sidamis


 
AccueilFAQS'enregistrerGaleriePortailRechercherMembresGroupesConnexionCalendrier

Partagez | 
 

 mini revue de presse vih semaine du 29/09/2006

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
mayaa
Invité



MessageSujet: mini revue de presse vih semaine du 29/09/2006   Ven 29 Sep - 18:29

28/09/2006 EXCLURE LE SIDA, PAS LES SÉROPOSITIFS
http://www.quotipharm.com
« Est-ce que vous aimeriez autant ma gueule si j’étais séropositif ? », interroge Johnny sur l’une des affiches de la nouvelle campagne de sensibilisation lancée par l’association Aides à la fin du mois d’octobre. Avec le concours de plusieurs personnalités, Johnny Hallyday, Jean-Pierre Foucault, Claire Chazal, Muriel Robin ou Laurent Ruquier, la campagne mise en oeuvre par l’agence Tbwa/Paris vise à sensibiliser le grand public sur le thème : « C’est le sida qu’il faut exclure, pas les séropositifs. »La lutte contre les stigmatisations sera la priorité de l’association pour les années à venir, conformément au voeu exprimé par les militants lors du congrès de Nice en juin 2005. La 3e Convention des cadres, qui s’est déroulée à Rouen le week-end dernier, en est le prolongement. Ce rendez-vous est l’occasion tous les deux ans de réfléchir aux nouvelles orientations de l’association face aux enjeux de la lutte contre le VIH/sida en France et dans le monde.Faire bouger la perception des contemporains. Dans un contexte d’année électorale, le discours d’ouverture de son président, Christian Saout, s’est voulu résolument offensif. « Une énorme chape de plomb s’est abattue sur les personnes séropositives dans notre société contemporaine, a-t-il souligné. A croire que notre état de droit, pourtant protecteur, ne reflète pas les mentalités d’un peuple qui pense encore qu’à la différence d’autres pathologies on ne se contamine pas par hasard ! Nous n’arrivons pas à bouger la perception de nos contemporains... Nos constats sont sans appel, d’enquête en enquête, il se confirme qu’être séropositif, c’est être condamné à l’exclusion dans son milieu social, dans son entreprise, dans sa famille et dans son couple. » La campagne qui va être lancée à la fin du mois d’octobre tente de faire changer les choses, même si le président d’Aides regrette : « Ce sont des personnes dont nous ne savons pas le statut sérologique qui s’engagent. C’est déjà un grand pas, mais probablement y en aura-t-il d’autres à faire, comme celui qu’a franchi Annie Girardot lorsqu’elle a avoué être atteinte de la maladie d’Alzheimer. Nous n’avons pas en France un personnage doté d’une autorité importante dans le domaine public qui ait avoué sa séropositivité, comme cela a été le cas aux Etats-Unis avec le basketteur Magic Johnson », explique-t-il au « Quotidien ». L’idée n’est pas de forcer les gens à dire qu’ils sont séropositifs, mais à leur permettre de le dire s’ils en ont envie. En matière de prévention, « c’est extrêmement important », insiste Christian Saout, autrement, les personnes se tairont. Des décisions de justice à l’encontre de séropositifs semblent indiquer que si une personne se sait séropositive, elle doit le dire : « Comment peut-on exiger de le dire alors que ce n’est pas dicible ? », poursuit-il.Le préservatif à 20 centimes. Enfin, si les progrès ont été réalisés quant aux soins, Aides regrette la démobilisation de l’Etat pour ce qui est de la prévention, notamment à l’école : « En décembre dernier, nous étions chez le président de la République avec le minis- tre de l’Education et celui de la Santé qui promettaient des distributeurs de préserva- tifs à 20 centimes dans les collèges et les lycées. La mesure devait être annoncée à la rentrée. Rien ne s’est passé. C’est un constat d’échec. » Finalement, c’est l’association qui va mettre en oeuvre une partie de cette mesure grâce à un accord passé avec les buralistes : les préservatifs vont bientôt être distribués dans les tabacs à 20 centimes d’euro.
http://www.quotipharm.com/journal/index.cfm?fuseaction=viewarticle&DArtIdx=376335

28/09/2006 TRAITEMENT ANTI-VIH DE PREMIÈRE INTENTION : LA PUISSANCE D’UNE TRITHÉRAPIE AVEC EFAVIRENZ
http://www.sidanet.asso.fr/
L’association de deux inhibiteurs nucléosidiques et d’un non nucléosidique, en l’occurrence l’efavirenz, assure une réponse virologique durable chez la grande majorité des patients naïfs recevant cette trithérapie en première intention. C’est le principal résultat de la première étude comparant ce schéma thérapeutique à une trithérapie avec une antiprotéase chez des patients naïfs.L’ESSAI ACTG 5142 a été présenté à la conférence internationale sur le sida par S. A. Riddler (université de Pittsburgh, Etats-Unis). Il a donc été mené de façon indépendante sous les auspices l’Aids Clinical Trials Group (Actg), financé par le National Institute of Allergy and Infectious Diseases.Il s’agit d’une étude prospective, randomisée, ouverte, réalisée dans 54 sites aux Etats-Unis et 1 en Afrique du Sud. Elle a comparé l’efficacité immunovirologique et la tolérance de trois protocoles thérapeutiques chez 753 patients naïfs : deux inhibiteurs nucléosidiques de la transcriptase inverse (IntiI) et un inhibiteur non nucléosidique de la transcriptase inverse (Innti), l’efavirenz, deux Inti et une antiprotéase boostée, lopinavir-ritonavir, et une bithérapie efavirenz-lopinavir - ritonavir. Les deux trithérapie comprenaient la lamivudine (3TC), le choix du deuxième inhibiteur nucléosidique (AZT, D4T ou ténofovir) était laissé au prescripteur.Les deux critères d’évaluation primaire étaient le délai de survenue d’un échec virologique défini par un taux d’ARN VIH supérieur à 200 copies/ml, d’une part, et, d’autre part, la durée du maintien du traitement (celui-ci peut être arrêté en raison d’un échec, mais aussi à cause de sa toxicité). Tous les patients inclus étaient naïfs. La moitié d’entre eux présentaient une charge virale élevée, à plus de 100 000 copies par millilitre. La moyenne de leurs CD4 était de 182/mm3.
http://www.sidanet.asso.fr/webapps/komplete/index.php?KTURL=mod_quotimed.html&page=70

27/09/2006 60ÈME RÉUNION PUBLIQUE D'INFORMATION (RÉPI) : DIABÈTE ET VIH, LES SAVOIRS UTILES
http://citegay.fr
Mercredi 27 septembre 2006 de 19h à 22h30 heures, Act Up-Paris vous invite à sa 60ème RéPI (réunion publique d'information).Comme nous l'ont appris les problèmes cardiovasculaires et les problèmes d'ostéoporose, lorsque des cas isolés se multiplient il est temps de se mobiliser. Aujourd'hui c'est le diabète qui nous inquiète. De plus en plus de personnes vivant avec le VIH souffrent de difficultés à assimiler correctement les sucres. L'insulinorésistance en est la principale raison mais les causes sont multiples.Est-ce les traitements qui perturbent le pancréas ? Dans quelle mesure les lipodystrophies influencent-elles le mécanisme fragile de production d'insuline ? En quoi l'hygiène de vie peut-elle modifier l'évolution d'un diabète débutant ?Si l'infection à VIH nous a appris combien l'information était importante, la prise en charge du diabète a permis de renforcer l'éducation thérapeutique des malades. Une surveillance attentive peut permettre d'éviter bien des écueils. En amont, une attention particulière doit être de mise concernant la nutrition et si cela s'avère insuffisant des traitements pourront éviter l'injection d'insuline. On sait qu'une glycémie élevée peut altérer bien des fonctions de l'organisme, des examens sont donc nécessaires afin d'en réduire les conséquences. Quand on connaît le rôle important du foie dans la régulation du glucose, la prise en charge de la coinfection est alors tout aussi cruciale.Nous ferons le point des connaissances sur les liens entre VIH et diabète, en insistant sur les méthodes de prévention et la surveillance à mettre en place une fois le diabète déclaré.Pour cela viendront répondre à vos questions :- Jacques Jeanblanc (sous réserve de son état de santé) militant d'Act Up-Paris- Dr Marc-Antoine Valantin, infectiologue (Hôpital Pitié-Salpêtrière)- Mme Jamard, infirmière de consultation de diabétologie (Hôpital Max Fourestier)- Dr David Zucman, diabétologue (Hôpital Foch)Cette réunion publique d'information aura lieu le mercredi 27 septembre 2006, de 19h à 22h30 heures au Centre Wallonie- Bruxelles,46 rue Quincampoix Paris 4ème (métros Châtelet, Les Halles ou Rambuteau). Entrée libre.
http://citegay.fr/actualites.htm
25/09/2006 TIBOTEC ANNONCE LE LANCEMENT D'UN PROGRAMME D'ACCÈS ÉLARGI À SON MÉDICAMENT DE RECHERCHE, LE TMC125
http://www.newswire.ca
Tibotec Pharmaceuticals Ltd. annonce aujourd'hui le lancement d'un programme d'accès élargi au TMC125, son inhibiteur non nucléosidique de la transcriptase inverse (INNTI) à l'étude aux Etats-Unis. La société mettra également bientôt ce programme en oeuvre au Canada et en Europe, sous réserve des autorisations exigées. Le programme favorisera l'accès des patients infectés par le VIH-1 au composé, afin de constituer un régime thérapeutique viable. Le TMC125 est un INNTI de nouvelle génération qui agit contre les souches de VIH résistant aux INNTI. Après avoir écemment achevé le recrutement, la société mène des essais cliniques de phase 3 (DUET 1 et 2) auprès de sujets déjà traités pour une infection par le VIH-1.Toutefois, elle n'a pas encore établi l'innocuité ni l'efficacité du TMC125 administré en association avec d'autres agents antirétroviraux.Pour obtenir de plus amples renseignements sur le programme, veuillez consulter le site à l'adresse www.clinicaltrials.gov. Aux Etats-Unis, les professionnels de la santé et les personnes vivant avec le VIH-sida peuvent obtenir de l'information en composant le 1-866-889-2074 ou en écrivant à l'adresse électronique TMC125EAP@i3research.com."Nous savons que plusieurs des personnes vivant avec le VIH-sida ont accès à un nombre limité de traitements, en raison du problème grandissant de la résistance virale. Grâce à ce programme, nous nous efforcerons de faciliter l'accès des personnes admissibles au TMC125 dans les plus brefs délais", a déclaré Roger Pomerantz, président, division de recherche et développement de Tibotec. Actuellement, plus de 15 établissements américains ont amorcé le programme d'accès élargi. Ils figurent à une liste diffusée sur le site Web à l'adresse www.clinicaltrials.gov.Le programme d'accès élargi au TMC125 est ouvert aux personnes infectées par le VIH-1 et âgées d'au moins 18 ans qui bénéficient d'options de traitement limitées en raison d'une défaillance virologique ou d'une intolérance à de nombreux traitements antirétroviraux. Les sujets doivent avoir reçu au moins un traitement homologué appartenant à chacune des trois classes de médicaments anti-VIH administrés par voie orale (inhibiteurs nucléosidiques de la transcriptase inverse, inhibiteurs non nucléosidiques de la transcriptase inverse et inhibiteurs de protéase). En outre, les sujets doivent avoir reçu au moins deux traitements par un inhibiteur de protéase.
http://www.newswire.ca/fr/releases/archive/September2006/25/c9835.html
Revenir en haut Aller en bas
 
mini revue de presse vih semaine du 29/09/2006
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Revue de Presse Royale 1
» Revue De Presse Invité : Pierre Jovanovic 5 mai 2010
» Conseils pour l'exercice de revue de presse en 3e ?
» Revue de presse de Pierre Jovanovic sur RIM
» 4e : faire faire une revue de presse

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
sidamis :: Sida-infos :: revues de presse-
Sauter vers: