sidamis


 
AccueilFAQS'enregistrerGaleriePortailRechercherMembresGroupesConnexionCalendrier

Partagez | 
 

 Les pauses therapeutiques en question

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
mayaa
Invité



MessageSujet: Les pauses therapeutiques en question   Ven 8 Sep - 7:48

Le HIV ne cause pas plus de mortalité lors des pauses thérapeutiques

Les malades du Sida pourraient faire des pauses dans leurs trithérapies sans pour autant que l'organisme ne souffre, ni que le virus VIH (virus de l'immunodéficience humaine) ne devienne résistant aux médicaments.

L.J.S.] - C'est ce que suggère l'étude Staccato publiée ce mois-ci dans la célèbre revue The lancet par une équipe de chercheurs des Hôpitaux universitaires de Genève (HUG).

Depuis 1996, les trithérapies anti-rétrovirales permettent de réduire de 85% la mortalité liée au sida. Malheureusement, ces traitements coûtent cher et entraînent des effets secondaires particulièrement contraignants tels que nausées, diarrhée, maux de tête, vomissements, fatigue, perte d'appétit, fièvre, problèmes de peaux...

Selon l'ANRS (Agence Nationale française de recherche contre le Sida), 11 à 12% des malades s'accordent des« pauses thérapeutiques », histoire de souffler un peu en minimisant ces effets secondaires. Depuis 2000, plusieurs études ont été menées pour tenter d'évaluer les effets de telles pratiques.

Bernard Hirschel et ses collaborateurs de l'unité Sida des HUG ont suivi 430 personnes séropositives résidant en Thaïlande, en Suisse et en Australie. Parmi elles, 284 voyaient leur traitement interrompu tandis que 146 le suivaient régulièrement.

Résultat : chez les malades qui font des pauses dans leur traitement, la résistance du virus aux médicaments n'est pas plus grande que chez ceux qui prennent leur traitement en continu. En plus, il n'y a pas plus de décès. « Nous avons montré que l'on pouvait ainsi économiser 61,5% des médicaments dans le premier groupe, s'exclame Bernard Hirschel. Certains effets secondaires (diarrhée, nausée) étaient aussi moins fréquents ». Seul bémol : l'apparition plus fréquente chez les patients qui ont fait des pauses de muguet buccal, une manifestation mineure du VIH.

Les résultats de cette étude sont en contradiction avec ceux de l'étude Smart, menée en janvier dernier par des chercheurs américains sur 6000 personnes de 33 pays différents. Le principe : les malades arrêtaient leurs traitements, surveillaient leur taux de CD4 (les cellules immunitaires attaquées par le VIH) et quand leur système immunitaire s'affaiblissait trop, ils reprenaient leur traitement. Malheureusement chez ces malades, le taux de mortalité avait doublé durant l'essai et les chercheurs ont constaté une augmentation des complications d'ordre cardio-vasculaires, rénal et hépatique. Ce constat avait mené à l'arrêt de cet essai.

Selon l'ANRS, dans cette étude américaine, le seuil de CD4 à partir duquel le traitement devait être repris a sans doute été fixé trop bas, à 250 CD4 par millimètre de sang. Dans l'étude genevoise, le seuil était fixé à 350 alors que le taux d'une personne normale se situe entre 700 et 1000. En plus, les pauses étaient dans cette étude beaucoup plus longs : 17 mois contre 18 semaines dans l'étude menée par Bernard Hirschel.

Pour le chercheur, les résultats de cette dernière étude sont très encourageants. Néanmoins, ils doivent encore être confirmés par d'autres études : en utilisant d'autres seuils de CD4 et aussi en tentant de maintenir certains médicaments durant les pauses. Il faudra donc attendre un peu avant de pouvoir sans risques décider d'arrêter son traitement.

Hirschel B, CD4-guided scheduled treatment interruptions compared with continuous therapy for patients infected with HIV-1: results of the Staccato randomised trial, The Lancet - Vol. 368, Issue 9534, 05 August 2006, Pages 459-465
Copyright © 2006, lejournalsante.com
Revenir en haut Aller en bas
maya

avatar

Féminin
Nombre de messages : 1268
Age : 54
Localisation : paris
sexualité : vivante
célib. ou en couple ? : ...
Date d'inscription : 30/09/2005

MessageSujet: Re: Les pauses therapeutiques en question   Mar 8 Jan - 19:11

Article paru le : Mardi 8 Janvier 2008



Les interruptions structurées de traitement antirétroviral sont à proscrire définitivement






DART Trial Team, AIDS 2008,22 : 237-47.
Dr Karine Lacombe
Plusieurs essais thérapeutiques dont les résultats ont été publiés ces deux dernières années ont montré l´effet délétère des interruptions programmées d´antirétroviraux en termes de survie globale et de morbidité non liée au sida (essais TRIVACAN pour les pays en développement ou SMART pour les pays Occidentaux). Ces interruptions ont la plupart du temps été guidées par le taux de lymphocytes CD4, avec des intervalles de reprise de traitement uniquement liés au statut immunitaire. Or, certains essais basés sur une reprise des antirétroviraux à intervalle régulier (système dit « on / off » par cycle de 12 semaines par exemple) ont montré que cette stratégie pouvait avoir la même efficacité que le traitement en continu (essai STACCATO). Ce type de stratégie appliquée aux pays en développement pourrait permettre une économie substantielle avec un meilleur contrôle de la toxicité liée aux ARV. Cette stratégie « on / off » a été évaluée au sein de l´essai thérapeutique DART mené en Ouganda et au Zimbabwe. Les 813 patients parmi les 3312 inclus dans l´essai qui présentaient un taux de CD4 supérieur à 300/mm3 à 48 ou 72 semaines de traitement ont été randomisés dans un bras « traitement continu » ou un bras « interruption de traitement par cycle de 12 semaines ». Après un suivi médian de 51 semaines, le bras « interruption » a été arrêté en raison d´un nombre d´évènements classant sida ou de décès plus grand (24 cas, 6.4 cas / 100 personnes-année, versus 9 cas, 2.4 / 100 personnes-année dans la bras en continu, p < 0.0007). La candidose œsophagienne était l´évènement classant sida le plus fréquemment décrit. Une moindre toxicité liée aux ARV a toutefois été relevée chez les patients du bras « interruption » (2 évènements, 0.5 / 100 personnes-année, versus 10 évènements, 2.6 / 100 personnes-année, p < 0.02). Ces résultats confortent donc ceux obtenus dans l´essai Trivacan, sur une autre population africaine et avec une autre stratégie d´interruption, contre-indiquant l´application d´une telle stratégie dans les pays en développement.


Source: Egora

_________________
Quelqu’un qui ne laisse pas la réalité déranger ses rêves est un sage. C.Singer
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
probabilité

avatar

Féminin
Nombre de messages : 70
Age : 49
Localisation : region parisienne
sexualité : amoureuse
célib. ou en couple ? : 48
Date d'inscription : 26/02/2006

MessageSujet: Re: Les pauses therapeutiques en question   Ven 11 Jan - 12:36

j ai sérieusement envie de faire 1 pause thérapeutique
après 30 ans de ttt je ressens déjà les effets de la tri sur mon corps
je suis partie de 84 C et j en ai environ 300 maintenant
ma CV est redevenue indétectable dés le 3 ème mois de ttt
alors je pose la question.

...j aurais voulu savoir aussi - question
si quand on a 1 cv indétectable - ça veut dire que l on nest plus contaminant du moins avec des résultats sanguins récents
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
maya

avatar

Féminin
Nombre de messages : 1268
Age : 54
Localisation : paris
sexualité : vivante
célib. ou en couple ? : ...
Date d'inscription : 30/09/2005

MessageSujet: Re: Les pauses therapeutiques en question   Sam 12 Jan - 17:37

probabilité a écrit:
j ai sérieusement envie de faire 1 pause thérapeutique
après 30 ans de ttt je ressens déjà les effets de la tri sur mon corps
je suis partie de 84 C et j en ai environ 300 maintenant
ma CV est redevenue indétectable dés le 3 ème mois de ttt
alors je pose la question.

je trouve complètement prématuré avec un taux de t4 de 300 d'envisager uen pause therapeutique qui est déconseillée dans tous les cas de figure et avec un résultat biologique tel que le tien...c'est dangereux .

...j aurais voulu savoir aussi - question
si quand on a 1 cv indétectable - ça veut dire que l on nest plus contaminant du moins avec des résultats sanguins récents
si tu arretes le ttt tu redeviendras détectable.
et on n'est pas plus du tout contaminant de toute façon même avec , ca dépend des cas de figures, c'est une généralité avérée médicalement mais qui continue à avoir des exceptions.
Le caractère négligeable d`un risque n`est qu`une appréciation qui appartient à l`usager.
Chacun a une attitude par rapport aux risques qu`il prend, et cette attitude lui est personnelle. Face à des risques réduits, certains choisissent de les assumer, d`autres non.

_________________
Quelqu’un qui ne laisse pas la réalité déranger ses rêves est un sage. C.Singer
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
maya

avatar

Féminin
Nombre de messages : 1268
Age : 54
Localisation : paris
sexualité : vivante
célib. ou en couple ? : ...
Date d'inscription : 30/09/2005

MessageSujet: Re: Les pauses therapeutiques en question   Mar 5 Fév - 15:29







1.2unnamedtext/html6,20 KB

Article paru le : Mardi 5 Février 2008


Les interruptions de traitement sont-elles associées à un risque de rebond virologique plus élevé lors de la reprise des antirétroviraux ?
The UK Collaborative IHV Cohort (UK CHIC) Study. AIDS 2008, 22 : 349-356.
Dr Karine Lacombe
Bien qu´il ne soit plus préconisé maintenant d´interrompre son traitement antirétroviral (à cause d´un risque de morbi-mortalité plus élevé que sous traitement continu), un certain nombre de patients et de médecins procèdent encore à ces « vacances thérapeutiques », le plus souvent pour un problème de tolérance ou d´inobservance itérative. Les auteurs de la Cohorte britannique CHIC se sont intéressés au risque de rebond viral, c´est-à-dire d´échec virologique après la reprise des antirétroviraux et l´obtention d´une charge virale indétectable. Dans cette cohorte de 25 260 patients, 15 920 ont été traités par antirétroviraux et 12 977 sont devenus indétectables, dont 3348 qui avaient arrêté tout traitement au moins une fois (durée médiane = 4,4 mois) avant d´obtenir une suppression virale complète. Parmi ces 3 348 patients suivis pendant environ 3 ans, 3012 épisodes de rebond virologiques ont été notés. Le risque de rebond était d´autant plus grand que le nombre d´interruption était élevé : après ajustement, ce risque était de 1,28 après une interruption (augmentation du risque de 28%), de 1,64 après deux interruptions et plus (augmentation du risque de 64%). Ce risque était particulièrement significatif quand l´arrêt thérapeutique a eu lieu alors que la charge virale n´était pas contrôlée et que les patients étaient traités par inhibiteurs de protéases ou analogues non nucléosidiques de la transcriptase inverse. Le choix du traitement après l´interruption a aussi influencé le risque de rebond, qui était plus élevé chez les patients traités par analogues non nucléosidiques qui ont arrêté leur traitement alors qu´ils étaient détectables sous ces mêmes analogues non nucléosidiques. Cette étude montre que les arrêts de traitements obèrent le succès à long terme des antirétroviraux, même quand l´indétectabilité a été obtenue après ré-introduction des antirétroviraux.
source: egora
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
lila

avatar

Féminin
Nombre de messages : 296
Age : 54
Localisation : finistère
sexualité : hétéro
célib. ou en couple ? : en couple
Date d'inscription : 28/10/2005

MessageSujet: Re: Les pauses therapeutiques en question   Mar 5 Fév - 17:41

help au secours Maya je n'arrive pas à lire tes propos en orange sur orange
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
maya

avatar

Féminin
Nombre de messages : 1268
Age : 54
Localisation : paris
sexualité : vivante
célib. ou en couple ? : ...
Date d'inscription : 30/09/2005

MessageSujet: Re: Les pauses therapeutiques en question   Mar 5 Fév - 18:00

je comprends pas mon post n'est pas en rouge ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
sayda

avatar

Féminin
Nombre de messages : 56
Age : 53
Localisation : grenoble
sexualité : hetero
célib. ou en couple ? : celib
Date d'inscription : 20/01/2008

MessageSujet: Re: Les pauses therapeutiques en question   Mer 6 Fév - 22:08

et le malade en grève de soin? il parait que ça l'a sauvé sa pause thérapeutique politique, il a pu ainsi bénéficier de médicaments moins toxiques....quand le malade s'associe à la recherche..ça risque de faire des bienheureux! si j'étais séropositive, voteriez vous pour moi??
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
probabilité

avatar

Féminin
Nombre de messages : 70
Age : 49
Localisation : region parisienne
sexualité : amoureuse
célib. ou en couple ? : 48
Date d'inscription : 26/02/2006

MessageSujet: Re: Les pauses therapeutiques en question   Jeu 7 Fév - 9:39

oui, 1 pause thérapeutique politique
comme le font certains cancéreux

...et si ça peut déboucher sur des ttt moins offensifs c est gagné pour nous

franchises à abolir
et faire entrer l homéopathie par exemple pour les séropos
ou la sophrologie
et tt ce qui peut faire du bien
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
maya

avatar

Féminin
Nombre de messages : 1268
Age : 54
Localisation : paris
sexualité : vivante
célib. ou en couple ? : ...
Date d'inscription : 30/09/2005

MessageSujet: us   Jeu 7 Fév - 11:34

pause therapeutique politique des cancereux = quoi dans le concret ?

faire entrer l'homeopathie et la sophrologie dans quoi ???

AU SECOURS Comme l'ont fait remarquer tidou et thierry : faites clair 789

merci à vous de faire des posts ou le lecteur puisse comprendre ce que vous voulez dire Rolling Eyes
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Les pauses therapeutiques en question   

Revenir en haut Aller en bas
 
Les pauses therapeutiques en question
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Une question en orthographe/conjugaison?
» Diacre question
» question nuit / sieste bébé 3 mois
» La grosse question qui tue, c'est par ici...
» question bateau

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
sidamis :: Trithérapies Fiches techniques et articles-
Sauter vers: