
Invité



MessageSujet: Re: SUBUTEX : usage remis en question   Sam 14 Jan - 23:40

grrrr ! les toxs et substitués vont encore trinquer parce que les médecins font mal leur boulot!!!!!
C lamentable et les plaquettes de stilnox ou boites de valium détournées de leur utilisation ????
Ca me rapelle une vieille odeur d'interdiction de vente de seringues
Mad Crying or Very sad scratch
Revenir en haut Aller en bas
mario07



Masculin
Nombre de messages : 113
Age : 52
Localisation : 07 ardeche
sexualité : hetero
célib. ou en couple ? : pas
Date d'inscription : 05/10/2005

MessageSujet: Re: SUBUTEX : usage remis en question   Lun 16 Jan - 12:26

Il y en aurait des choses a dire sur la substitution, du bon et du mauvais
tout d'abord si le nombre d'overdose a baisser , c'est aussi du a la tres mauvaise "qualité" de la poudre d'aujourd'hui. bien que la substitution ait fait aussi son travail de garde fou et calmer les ardeurs de certains tox prets à tout por se procurer leur doses , le manque est moins penible qu'autrefois certes mais les problemes de toxicomanie et de dependance restent identique, voir pire dans certains cas
je remarque aussi la depression à ganer du terrain ces dernieres années, et que pour beaucoup d'ancien toxicomane, la substitution leur sert d'anti depresseur, d'ailleurs il n'y a pas meilleur anti depresseur que l'heroine et ses derivés les opiacés. LE SUBUTEX n'est pas un opiacé, et n'a pas cette qualitée antidepressive, c pourquoi beaucoup le detourne ou rechute ou montent les doses
C'est d'ailleurs aussi por ça que Didier jayle president du mildt a aussi monter des structures de soins , genre de post cure pour arretter la substitution que ce soit subutex methadonne ou skenan , cela veut bien dire que les gens en ont marre aussi d'etre substituer, endormi et laisser de coté, cela à couter moins cher qu'une post cure et les bonnes gens ont eut l'impression d"avoir regler le probleme alors qu'il a été enfoui et deplacé, surtout que cela fasse propre dans notre société
je suis bien content de cette initiative de soins pour la substitution, il y en a qui en ont besoin et d'autres qui en ont marre alors là du coup on aura enfin un debut et une fin dans la maladie de la toxicomanie
C'est un peu utopique de le dire comme ça , mais jusqu"à maintenant il n'y avait pas d'issu ni de programme mis en place pour l'arret de la substitution tout comme l'alcool le tabac et autres dependances
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
mayaa
Invité



MessageSujet: Re: SUBUTEX : usage remis en question   Lun 16 Jan - 13:03

ben ok pour ce que tu dis mais pourkoi dans ce cas operer cette action sur le subutex alors que le sulfate de morphine (skenan, moscontin) lui reste accessible alors que ca defonce clairement... scratch
So on veut reguler que ce soit fait equitablement et pas sur des produits qui attirent l'attention , cette justice a 2 niveaux est bizarre quand meme!
Le subutex ne defonce pas, il te met juste "en etat de fonctionner" sans aucun plaisir à la clé, ou alors peut etre pour ceux qui n'ont jamais pris de dope mais ne parle t-on pas de substitution...le surdoser , quel benef ? a part celui d'avoir le sentiment d'avoir pris 15 cafés je vois pas...mais je le shoote pas non plus....enfin c peut etre moi qui comprend rien mais je suis pas le raisonnement de l'état scratch
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: SUBUTEX : usage remis en question   

Revenir en haut Aller en bas
 
SUBUTEX : usage remis en question
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le Monde de l'Éducation : les jurys d’examen de plus en plus remis en question
» Le Big Bang remis en cause.
» Le rôle des antioxydants remis en question?
» Les miracles de Lourdes remis en question...par Lazarus Mirages
» Le pape remis en question par une journaliste

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
sidamis :: Sida-infos :: Sida-savoir vih-
Sauter vers: